Le séminaire international, qui se tiendra le 6 juillet à la faculté de droit Agdal à Rabat, autour de la thématique de la «Migration, emploi et développement». Initié par l'association marocaine de recherches et études sur la Migration en partenariat avec le BIT (Bureau international du travail), sera l'occasion de présenter une analyse sur l'effet de la migration sur le marché de l'emploi et le développement économique des pays d'accueil et d'origine.

Ministres, chercheurs, syndicalistes et acteurs associatifs prendront part à ce séminaire pour enrichir le débat.

Parmi les intervenants, le ministre de l'Emploi et de la formation professionnelle Jamal Khmani aborde la stratégie de son département à travers l'expérience ANAPEC, cette institution qui multiplie les partenariats avec les pays d'Europe et du Golfe pour le recrutement de la main-d'œuvre notamment l'Espagne, l'Italie et la France ainsi que les Emirats Arabes Unis.

Source : Le Soir échos

Les participants à une rencontre internationale sur l'accès à la justice, tenue récemment à Santa Cruz de Tenerife (Canaries), avec la participation de pays africains dont le Maroc, ont souligné la nécessité de considérer l'assistance judiciaire comme un "droit et un service public".

Dans leurs recommandations publiées au terme de cette rencontre de trois jours, les participants ont également affirmé la volonté d'adapter ou de mettre en place un système d'"assistance judiciaire" dans leurs pays respectifs.

L'assistance judiciaire est un droit qui requiert "un règlement spécifique auquel doivent prendre part les départements de la justice et des finances" et qui doit toucher à tous les domaines juridictionnels, ont souligné les participants, mettant l'accent sur la nécessité de privilégier les catégories vulnérables: femmes, victimes des accidents de travail ou immigrants.

Ils ont par ailleurs recommandé que le droit à l'assistance juridique doit inclure les frais de procédures, les honoraires de l'avocat et autres frais de transport ou d'expertise.

Ont pris part à cette rencontre, des responsables de la justice d'Espagne, du Maroc, du Sénégal, du Cap Vert, d'Algérie, de Mauritanie et de Tunisie. Le Royaume y a été représenté par MM. Mohamed Lididi, Secrétaire général du ministère de la Justice, et Abdelmajid Rhomija, directeur des études de coopération et de modernisation de ce département. MAP
Nicolas Sarkozy a procédé mardi à un vaste remaniement ministériel dont l'une des surprises est la promotion de la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie à la Justice et son remplacement par Brice Hortefeux.

L'autre changement inattendu, éventé par l'intéressé à la mi-journée, est l'entrée de Frédéric Mitterrand, neveu du président socialiste défunt, au ministère de la Culture et de la Communication, en remplacement de Christine Albanel.

Outre cette nomination que les socialistes s'emploient déjà minimiser, le chef de l'Etat a rallié un ministre d'ouverture d'importance : le sénateur centriste Michel Mercier, proche de François Bayrou, qui est investi d'un ministère de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire.

La composition du nouveau gouvernement Fillon fait cinq autres victimes après Christine Albanel : Christine Boutin, Roger Karoutchi, Yves Jego, André Santini et Bernard Laporte.

Au total, huit ministres quittent le gouvernement, dont Rachida Dati et Michel Barnier élus au Parlement européen, et huit nouveaux font leur entrée.

Le chef de l'Etat et son Premier ministre François Fillon - qui plaidait pourtant pour une refonte à minima - ont contredit les augures en opérant un jeu de chaises musicales.

Rachida Dati est remplacée par Michèle Alliot-Marie, élevée au rang de ministre d'Etat à l'instar de Jean-Louis Borloo, avec un portefeuille élargi aux Libertés.

Le ministre de l'Agriculture sortant est remplacé, autre surprise, par l'ex-secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Bruno Le Maire, ancien directeur de cabinet de l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin. Le portefeuille agricole recouvre désormais l'alimentation.



DARCOS AU TRAVAIL, CHATEL A L'EDUCATION

Le député UMP atlantiste Pierre Lellouche, qui briguait depuis des années un premier maroquin, officiera aux Affaires européennes.

Xavier Darcos abandonne l'Education nationale et hérite du portefeuille du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité.

Après le passage éclair de Brice Hortefeux, qui n'aura pas convaincu les syndicats, il devra s'attaquer à la réforme des retraites pour laquelle Nicolas Sarkozy a promis des décisions à la mi-2010. Mission délicate pour ce ministre qui se présentera aux régionales en Aquitaine en 2010.

