mercredi, 15 mai 2024 21:27

Table-ronde autour du livre « Le froid en Italie et autres histoires d’une Italie née ailleurs » Spécial

Dans le cadre de la programmation du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) au Salon du livre à Rabat, le pavillon commun du conseil a reçu, mercredi 15 mai 2024, la journaliste italo-marocaine Karima Moual venue présenter au public son livre Le froid en Italie et autres histoires d’une Italie née ailleurs, publié par l’Université Luiss (Rome).

Son ouvrage fait le récit de onze histoires d’immigrés qui ont réussi en Italie par leur propre idée d’entreprise, dont trois Marocains. Elle a accueilli pour cette présentation Halima Hadir, ingénieur textile et créatrice de mode italo-marocaine et Yassine El Aouak, fondateur de la société italienne « ParkingMyCar ». La table-ronde a été modérée par Abdallah Redouane, Secrétaire général du Centre islamique culturel d’Italie et membre du CCME.

L'auteur considère que les parcours de ces jeunes immigrés mettent l'accent sur la valeur ajoutée de la double appartenance culturelle pour tout entrepreneur immigré qui contribue au développement à la fois du pays d’accueil et d’origine. En ce sens, elle a souligné qu'elle était fière de sa culture marocaine et de sa culture italienne, et qu'elle œuvre à sensibiliser à travers le débat public sur l'apport positif qu'apporte la double appartenance pour que l'immigration ne reste plus uniquement liée à des tragédies.

La rencontre a également été l'occasion de faire connaissance avec deux jeunes entrepreneurs marocains qui ont réussi en Italie. Halima Hader, entrepreneure dans le secteur de l'habillement et de la mode, qui a pu conjuguer sa fibre artistique nourrie par ces racines à la perfection de la mode italienne. Sa marque de prêt-à-porter est « un voyage interculturel, où l’héritage italien de la couture et la plus haute qualité des tissus rencontrent les détails brodés à la main des artisans marocains ».

« Pour moi, la dualité culturelle et mon identité, qui mélange deux cultures différentes, m'ont fait bénéficier de tout ce qu'il y a de bon dans les deux et je suis ainsi devenue une personne plus forte », a confié Halima Hadir avant d'ajouter que vivre entre deux mondes « nous rend plus forts et nous offre de plus grandes opportunités, et non le contraire ».

Une opinion partagée par le jeune entrepreneur Yassine Al Aouak, qui estime que la dualité du savoir et de la culture permet aux jeunes immigrés de mieux innover par rapport à quelqu'un qui a vécu dans une seule culture, citant les origines étrangères des fondateurs des plus grandes firmes de la technologie dans le monde.

Yassine El Aouak, propose par son application « ParkingMyCar » un concept unique proche d'Airbnb, permettant aux clients de louer leur espace privé à d’autres clients qui en ont besoin pour garer leurs voitures. Son entreprise en plein essor s’étend prochainement à d’autres marchés européens.

Yassine ou « Mattia », qui est le nom italien qu’il a emprunté depuis son enfance pour éviter l’exclusion sociale à cause de son nom et de sa culture, a expliqué comment les jeunes de la deuxième génération de Marocains en Italie tiennent à leurs origines et font face à toute forme d’exclusion due à l'origine et au nom en ayant des parcours de réussite dans différents domaines.

CCME

Dernière modification le vendredi, 17 mai 2024 13:03
Google+ Google+