vendredi 21 juin 2024 23:57

picto infoCette revue de presse ne prétend pas à l'exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse marocaine, internationale et autres publications, qui n'engagent en rien le CCME.

L'exil comme élément fondateur de la pensée et de l'action humaine

Le musée du Judaïsme marocain invite le public à découvrir, jusqu'au 31 janvier 2017 à Casablanca, «Exils», une exposition d'art sur l’exil en tant qu’élan fondateur de la pensée et de l’action humaine. Initiée par la Fondation du patrimoine culturel judéo-marocain et le projet Exils, cette exposition comporte des productions artistiques des artistes Mustapha Akrim, Zineb Adress Arraki, Josep Ginestar, Myriam Tangi et Ulrike Weiss.

Le projet «Exils», dirigé par Nadia Sabri, universitaire et commissaire d’exposition, est né autour d’une rencontre de ces cinq artistes. Le secrétaire général du conseil des communautés israélites au Maroc, Serge Berdugo, a mis l’accent sur l’importance de cette manifestation qui retrace la vie des juifs qui sont restés attachés à leurs pays, le Maroc, même après leur départ vers d’autres cieux, saluant la contribution de jeunes universitaires musulmans à cette exposition. De son côté, Mme Sabri a indiqué dans une déclaration similaire que cette manifestation contribuerait au renforcement des principes d’échange sur l’ethnographie juive marocaine, particulièrement après l’exposition inaugurale à Bab Rouah et les autres expositions notamment à Tanger et El Jadida. Cette exposition offre à méditer sur des objets utilisés par les communautés cohabitant au sein de la société marocaine. 

28/11/2016

Source: Le Matin

Google+ Google+