vendredi 7 mai 2021 03:37

Coup d’envoi de la première session du Printemps des sciences sociales à l’Université Al Akhawayn

samedi, 10 avril 2021

La première session du Printemps des sciences sociales organisé par la Faculté des sciences humaines de l’Université Al Akhawayn et la Faculté des lettres et des Sciences Humaines de l’Université Mohamed V de Rabat a débuté vendredi 9 avril 2021, en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME).

Dans son discours d’ouverture, le Secrétaire général du CCME, M. Abdellah Boussouf, a souligné que la présence du conseil à cette rencontre découle de l’intérêt que ce dernier consacre à la recherche scientifique en sciences sociales, compte tenu de son rôle central dans l’élaboration des politiques publiques fondées sur les mutations que la communauté marocaine a connues. Lors de cette séance d’ouverture dirigée par M. Abdelrahim Al-Atri, M. Boussouf a assuré qu’il n’est pas possible d’élaborer une politique publique efficace sans avoir assimilé les évolutions de la migration à travers des études sociologiques de terrain, affirmant que le CCME a, depuis sa création, travaillé à fournir des connaissances scientifiques mises à la disposition des chercheurs dans ses publications.

20210409 181926

« Le conseil a adopté une approche participative impliquant l’université dans la recherche sur les problématiques migratoires, et nous avons conclu plusieurs accords avec des universités marocaines et européennes pour promouvoir la recherche sur les migrations », a-t-il expliqué.

D’autre part, le Secrétaire général du CCME a noté que la Constitution de 2011 a alloué une importance particulière aux Marocains du monde et mis la barre très haut en consacrant quatre articles pour répondre à leurs aspirations, soulignant que le travail du gouvernement qui devait concrétiser ces dispositions n’a pas été à la hauteur des ambitions. Un manquement qui s’explique par l’absence d’une connaissance scientifique exacte sur la communauté marocaine à l’étranger chez l’acteur gouvernemental.

20210409 182114

En ce sens, M. Boussouf a interagi avec le débat soulevé par la signature de l’accord automatique d’échange de renseignements bancaires avec les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), et estimé que le gouvernement ne mesurait peut-être pas l’impact que cet accord allait avoir sur la communauté marocaine, qui aurait nécessité une étude sociologique au préalable.

 20210409 164608

Cette séance d’ouverture a également connu la participation par visioconférence du ministre délégué chargé de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, M. Driss Ouaouicha, qui a assuré que son ministère place la question de l’investissement dans les sciences sociales comme une priorité stratégique, appelant à faire de cette rencontre un forum international dédié aux sciences sociales avec la participation de plusieurs universités afin de faire rayonner l’image du pays et faire en sorte que les chercheurs puissent davantage développer leurs acquis et s’enrichir avec les expériences des autres.

Le discours du Président de l’Université Mohamed V à Rabat, prononcé par le Vice-Président par intérim, a exprimé l’ambition de son institution de donner une dimension internationale à ce forum afin de le positionner au rang des Marocains du monde intéressés par la sociologie et pouvoir échanger les expériences d’ici et d’ailleurs.

Quant au Président de l’Université Al Akhawayn, M. Amine Bensaid, il a abordé le rôle central des sciences sociales dans l’élaboration des politiques publiques et dans l’orientation des chercheurs dans d’autres sciences, puisque les sciences sociales sont présentes par leur méthodologie et leurs applications dans toutes les disciplines étudiées à l’Université Al Akhawayn.

M. Bensaid a, par ailleurs, expliqué que son université a pour projet de faire d’Ifrane une ville universitaire intelligente qui place les citoyens au cœur de son développement, ce qui place les sciences sociales à l’avant-garde de cette ambition.

Pour sa part, le doyen de la Faculté des lettres et des sciences humaines a mis l’accent sur la nécessité d’élaborer des politiques publiques intégrées à la recherche scientifique, une approche qui est incarnée par le printemps des sciences sociales, un projet scientifique prometteur pour développer nos approches et nos perspectives afin de pouvoir confronter les défis du futur.

En ce sens, le doyen de la Faculté des sciences humaines de l’Université Al Akhawayn, M. Abdelkrim Marzouk, a souligné dans son discours que ce forum vise non seulement à présenter des rapports ou à échanger des points de vue, mais surtout à fournir une vision à même de produire des projets de recherche pour renforcer la présence des sciences humaines dans la réalisation du développement.

A l’issue de cette séance d’ouverture du Printemps des Sciences Sociales, qui se poursuit dans la ville d’Ifran jusqu’au 11 avril 2021, deux accords de partenariat ont été signés. Le premier par le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger et l’Université Al Akhawayn pour la création du Centre Ibn Khaldun pour les migrations au sein de ladite université, tandis que le second accord a été signé par le CCME, l’Université Al Akhawayn et la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Mohamed V de Rabat, dans l’objectif de faire du Printemps des sciences sociales un rendez-vous annuel.

SG au JT de 2m: spécial programmation de la journée internationale des migrants

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+