mercredi 24 juillet 2024 21:37

picto infoCette revue de presse ne prétend pas à l'exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse marocaine, internationale et autres publications, qui n'engagent en rien le CCME.

Appui à la jeunesse et au développement social : Plus de 8.000 Marocains ont bénéficié de l'encadrement de l'OIM en 2016

Un total de 8.874 jeunes marocains ont pu bénéficier de l'encadrement initié par l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) en 2016, dans le cadre de son appui à la jeunesse et au développement social, dont les programmes se déclinent autour de l’éducation, l’orientation, la formation et l’insertion professionnelle des jeunes marocains en situation précaire.

Un communiqué de la représentation de l'Organisation à Rabat, publié samedi à l'occasion de la Journée internationale des migrants, a indiqué que l'OIM a, par ailleurs, apporté à travers son programme de Santé, une assistance médicale à 518 migrants, ajoutant que le programme d’Aide au Retour Volontaire et d’Assistance à la Réintégration a pu venir en aide à près de 1.455 migrants subsahariens en 2016, tandis que 474 Marocains de retour se sont vus octroyer une assistance pour leur réintégration socioéconomique au Maroc.

Présente au Maroc depuis 2007, l'OIM articule également ses activités autour du thème "Migration et Développement", dont les programmes visent à renforcer les capacités du gouvernement marocain et des collectivités locales, afin d’augmenter l’impact de la migration sur le développement, tout en prenant en compte les aspects environnementaux.

Revenant sur l'annonce, lundi dernier, du lancement, avec effet immédiat, de la seconde phase de l'opération de régularisation des immigrés en situation irrégulière, sur Hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI, faisant suite à la première phase, le communiqué a souligné que "l’OIM ne peut que saluer cette initiative décisive qui assurera une gestion des flux migratoires de façon digne et ordonnée pour le bénéfice de tous".

Dans le sillage de ses engagements internationaux en matière de migration, le Maroc s’est vu élire, ce même mois de décembre, à la vice-présidence du Bureau du Conseil de l’OIM, lors de la séance d’ouverture de la 107e session des Nations Unies à Genève, a rappelé l'OIM, notant que "cette nomination ne fait qu’étayer la pleine collaboration entre l’OIM Maroc et le gouvernement marocain sur les différents aspects de la migration, thématique qui apparaît aujourd’hui comme l’un des enjeux majeur du XXIe siècle".

S'agissant de la célébration de cette journée internationale, William Lacy Swing, Directeur Général de l'OIM, a tenu un discours "retentissant", en mettant en lumière le nombre croissant de migrants ayant perdu la vie au cours de ces dernières années, a rapporté le communiqué.

Le Directeur Général a toutefois insisté sur le fait qu’il ne devrait y avoir aucune fatalité, et que ces décès auraient pu être minimisés si les migrants avaient été suffisamment accompagnés, assistés et surtout informés des risques encourus.

"Ce discours est avant tout un appel du cœur visant à sensibiliser tous les acteurs et parties prenantes, sur la situation des migrants qui dans l’absence de perspectives décentes, n’hésitent pas à mettre leurs vies en danger", a relevé le communiqué.

La Journée internationale des Migrants est donc l'occasion de rappeler au monde que migration et développement sont les revers d’une même médaille et qu’il est dès lors vital de déconstruire les préjugés et stéréotypes à leur égard, a estimé l'OIM, notant que depuis 2013, le Maroc a su saisir l’avantage mutuel du lien entre migration et développement en osant le pari d’une nouvelle politique migratoire à la fois volontaire et engagée.

Depuis 27 ans, le 18 décembre est communément célébré comme la Journée Internationale des Migrants. Cette journée commémore l’adoption, par l’Assemblée générale des Nations-Unies, de la Convention Internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et doit rappeler à chacun d’entre nous les responsabilités civiques à leur égard, a rappelé la même source.

18/12/2016

Source : MAP

Google+ Google+