dimanche 21 juillet 2024 08:51

Des centaines de Marocains de confession juive, affluent depuis jeudi soir à Gourrama, dans la province d'Errachidia, pour commémorer la Hiloula, pèlerinage rituel à la tombe de Rabbi Itshak Abehassira.

Cette manifestation, à laquelle des juifs Marocains venus des quatre coins du royaume, mais aussi du monde, a connu des moments forts de spiritualité et de recueillement, ponctués de prières.

Les rabbins marocains ont exprimé, lors de la cérémonie officielle de lancement de cette manifestation à laquelle a assisté une délégation conduite par le secrétaire général de la province, M. Azeddine Haloul, leur ferme attachement à leur mère-patrie, le Maroc, se félicitant de l'accueil chaleureux qui leur est réservé à chaque fois qu'ils se rendent à Gourrama pour célébrer cette fête religieuse.

"C'est une occasion qui me permet, à moi et à ma famille ainsi qu'à tous les juifs marocains du monde entier, de retourner à Gourrama, ma terre natale et de renforcer nos liens avec le Maroc, notre cher pays", a déclaré à la Map David Bouhssira, venu depuis Paris.

Le pèlerinage de cette année a été marqué également par une forte présence de jeunes, "signe de pérennité de cet attachement à nos racines et à notre terre d'origine", fait remarquer Benjamin Azeroual, jeune casablancais de 17 ans. Plusieurs habitants de la province d'Errachidia sont venus également assister à cette manifestation, en vue de rechercher et de revoir leurs anciens voisins, leurs amis d'enfance, avec qui ils partageaient des relations distinguées.

Décédé en 1921, Rabbi Ytzhak Abehassira qui est l'un des 600 saints du judaïsme marocain, est un témoin de la liberté de culte qui caractérise historiquement le Maroc.

Source : MAP

Le restaurateur marocain Hassan M'Souli, aux fourneaux en Australie, est nominé aux Gourmand Awards 2010, dont la remise est prévue le 11 février prochain à Paris, a-t-on appris auprès des organisateurs de ce Prix qui récompense les meilleurs livres de cuisine publiés en 2009.

Hassan M'Souli, l'un des quatre candidats en lice dans la catégorie "Best African Cuisine Book, est "finaliste pour recevoir le Gourmand Award pour son livre +Make It Moroccan+(cuisine marocaine)", a précisé à la MAP Edouard Cointreau, président du comité de ce Prix.

Le restaurateur marocain, propriétaire d'un restaurant à Sydney et auteur de plusieurs livres de cuisine marocaine, participera également au Paris Cookbook Festival, le premier salon du livre de cuisine de la capitale française (12-15 février) où il devra faire une démonstration de cuisine.

Fondés en 1995 par Edouard Cointreau, les Gourmand Awards vise à honorer ceux qui "cuisinent avec des mots", en aidant les lecteurs à trouver les meilleurs des 26.000 livres sur la cuisine, publiés chaque année, et les éditeurs à traduire et distribuer ces livres.

Il contribue ainsi au développement de la connaissance en la matière, dans le respect des différentes cultures culinaires, pour une meilleure compréhension de l'autre.

En 2008, des livres de 102 pays ont participé à cette compétition gratuite et ouverte à toutes les langues.

Source : MAP

Le festival des deux rives, organisé dans plusieurs villes du Maroc du 21 au 29 courant, a clos, vendredi, sa 3ème édition en apothéose avec un concert/fusion de musiques andalouse et flamenco.

La prestation aussi remarquable que remarquée du jeune talentueux, Jallal Chekkara, et de son orchestre, composé de musiciens marocains et espagnols, a donné un sens concret aux objectifs de ce festival qui se veut, selon M. José Monleon président de la fondation de l'Institut International de Théâtre méditerranéen, organisatrice du festival, "une expression artistique" et un lieu de "dialogue de l'imaginaire et de la mémoire''.

