mercredi 24 juillet 2024 22:00

picto infoCette revue de presse ne prétend pas à l'exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse marocaine, internationale et autres publications, qui n'engagent en rien le CCME.

Le Niger résolument engagé à combattre le trafic des migrants (président)

Le président nigérien Mahamadou Issoufou a, à l'occasion du 58e anniversaire de la proclamation de la République qui doit être célébré dimanche, indiqué que son gouvernement est résolument engagé à combattre le trafic des migrants.

Dans un message à la nation, samedi soir, le chef de l'Etat a regretté que le Niger soit devenu, par la force des choses, un pays de transit pour de nombreux jeunes candidats à l'immigration illégale vers l'Europe, via la Libye et l'Algérie.

Face à ce phénomène, qui a pris une ampleur exceptionnelle ces dernières années, "illustrée par un nombre inconnu de morts dans le désert et par plus de 6.500 morts sur 2 ans entre 2015 et 2016 dans la Méditerranée, nous ne pouvons rester insensibles", a-t-il estimé.

"Le gouvernement, sur mes instructions, a engagé un combat résolu contre le trafic des migrants", a fait savoir M. Issoufou.

Pour lui, ce combat est mené, d'abord, pour des raisons morales, car les réseaux de trafics des migrants exposent ces derniers à des dangers graves tout au long de leur périple périlleux, mais également sécuritaires, car ce trafic est indissociable des autres trafics et de leur lien matriciel avec le terrorisme.

"Le véhicule qui part d'Agadez transportant des migrants clandestins et qui les dépose dans le sud libyen revient toujours chargé d'armes. Ces armes sont introduites dans les circuits du trafic des armes qui servent à entretenir tous les conflits affectant l'espace sahélo-saharien", selon Mahamadou Issoufou.

De même, les trafiquants de migrants se convertissent naturellement dans le convoyage de la drogue.

L'économie criminelle qui s'est développée ces dernières années dans l'espace sahélo-saharien se fonde, a-t-il souligné, "sur un enchevêtrement de tous les trafics et sert de base pour la prévalence du terrorisme dans nos pays, ainsi que de la menace qu'il constitue pour notre sécurité, notre stabilité, notre économie et l'existence même de nos États".

C'est pourquoi, pour le président nigérien, combattre le trafic clandestin des migrants est pour cet espace "un impératif tout simplement de sécurité".

Pour attaquer le problème à sa source, le gouvernement nigérien a conçu un plan en vue de la maîtrise des flux migratoires non seulement à travers le contrôle sécuritaire mais aussi à travers les actions de développement.

Le chef de l'Etat s'est félicité de l'accueil que l'Union européenne a réservé récemment à ce plan, qui prévoit entre autres la réalisation de projets destinés à proposer de nouvelles perspectives économiques et à renforcer la résilience des populations vulnérables.

En effet, le Niger a été félicité et récompensé le 15 décembre dernier, au cours d'une visite du président Issoufou à Bruxelles, d'un montant de plus de 70 milliards de FCFA, destinés à lutter contre la migration irrégulière, entre autres.

Auparavant, c'est l'Italie qui s'est engagée, le 10 novembre dernier, à mettre à la disposition du Niger 200 millions d'euros pour freiner le phénomène de migration vers l'Europe.

18-12-2016,  Norbert

Source: Agence de presse Xinhua

Google+ Google+