C'est Luc Chatel, autre promu du remaniement, qui lui succédera rue de Grenelle. Celui-ci conserve la fonction de porte-parole du gouvernement.

Au nombre des entrants, Christian Estrosi, qui s'est fait une spécialité des problèmes de sécurité, est nommé ministre chargé de l'Industrie auprès de Christine Lagarde. Une récompense de choix pour le député-maire de Nice, fidèle de longue date du chef de l'Etat.

La loyauté de l'ex-secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Roger Karoutchi n'aura pas suffi : sanctionné, comme Christine Albanel, pour les ratés du projet de loi sur le téléchargement illégal sur internet mais aussi pour les couacs à répétition au sein de la majorité, il est remplacé par Henri de Raincourt.

Le président du groupe UMP au Sénat sera à la tête d'un ministère, non plus d'un secrétariat d'Etat, ce qui dénote l'attention que Nicolas Sarkozy entend porter aux relations entre le gouvernement et le Parlement.



NORA BERRA, NOUVEL EMBLEME DE LA DIVERSITE

Après le départ de Rachida Dati, la "diversité" maghrébine sera désormais incarnée au gouvernement par la député européenne UMP Nora Berra, 45 ans, fille d'un tirailleur algérien, nommée à un nouveau secrétariat d'Etat chargé des Ainés. Valérie Létard, précédemment dans ce registre à la Solidarité, rejoint son mentor Jean-Louis Borloo à l'Ecologie.

L'autre figure de la "diversité", Rama Yade, remplace Bernard Laporte au secrétariat d'Etat aux Sports. Son secrétariat d'Etat aux Droits de l'Homme disparait.

La Guadeloupéenne Marie-Luce Penchard, fille de la chiraquienne Lucette Michaux-Chevry et conseiller pour l'Outre-mer à l'Elysée, accompagnera Nicolas Sarkozy en Guadeloupe et Martinique puisqu'elle succède à Yves Jégo, très critiqué pour sa gestion de la crise sociale outre-mer.

Autre nouvel entrant, le député UMP Benoist Apparu, est nommé secrétaire d'Etat chargé du Logement et de l'Urbanisme.

Le chef de l'Etat s'est finalement résolu à se séparer de Christine Boutin, en dépit du lobbying de l'ex-ministre du Logement qui représentait au sein du gouvernement la frange catholique de son électorat. REUTERS
La sixième édition de l'Alegria festival de Chefchaouen se tiendra du 9 au 11 juillet sous le thème "Chefchaouen: Une mémoire andalouse en mouvement", ont indiqué mardi à Casablanca les organisateurs lors d'une conférence de presse.

Cette édition sera marquée par une riche programmation reflétant différentes expressions culturelles et artistiques avec au menu musique, théâtre, danse contemporaine, spectacles de rue, expositions d'art contemporain et ateliers de formation.

Le choix retenu cette année pour le festival dénote la volonté des organisateurs de faire valoir la diversité culturelle, géographique, historique et politique distinguant le Maroc, l'Amérique Latine et l'Espagne.

C'est sous le signe de la fusion qu'a été conçue la programmation musicale, qui se veut "culturelle et exceptionnelle", a-t-on indiqué lors de cette conférence de presse.

En plus des concerts qui seront animés par la chanteuse marocaine Saida Charaf et Mercedes Peon (Espagne), le programme prévoit des animations de rue dédiées essentiellement aux enfants.

En marge de cet événement, sera organisé le 11 juillet un colloque international sur le thème "L'Andalousie: Un patrimoine de valeurs de la Méditerranée".

Le festival de Chefchaouen est initié par l'Association Alegria Chamalia avec le soutien de l'Agence pour la promotion et le développement des provinces du Nord.  MAP

La Cimade vient de publier son premier état des lieux global sur les politiques publiques et pratiques administratives concernant les migrants et réfugiés.

Présente sur de nombreux terrains de l'aide aux migrants et de la défense des droits, La Cimade constate les difficultés vécues par celles et ceux, exilés, migrants ou réfugiés, qui viennent en France et en Europe chercher un avenir meilleur. A leurs côtés, elle assiste au durcissement des lois et des pratiques administratives, ainsi qu'aux conséquences humaines et politiques de cette évolution.

Réformes législatives en France, politique européenne, pratiques des administrations en charge de la mise en oeuvre de la politique d'immigration, mais aussi situation dans les pays de transit,... cet ouvrage conséquent fait le bilan des deux années écoulées. Il se fonde sur les actions et les observations de terrain des militant(e)s de La Cimade, des réseaux et collectifs inter-associatifs dont elle est membre et de ses partenaires en Europe ou en Afrique.