Les spectateurs, venus en masse au complexe culturel Mohammed VI, ont assisté également à d'autres moments forts de cette interférence culturelle et du dialogue culturel notamment le concert musical des '' femmes de la méditerranée'' durant lequel se sont distinguées, dans une harmonie déconcertante, les chanteuses Ilham loulidi et Ana Alcaide, ou encore le ballet flamenco de la chorégraphe Eva Flamenco.

Au cours de cette manifestation, lancée à Rabat par l'opéra Carmen, les spectateurs ont pu suivre 26 spectacles (danses, musiques, mimes, cirques) donnés dans six villes et qui ont drainé, selon les organisateurs, au moins 30.000 personnes.

Organisée, à tour de rôle, annuellement, depuis 2007, au Maroc et en Espagne, cette manifestation a pour objectif de promouvoir la coopération, la connaissance mutuelle, la cohabitation dans le cadre de la diversité et la consécration des valeurs communes, souligne le directeur adjoint de cette manifestation M. Larbi El Harti.

Source : MAP

Une enveloppe budgétaire de 80 millions d'euros a été allouée par l'Agence de développement Belge CTB-Maroc pour financer le nouveau programme indicatif de coopération maroco-belge (2010-2013).

Ce programme, dont le montant représente le double de celui alloué au précédent, a été lancé, vendredi soir à Rabat, en présence d'un parterre de personnalités marocaines et étrangères.

Il portera sur deux secteurs prioritaires en l'occurrence l'eau et l'agriculture. Une attention particulière est également accordée aux thèmes transversaux tels que l'égalité des sexes, la gestion durable de l'environnement et le changement climatique ou encore les droits de l'enfant.

En décembre 2009, la Belgique et le Maroc se sont mis d'accord sur un programme indicatif de coopération étalé sur les trois années à venir, a déclaré à la presse l'ambassadeur de Belgique, M. Jean-Luc Bodson.

Le Maroc et la Belgique ont entamé leur coopération de développement depuis 1965 soit près de 45 ans de coopération fructueuse, a-t-il ajouté, rappelant que les deux parties " célèbrent aujourd'hui le 10ème anniversaire de la CTB, l'agence belge de développement qui a atteint sa vitesse de croisière".

Cette cérémonie célèbre également l'entrée de la Belgique au "G 0,7" qui est un club des pays qui consacrent 0,7 pc de leur PNB aux dons de coopération et de développement, a fait remarquer M. Bodson. Ce club ne compte que six pays à savoir la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Suède, la Norvège et le Danemark, a-t-il ajouté.

L'agence belge de développement dispose désormais d'une nouvelle identité visuelle, plus forte et plus cohérente dont un nouveau logo symbolisant le partenariat et solidarité mondiale, et une nouvelle signature "Construisons un monde équitable".

Cette cérémonie s'est déroulée en présence de la ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, Mme Nouzha Skalli et du ministre chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger, M. Mohamed Ameur.

Source : MAP

Une étude sur la stratégie de mobilisation de l'investissement des marocains du monde recommande la pérennisation et l'amélioration des flux des transferts de leurs fonds vers le Maroc.

Présentée, vendredi à Rabat, lors d'un séminaire sur les mesures prises par le gouvernement visant le développement de l'investissement des MRE, cette étude appelle à l'optimisation de l'emploi de ces transferts, particulièrement dans les investissements productifs.

Réalisée par le ministère chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger, l'étude souligne également l'importance de développer un système d'information et de reporting au niveau des différents intervenants dans la collecte et le transfert des fonds (Bank Al Maghrib, les banques commerciales et l'Office des changes).

Ce système sera d'une "grande utilité et une source d'information en temps réel, nécessaire pour concevoir une stratégie de réponse également en temps réel", selon l'étude.

Compte tenu de la conjoncture actuelle marquée par la crise économique internationale, l'étude met l'accent sur la nécessité de concevoir et de mettre en place un système qui "pourrait aider à anticiper les tendances futures et concevoir les actions appropriées".

L'étude n'a pas manqué de relever les handicaps rencontrés par les MRE qui veulent investir au Maroc, énumérant notamment dans ce cadre le manque d'information et de sensibilisation, les problèmes d'accompagnement, de foncier et de justice.

