samedi 22 juin 2024 01:49

picto infoCette revue de presse ne prétend pas à l'exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse marocaine, internationale et autres publications, qui n'engagent en rien le CCME.

Boubacar Sangho: de l'enfer de la guerre du nord du Mali à l'intégration souple au Maroc

"J'ai passé une année à travailler dans cette station-service, sans papiers, avant que le propriétaire ne m'informe un jour que les autorités marocaines ont procédé au recensement des immigrés illégalement établis au Maroc afin de régulariser leur situation", a-t-il raconté, avouant qu'il n'avait pas accordé au début une grande importance à ce sujet, pensant qu'il s'agissait de simples rumeurs. "C'est mon collègue marocain au travail qui m'a encouragé à me rendre à la préfecture de Salé pour m'inscrire", a-t-il ajouté.

Boubacar se remémore encore comment il a commencé à voir la lumière au bout du tunnel et comment les choses se sont accélérées avant qu'il n'obtienne enfin sa carte de séjour, ce précieux sésame qui lui permet de travailler et de voyager librement pour visiter sa famille notamment après la fin de la guerre au Mali.

Le sourire aux lèvres, Boubacar se souvient de la joie qui l'a submergée lorsqu'il a obtenu sa carte de séjour, et comment il marchait dans la rue sans avoir besoin de fuir le regard des autres. "J'ai désormais une existence légale, merci au Maroc", a dit le jeune malien.

"Ce fut un moment inoubliable dans ma vie", a ajouté Boubacar, fier de lui. "Les complexités administratives vont disparaître. Je peux désormais consulter un médecin, m'asseoir dans un café, aller à la plage, prendre l'avion et le train, me marier et faire des enfants", a-t-il poursuivi.

Environ 23.000 immigrés ont vu leur situation régularisée 

Le cas de Boubacar est loin d'être unique. En effet, dans le cadre sa nouvelle stratégie nationale en matière d'immigration et d'asile, lancée en 2014, le Maroc a régularisé en l'espace de trois ans la situation de 23.000 immigrés issus de 112 pays, tandis que 680 immigrés ont obtenu la carte de réfugié.
Selon des données du ministère de l'Intérieur, il a été procédé à la régularisation de la situation administrative de 83% des immigrés ayant déposé des demandes à ce sujet.

Les Syriens arrivent en tête des étrangers régularisés avec 23%, suivis des ressortissants sénégalais (21%), de la République démocratique du Congo (RDC, 19%), alors que le reste des immigrés appartiennent à d'autres pays.

S'agissant des 680 étrangers ayant obtenu la carte de réfugié, ils sont issus de la Côte d'Ivoire avec 43%, suivis des ressortissants de la RDC (14%), des Irakiens (13%) ainsi que d'autres nationalités.

Le nombre d'immigrés subsahariens résidant illégalement au Maroc est estimé, selon la même source, entre 25 et 40 mille personnes, auxquelles s'ajoutent environ 2.500 Syriens qui ont fui le conflit dans leur pays d'origine et qui souhaitent atteindre l'Europe pour demander l'asile.

Les résultats réalisés dans le cadre de cette opération de régularisation sont le fruit de l'approche participative ayant marqué les étapes de réalisation de cette entreprise exceptionnelle, sur la base d'une vision partagée entre les services de l'Etat, soit le ministère de l'Intérieur, le ministère chargé des Marocains résident à l'étranger et des affaires de la migration, la Délégation interministérielle aux droits de l'Homme, le Conseil national des droits humains (CNDH) et les acteurs associatifs.

La nouvelle stratégie du Royaume dans le domaine de l'immigration et l'asile vise à accorder l'appui humanitaire et l'aide aux immigrés et aux demandeurs d'asile dont la situation a été régularisée, et à leur permettre de bénéficier de la formation et la formation professionnelle, de scolariser leurs enfants et d'accéder aux services de santé via le système RAMED.

30/11/2016

Source : MAP

Google+ Google+