MIGRATIONS. Politiques publiques, pratiques administratives. Etat des lieux 2009, La Cimade, juin 2009, 224p., 15 euros (port inclus)

à commander dans la boutique en ligne ou à lire et télécharger en PDF sur le site de la CIMADE http://www.cimade.org/nouvelles/170
Jazz et rythmes africains remontant à la nuit des temps seront une fois de plus à l'honneur du 25 au 28 juin à Essaouira (sud), à l'occasion de la 12ème édition du festival Gnaoua et Musiques du Monde.

Chaque année à la même époque, l'ancienne Mogador prend des airs de Nouvelle-Orléans africaine avec cet étonnant rendez-vous musical, qui rassemble artistes modernes et traditionnels dans un métissage sans doute unique au monde.

Plusieurs dizaines de milliers de spectateurs assistent chaque soir à des concerts, dont certains sont gratuits, organisés en différents endroits de la "cité des alizés", cette ville portuaire fortifiée qui fut au fil des siècles un carrefour du commerce de l'or, des épices et des esclaves.

Carrefour de plusieurs civilisations, Essaouira a ainsi au cours de son histoire accueilli tour à tour des colonies romaines, portugaises, espagnoles puis françaises.

Cette année, le festival -qui avait rassemblé 400.000 personnes en 2008- a invité des "pointures" comme le roi du raï, l'Algérien Khaled, légende vivante et ambassadeur de la "world music", la griotte malienne Bbani Koné, l'Américain Donald Harrison et sa troupe Congo Nation ou encore les percussions brésiliennes du groupe Afoxé Loni.

Ils se produiront aux côtés (et parfois en même temps, dans des "fusions" dont Essaouira a désormais le secret) de maâlems (grands maîtres) gnaoua, ces troubadours mystiques africains, confrérie de musiciens, guérisseurs, voyants et thérapeutes.

Un temps menacé d'extinction, l'art gnaoui est désormais considéré comme un patrimoine culturel à préserver à tout prix. Ce genre musical, perpétué par des descendants d'esclaves noirs ("gnaoua" signifie "Guinée", en arabe), associe rythmes africains et cultes des saints de l'islam.

Les gnaoua utilisent des instruments originaux, comme l'ould (sorte de luth) et surtout le guembri, composé d'un manche rond qui s'enfonce dans une caisse de résonance faite avec une peau de dromadaire. Les trois cordes de l'instrument, originellement en boyau, sont de plus en plus remplacées par du fil de pêche en nylon.

"Aujourd'hui, les gnaoua sont reconnus comme des artistes à part entière, souligne Neila Tazi, fondatrice et directrice du festival. Ils ont inspiré une nouvelle génération de musiciens. C'est un trésor à préserver".

Certains des plus grands noms de la musique gnaouie, comme Mahmoud Guinea, un petit-fils d'esclave qui joue comme Jimi Hendrix, Hamid El Kasri ou encore Mustapha Babkou sont attendus cette année. Au total, une vingtaine de maâlems marocains se produiront, selon les organisateurs du festival. AFP

Le conseil consultatif des résidents étrangers de Strasbourg sera officiellement installé ce samedi, sous le patronage du secrétaire général du Conseil de l'Europe, Terry Davis. C'est une nouvelle mouture d'une première expérience menée entre 1993 et 2001, quand la mairie était à gauche, et qui avait été interrompue par la précédente municipalité.

Le conseil consultatif des résidents étrangers (CCRE) version 2009 réactivé avec le retour de Roland Ries (PS) est composé de trois collèges installés pour trois ans. Le premier compte 40 personnes et respecte la parité hommes-femmes. Il est issu d'un tirage au sort parmi les 155 résidents étrangers hors Union européenne - privés de droit de vote aux élections locales - qui se sont portés volontaires à titre individuel et bénévole. Ce collège est composé de 14 personnes provenant du Maghreb, 9 d'Afrique sub-saharienne, 6 de Turquie, 3 d'Amérique, 4 d'Asie, du Proche et de Moyen-Orient et 4 d'Europe de l'Est. Le deuxième collège comprend des représentants d'associations "se référant ou référées à l'immigration". Le troisième et dernier collège regroupe cinq associations "de solidarité et d'accès au droit identifiées" actives à Strasbourg : Casas, la Cimade, le Clapest, Parole sans frontière et Thémis.
L'organisation du CCRE prévoit au moins deux assemblées plénières par an, ainsi qu'un travail de gestion et de coordination mené par un bureau de treize membres élus pour trois ans au sein des collèges 1 et 2. Le bureau désigne un porte-parole. Il définit également les axes de travail des différentes commissions mises en place au sein du CCRE.
Le CCRE, a l'image des conseils de quartiers récemment mis en place, rend des avis consultatifs. Il peut être saisi par le maire concernant des projets en cours d'étude, ou s'auto-saisir d'un sujet en lien avec ses thématiques d'intervention : l'accès au droit, la prévention des discriminations, la lutte contre les préjugés, la valorisation des enjeux de mémoire et la promotion de la diversité culturelle. "L'objectif est de faire de chaque résident strasbourgeois, quelle que soit sa nationalité, un citoyen ou une citoyenne à part entière", affirme la municipalité, qui souhaite promouvoir la notion de "citoyenneté de résidence". Le CCRE devra lui donner du corps.