Il est recommandé donc le lancement d'une action de sensibilisation des MRE dans les pays d'accueil, pour contribuer aux efforts visant à résoudre les difficultés que rencontrent les Marocains du Monde porteurs de projets au Maroc.

L'étude sur la stratégie de mobilisation de l'investissement des MRE s'inscrit dans le cadre des efforts déployés pour concevoir et mettre en œuvre une politique volontariste et intégrée en faveur de cette communauté.

Le séminaire, auquel a pris part le ministre chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger, M. Mohamed Ameur, se veut une occasion pour débattre de la place des mesures visant le développement de l'investissement des MRE dans l'environnement juridique et financier et l'identification des conditions favorables à leur mise en œuvre.

Source : MAP

Le cinéma marocain est l'invité d'honneur de la 32è édition du festival du court-métrage de Clermont-Ferrand (Centre de la France) qui se tient du 29 janvier au 6 février.

La programmation marocaine comprend une rétrospective de films représentant "les moments forts de la production marocaine": les années 50-70 avec les pionniers, les années 90 marquées par les cinéastes issus de l'immigration et les années 2000, reflet d'une nouvelle génération d'auteurs.

Plus de 40 courts-métrages de réalisateurs marocains sont programmés à cette édition du festival.

Cette rétrospective réunit aussi plusieurs cinéastes consacrés internationalement par leurs longs métrages comme Laïla Marrakchi, Faouzi Bensaïdi, Ismaël Ferroukhi ou encore Nabil Ayouch.

Le court-métrage marocain "Passion courte", de Mahassine El Hachadi (2009), est en lice à la compétition internationale du festival aux côtés de 78 autres films représentent 53 pays.

Le jury qui a sélectionné les courts-métrages des trois compétitions (internationale, nationale et Labo) a visionné plus de 6.500 films, un record, selon les organisateurs.

Parallèlement au festival, se tient le 25è marché du court-métrage, un rendez-vous des professionnels du monde entier qui offre un catalogue de 6.000 films.

Le festival avait accueilli plus de 137.000 visiteurs en 2009 et devrait encore une fois confirmer sa réputation de "découvreur de talents".

Source : MAP

La Mauritanie reste un pays majeur de destination et de transit pour les migrants d'Afrique sub-saharienne, puisque 84 pc des quelque 100.000 immigrés en situation irrégulière pour la plupart vivant actuellement en Mauritanie provient de pays voisins, en particulier du Sénégal (38 pc) et du Mali (28pc), mais aussi de Gambie, de Côte d'Ivoire et de Guinée-Bissau, a indiqué l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM).

Dans un rapport, présenté vendredi à la presse à Genève, l'OIM a précisé que ce chiffre comprend les migrants qui travaillent dans le secteur informel de l'économie mauritanienne, ainsi que les migrants qui transitent par la Mauritanie sur le chemin de l'Europe à travers les îles Canaries.

En 2008, note le rapport, 100.000 Mauritaniens avaient émigré à l'étranger, principalement en Afrique de l'Ouest (65,6 pc) et en Europe (20,6 pc), mais aussi en Afrique centrale (2,4 pc), en Amérique du Nord (2,5 pc) et vers les pays du Golfe (0,3 pc).

Selon l'OIM, l'émigration des Mauritaniens est principalement due à la diminution des opportunités dans l'économie nationale et à un secteur informel saturé, qui poussent un nombre croissant de jeunes non qualifiés et de chômeurs à immigrer.

Le rapport indique que les fonds envoyés par ces immigrés jouent un "rôle crucial" dans l'amélioration du niveau de vie des familles en Mauritanie, même si les fonds envoyés ont été estimés à seulement 2 millions de dollars en 2008, ce qui représente 0,1 pc du PIB du pays.

Source : Casafree/MAP

Des délégations française et sénégalaise ont décidé vendredi à Dakar de mettre en place les modalités de suivi de ‘’l’application optimale’’ de l’accord sur l’observatoire des flux migratoires et le comité mixte paritaire, a appris l’APS de source diplomatique.

