mercredi 24 juillet 2024 21:45

picto infoCette revue de presse ne prétend pas à l'exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse marocaine, internationale et autres publications, qui n'engagent en rien le CCME.

Le ministère de la communauté marocaine à létranger intervient pour sauver une famille marocaine à Alep

Le ministère des Marocains résidant à l'étranger (MRE) est intervenu, cette semaine, pour faciliter le rapatriement d'une famille au Maroc. Le père de famille, de nationalité syrienne, a été tué à Alep.

L'information, relayée par Akhbar Al Yaoum dans sa version de ce jeudi 22 décembre, a été confirmée par le ministre lui-même, soit Anis Birou, dans une déclaration à le360. "Effectivement, les services consulaires et l'ambassadeur du royaume en Syrie établis à Beyrouth sont entrés en action, aux côtés de notre département, pour faciliter le rapatriement au Maroc de cette famille composée de Rabiaâ Souissi et de ses trois enfants", a précisé le ministre.

La jeune veuve, enceinte de six mois, a perdu son mari, ce lundi, dans le conflit opposant depuis plusieurs mois le régime de Bachar el Assad à l'opposition qui a fait de la partie Est de la ville son bastion.

Le ministre a affirmé que cette famille marocaine serait accueillie dans les prochains jours. Il a par ailleurs rappelé que son département agissait conformément à son devoir d'aider les MRE en difficulté. Des dizaines de Marocains ont ainsi bénéficié, ces dernières années, de ce soutien, notamment des citoyens établis dans des zones de conflit comme la Libye, la Syrie ou l'Irak.

 Akhbar Al Yaoum ajoute qu'un responsable consulaire marocain établi à Beyrouth avait contacté la mère de famille pour les formalités de rapatriement, dont "le ministère des MRE a décidé de prendre en charge les frais". Le voyage reste toutefois soumis à l'autorisation syrienne de quitter la ville d'Alep et le territoire.

Rabiaâ Souissi a vécu onze ans en Syrie, où elle a épousé un ressortissant syrien. Depuis quatre ans, elle subit "le calvaire à Alep", où son mari a fini par être tué. "Je suis très heureuse de pouvoir rentrer dans mon pays pour vivre en paix avec mes trois enfants et mon futur bébé", a-t-elle déclaré, très émue, au journal.

21/12/2016, Mohamed Chakir Alaoui

Source : Kiosque360

Google+ Google+