mercredi 24 juillet 2024 21:58

picto infoCette revue de presse ne prétend pas à l'exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse marocaine, internationale et autres publications, qui n'engagent en rien le CCME.

Le Canada profitera de la politique ouverte d’immigration

La réponse officielle du gouvernement du Canada à la crise des réfugiés étant peu adéquate, il convient de rappeler que le Canada est un pays constitué d’immigrants. Et en raison de ce fait, il importe comment nous traitons les réfugiés, qu’ils viennent au Canada en tant que victimes de la guerre ou à la recherche d’une vie meilleure.

Malgré des scènes d’extrême désespoir dans le Moyen-Orient, le gouvernement conservateur du Canada est restée apparemment émotionnellement distant par l’assaut des migrants. La position officielle est que la crise des réfugiés n’est pas une raison de modifier la politique de l’immigration, mais plutôt une raison d’intensifier la guerre contre ISIS.

Les chefs de gouvernement nous disent que gouverner est de faire des choix difficiles, que ce soit une question des pensions, soins de santé, l’environnement, ou de réfugiés. Tout le reste serait vu comme une faiblesse.

Toutefois, l’état d’esprit actuel des conservateurs au pouvoir au Canada est sans doute un signe de la façon dont ils sont retirés de la vie réelle, car ce n’est pas la façon canadienne de parler si froidement à propos de la souffrance des autres. Réfugiés et migrants sont une réalité toujours présente dans les villes canadiennes. Et bien que le processus de réinstallation ne soit jamais facile, les avantages sont potentiellement énormes, comme l’on a prouvé maintes et maintes fois.

Que ce soit les Hongrois échappant le communisme dans les années 1950, les musulmans ismaéliens fuyant l’Ouganda dans les années 70, ou les gens qui sont venus en bateau plus tard, chaque groupe de réfugiés qui ont reçu l’asile au Canada ont enrichi le pays.

Les partisans du gouvernement soulignent que la réponse du Canada à la crise des réfugiés n’est pas aussi mauvaise que celui de certains pays,  et que nous ne construisons pas encore des clôtures de fer barbelé ou des camps de réfugiés. Mais l’insistance des conservateurs que nous suspendions notre humanité et n’est pas la façon de faire canadienne. Comme une nation d’immigrants, sauver le monde signifie nous sauver à nous.

29/12/2016

Source : immigration.ca

Google+ Google+