mercredi 24 juillet 2024 23:41

picto infoCette revue de presse ne prétend pas à l'exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse marocaine, internationale et autres publications, qui n'engagent en rien le CCME.

Le fabuleux destin d'un migrant congolais au Maroc

Il n'aurait peut-être jamais survécu à une insuffisance rénale, maladie silencieuse qui le "consumait" à petit feu au Congo sans s'en rendre compte. Un diagnostic au Maroc le lui fait découvrir. Sans moyens, il a été pris en charge par la Fondation "Amal" et il sera même régularisé. Emouvant!

Décidément, Gaston est un miraculé. Ce citoyen congolais souffrait sans le réaliser d'une insuffisance rénale, qui l'a atterré chez lui après un patient cursus en tant qu'enseignant universitaire, -poste qu'il a décroché suite à de brillantes études à la prestigieuse université de la Sorbone, en France. Souffrant, sans emploi, après avoir abandonné son poste, il est venu il y a deux ans au Maroc sans peut-être s'imaginer que son salut existait bel et bien ici. Une première consultation médicale, et le voilà qui découvre, la mort dans l'âme, qu'il souffrait d'une insuffisance rénale.

Un grand pas est ainsi franchi sur le chemin du salut. Seulement voilà, Gaston n'a pas les moyens de se payer des séances de dialyse qui, comme chacun sait, coûtent trop cher! Panique bleue, puis une première porte s'ouvre. Gaston se voit recommander par de bonnes gens d'aller tenter une chanche chez le président de la Fondation "Amal", Faouzi Mustapha, qui possède l'un des centres d'hémodyalise aux Roches Noires entièrement dévoué aux malades nécessiteux.

C'est chose faite. Au bout de la première rencontre, la Fondation accepte de prendre en charge le patient. Une prise en charge qui, malgré le manque de moyens, dure depuis deux ans... Qu'à cela ne tient si un tel sacrifice peut sauver une vie humaine, qui plus est celle d'un individu que la précarité a poussé à quitter son pays pour venir chercher des cieux plus cléments.

 Cela fait deux ans de prise en charge à raison de trois séances par semaine. Et ce n'est pas tout! Le président de la  Fondation "Amal" ne s'arrête pas à ce stade. A l'annonce du lancement, sur hautes instructions du roi Mohammed VI, de la deuxième phase de l'opération de régularisation des migrants, Faouzi Mustapha prend contact avec le gouverneur de la préfecture d'Aïn Sbaâ pour toucher un mot au sujet du migrant congolais et, "sans tergiverser, le gouverneur a donné suite à notre demande", exulte le président de la Fondation "Amal", dans une déclaration à le360. "Gaston, aussitôt après une séance de dialyse au centre de la Fondation jeudi dernier, s'est dirigé vers les autorités compétentes pour régulariser sa situation", se félicite Faouzi Mustapha, visiblement ému.

Et ce n'est pas fini ! Vu que Gaston est lauréat de l'une des plus prestigieuses universités au monde, en l'occurence la Sorbone, et qu'il a déjà fait ses preuves en tant qu'enseignant universitaire, "la Fondation Amal est intervenue auprès d'instituts d'enseignement supérieur privés pour trouver un poste d'enseignant au profit de Gaston", dévoile Faouzi Mustapha.

Une action d'autant plus louable qu'elle puise son sens et son essence de la fibre humaniste du roi Mohammed VI et des valeurs d'hospitalité et de solidarité chevillées corps et âme au peuple marocain.

17/12/2016, Ziad Alami

Source : le360.ma

Google+ Google+