L’objectif est d’arriver à ‘’favoriser une meilleure maîtrise des flux migratoires’’, indique samedi le ministère sénégalais des Affaires étrangères.

Les deux délégations étaient conduites, respectivement, par Stéphane Fratacci, secrétaire général du ministère français de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, et par l’ambassadeur Absa Claude Diallo, son homologue du côté sénégalais, signale le texte.

Les deux parties comprenaient des représentants de ministères et structures impliqués dans la mise en œuvre de l’accord.

Elles se sont retrouvées mercredi, jeudi et vendredi pour tenir la première réunion du comité mixte paritaire de suivi de l’application de l’Accord de gestion concertée des flux migratoires.

Cet accord date du 23 septembre 2006 et son avenant du 25 février 2008, signés entre la France et le Sénégal et entrés en vigueur le 1er août 2009.

Il s’inspire de l’Approche globale des migrations consacrée par les Conférences euro-africaines sur la migration et le développement, tenues à Rabat, en juillet 2006 puis à Paris, en novembre 2009.

Il est ‘’le reflet d’une volonté commune marquée par l’histoire et l’intensité des relations entre les deux pays (le Sénégal et la France), en vue d’appréhender, dans le cadre d’un partenariat, la problématique migratoire’’, souligne le communiqué.

‘’Cette réunion (de Dakar) a permis de préciser les conditions d’une bonne application des dispositions de l’accord qui ont vocation à encourager la migration circulaire légale et à lutter contre l’immigration irrégulière’’, rapporte la même source.

Aussi a-t-elle permis de ‘’souligner le lien entre migration et développement par des actions de développement solidaire notamment en soutien aux initiatives de la diaspora sénégalaise en France’’.

Des dispositions ont déjà mises en œuvre notamment celles favorisant la circulation des personnes entre la France et le Sénégal ainsi que l’exécution d’un nouveau programme de développement solidaire,.

Ce programme est étalé sur trois ans (2009-2011), à hauteur de plus de 6 milliards de FCFA. Il poursuit et élargit le programme de développement solidaire engagé en 2005 et arrivé à son terme. Les délégations se sont félicitées de ces dispositions.

‘’Les deux parties ont notamment retenu le principe d’un dispositif permettant d’assurer, entre les deux pays, la transmission et le rapprochement des offres et demandes d’emplois dans les 108 métiers figurant sur la liste annexée à l’accord’’, poursuit le texte.

Il note à cet égard que des dispositions pratiques sont en cours d’élaboration pour faciliter la mise en œuvre de l’immigration de travail en application de l’accord de gestion concertée des flux migratoires.

Source : Agence de presse sénégalaise

Les temps sont difficiles pour les immigrés en Autriche. Le gouvernement vient de durcir les conditions d’immigration et de rendre plus difficile l’accès aux allocations familiales. Des mesures qui font plaisir à l'extrême droite qui est certes dans l’opposition mais qui est créditée de 24% des intentions de vote pour les prochaines élections.

L’extrême droit en Autriche est la plus puissante d’Europe. Elle est notamment incarnée par le Freiheitliche Partei Österreichs (FPO) fondé en 1955 et dirigé un temps par Jörg Haider. Le FPO a toujours une place importante dans le paysage politique autrichien mais c’est en 1999 qu’il fait son entrée au pouvoir.

Le parti obtient alors 27% des voix lors des élections législatives et forme une coalition avec le Parti populaire autrichien. A l’époque, l’Union européenne inquiète avait placé l’Autriche sous surveillance afin de s’assurer que les principes démocratiques y étaient toujours respectés.

Une surveillance levée en 2000, alors que Jörg Haider ne fait pas partie du gouvernement et ne dirige plus le FPO. Le parti ne fait d’ailleurs plus vraiment recette et s’enfonce dans les sondages. Jusqu’à l’arrivée à sa tête de l’actuel président Heinz-Christian Strache en 2005.