Source : http://www.libestrasbourg.fr/

Après les Balkans, Rio Loco ! inaugure, pour sa 15e édition, un programme festif estival, avec comme invités l'Algérie, le Maroc et la Tunisie. Carte blanche a été donnée aux artistes maghrébins pour faire découvrir leur culture : châabi, musiques gnawa... mais aussi rock, jazz, hip-hop, électro... des sons variés vont rythmer Toulouse et ses quartiers populaires comme Bagatelle, le Mirail, Empalot, La Reynerie, Rangueil, etc., où une importante frange de la population issue de l'immigration habite...

Lire la suite : http://www.humanite.fr/2009-06-19_Cultures_Les-saveurs-du-Maghreb-au-bord-de-la-Garonne

En savoir plus : www.rio-loco.org

Les oulémas participant à un colloque maroco-tunisien sur le rite malékite ont plaidé, samedi à Fès, pour la création d'une Union des Oulémas du Maghreb arabe devant constituer un cadre régional de concertation et de coordination.

Ils ont recommandé aussi la mise en place d'une commission mixte maroco-tunisienne, chargée des études et de la protection du patrimoine malékite, qui constitue un vecteur d'unification dans la région.

La rencontre réunissant des oulémas marocains et tunisiens a insisté aussi sur la nécessité pour les pays de la région de lever tous les obstacles qui entravent le renforcement des relations de coopération entre les organismes en charge des affaires religieuses et d'oeuvrer pour la protection des fondements du rite malékite, épine dorsale des liens spirituels unissant les peuples de la région, à travers l'organisation de séminaires et de rencontres scientifiques avec la participation d'oulémas maghrébins.

Il est temps pour les pays de la région de coordonner leurs actions en vue d'assurer une meilleure protection du rite malékite contre les courants perturbateurs, ont-ils souligné.

Auparavant, les participants avaient suivi deux interventions qui ont mis en exergue le principe d'harmonisation des pratiques cultuelles, comme composante essentielle du fiqh malékite.

Pour le professeur Bourhane Nafati de l'université Zaitouna de Tunis, l'Imam Malik a explicité dans ses écrits toutes les manières d'accomplir les rites religieux, ainsi que les objectifs de tels rites.

Il a également laissé le soin aux oulémas d'adapter certaines manières aux situations des pays et des régions pour tenir compte de leurs us et coutumes, a-t-il ajouté.

Pour sa part, M. Mohamed Temsamani, membre du conseil local des Oulémas de Tanger a fait savoir que les disciples marocains de l'Imam Malik accordaient une grande importance aux manières de l'Imam dans l'accomplissement de ses devoirs religieux.

Ils étaient attentifs non seulement aux dires de l'Imam Malik, mais également à ses gestes, attitudes et manières dont il accomplissait ses rites religieux (prière, zakat, jeûne, pèlerinage, etc).

Au cours de cette rencontre de deux jours, la première du genre, les oulémas marocains et tunisiens présents ont examiné divers thèmes relatifs notamment aux "fondements et aux particularités du rite malikite dans l'Orient musulman", à "l'importance de la transmission orale chez les malékites", à "la portée des différentes versions de l'Âœuvre du Mouwattae d'Al Imam Malik", à "la place de l'école des Qarawiyne au sein du rite malékite", et à "l'harmonisation des pratiques religieuses dans le rite malékite".
MAP
Les troisièmes rencontres internationales en places publiques, baptisées "Awaln'art 2009" ont pris fin dimanche soir à Tahanaoute, relevant de la province d'Al Haouz et ce, en présence d'une brochette de figures emblématiques des mondes de l'art et de la culture.

La soirée de clôture, qui s'est déroulée à l'Espace artistique "Al Maquam", a été marquée par l'organisation d'une grande fête musicale animée par le grand Mâalem Abdellatif El Makhzoumi, en fusion avec le talentueux flutiste, Abdessamad Bousksou, occasion de découvrir, encore une fois, que l'art et la musique n'ont pas de frontières et demeurent un excellent outil pour davantage d'échanges interculturels et de rapprochement entre les peuples.

Initiées par les compagnies "Eclats de lune" et "Graines de Soleil", en partenariat, notamment avec l'ambassade de France, la province d'Al Haouz et le Conseil communal de la ville de Marrakech, ces rencontres (17-21 juin) se veulent une véritable fenêtre ouverte sur l'émergence artistique internationale et un point de rencontre incontournable entre l'Afrique et le reste du monde, à travers des shows et des spectacles qui puisent au coeur des racines africaines et consolident davantage l'identité africaine et marocaine.

Dans une déclaration à la MAP à cette occasion, M. Khalid Tamer initiateur de ces rencontres s'est félicité du succès de cette nouvelle édition, qui a largement contribué à l'animation culturelle et artistique aussi bien de la Cité ocre que de plusieurs places publiques au niveau de la province d'Al Haouz.

"Ce festival, qui d'année en année, commence à acquérir ses lettres de noblesse et à réussir à se faire une place de choix parmi les grandes manifestations organisées au niveau de cette région, a été conçu dans le but d'aller chercher de la création artistique marocaine de par le monde, tout en faisant revivre l'art et le patrimoine ancestraux du Royaume, à travers des spectacles organisés dans les places publiques pour défendre ce qui se passe à Jemâa El Fna", a expliqué M. Tamer.

C'est dire qu'Awaln'art est une occasion idoine, à même de permettre la rencontre entre les artistes du monde entier en valorisant les métissages, les rencontres entre les cultures d'Afrique, du Nord et du Sud de la Méditerranée et les échanges Sud-Sud, via un soutien à la création contemporaine africaine et méditerranéenne et ses créateurs, a-t-il estimé.

Et de poursuivre que pour cette troisième édition, le festival "Awaln'art" a continué à servir d'espace de valorisation et de promotion du patrimoine immatériel africain et méditerranéen, notant que ces rencontres oeuvrent pour l'exploration des formes traditionnelles du spectacle de rue et leur synergie avec la création contemporaine.

Autre qualité de cette manifestation, a-t-il indiqué, c'est que "Awaln'art" se veut déjà un événement engagé toute l'année dans le développement humain local, puisqu'il s'associe aux stratégies de développement, à travers la mise en valeur d'une région riche de son patrimoine matériel, immatériel et naturel, la contribution par ses dimensions culturelles et artistiques à la mise en place des outils nécessaires au développement d'un tourisme culturel et rural.

Sur la prochaine édition, M. Tamer a fait savoir qu'elle sera caractérisée par une grande ouverture de ce festival sur de nouveaux artistes issus d'autres pays, dont le Brésil et la Suède ainsi que par une riche programmation et plein de nouveautés, notant que des spectacles seront, pour la première fois, donnés à "Amezmiz".

C'est dans ce sens que M. Tamer a annoncé l'ouverture en mois d'octobre prochain à Marrakech, d'un Centre de formation en arts acrobatiques et ceux de la rue qui aura pour mission de former, chaque année, entre 30 et 50 jeunes sélectionnés sur la base d'ateliers artistiques qui seront organisés dans les quartiers populaires de Marrakech mais aussi dans les villages limitrophes.

"Par la mise en place de cette structure, nous voulons donner à ces vieux conteurs, et à ces vieux acrobates un cadre leur permettant de transmettre leurs arts et leur savoir- faire aux jeunes et ce, dans un souci d'assurer la transmission de cet héritage et de contribuer à la préservation de notre patrimoine ancestral", a-t-il dit.

M. Tamer a, en outre, souligné que la formation se déroulera sur des périodes de trois semaines, avec chaque fois, un intervenant marocain ou étrangers (Afrique, Europe et Amérique Latine) pour accompagner les jeunes apprentis.

Pour rappel, cette troisième édition a connu la participation d'une palette d'artistes marocains et étrangers issus du Mali, Togo, Bénin, Burkina Faso, France, Italie, Liban, Espagne et Belgique. MAP


SG au JT de 2m: spécial programmation de la journée internationale des migrants

Les entretiens du symposium

Google+ Google+