Heinz-Christian Strache fait partie de la tendance la plus à droite du parti et est connu pour ses déclarations tranchées telle que «Vienne ne doit pas devenir Istanbul». C’est son parti qui a réussi le tour de force d’installer le débat sur l’immigration au cœur de la vie politique autrichienne.

Source : Euranet

Free a lancé depuis le 1er janvier 2010, une offre de téléphonie illimitée vers le Maroc, incluant les appels vers les lignes fixesde Maroc Telecom. L’offre bien accueillie en France par de nombreux utilisateurs de téléphone vers le Maroc, a fait déjà de nombreux mécontents, moins d’un mois après son lancement. Motif, des abonnés n’ayant pas bien compris les modalités des changements tarifaires, ont commencé à utiliser le service sans valider les nouvelles conditions générales de ventes (CGV). Résultat : des grosses factures en perspectives pour certains clients.

Depuis le 6 janvier 2010, des messages sur Free et ses conditions ne cessent d’alimenter notre forum. « Farahana » a ouvert le bal, en informant les internautes qu’elle venait d’apprendre qu’il fallait valider les nouvelles conditions générales de ventes (CGV) pour bénéficier de la gratuité vers les fixes de Maroc Telecom. Aussitôt, des réponses de confirmation ou demande de plus amples explications ont été postées. Comme elle, beaucoup d’utilisateurs avaient commencé les appels vers le Maroc sans valider au préalable les CGV.

Dans son communiqué officiel de lancement daté du 22 décembre 2009, Free a indiqué que la nouvelle grille tarifaire sera effective 24 heures après la validation des nouvelles CGV. En d’autres termes, les anciens abonnés ayant appelé avant l’acceptation des CGV se trouvaient donc hors forfait. Cette nouvelle grille, comme nous l’avons annoncé, prévoit en effet, en plus des appels illimités vers les fixes marocains (Maroc Telecom uniquement), l’augmentation de 0,39 à 0,49 euro la minute, des tarifs vers les mobiles au Maroc.

Les personnes n’ayant pas approuvé les CGV ont reproché à Free de ne pas les avoir prévenues par mail de ces changements tarifaires, comme le fait SFR également dans l'illimité vers le Maroc, ou d’autres opérateurs vers d’autres destinations. De plus, il est important de signaler que les abonnés Free n’ont pas accès à leur consommation du mois en cours. Ils doivent impérativement composer le 3244.

Ainsi, ceux qui ont appelé le 3244, ont eu la désagréable surprise d’apprendre qu’une facture importante les attendait pour février. Parmi eux, « Omazzouzi » et « Faicaltang », ont appris qu’ils doivent déjà plus de 600 euros chacun. Dans la même situation, « Varadero » s’est dit « arnaquer de 231 euros par Free ». Ce dernier est même décidé à résilier son abonnement.

Ils sont nombreux ceux qui ont fait les frais de la non validation des CGV, au point de vouloir se réunir et saisir des associations de consommateurs pour dénoncer Free. Mais en attendant, certains ont décidé de faire opposition au prélèvement bancaire, alors que d’autres sont déterminés à ne pas régler leur facture, se disant victimes d’une grosse arnaque.
La gratuité des appels vers le Maroc, a du mal à passer pour toutes ces victimes des CGV !

Source : Yabiladi

Le Consulat du Maroc à Montréal a abrité, jeudi soir, le vernissage d'une exposition de l'artiste peintre Anne Marie Marrache Azoulay placée sous le thème "Réminiscence marocaine"

Sans jamais cesser de recourir à ses souvenirs, cette artiste juive marocaine laisse délibérément le pas à son imagination. Et ce, d'autant plus que s'estompent dans sa mémoire les détails qu'elle avait engrangés sur le vif. Et chaque fois qu'elle le peut, c'est-à-dire au rythme des commandes, elle met en scène le paysage du Maroc.

L'intervention de la force créatrice par la couleur et la tonalité donne aux tableaux une dimension toute particulière. Mogador, Le rocher, les bergères, l'eau vive... autant de toiles qui témoignent des moments de voyages et "racontent" des sujets soigneusement élaborés par cette peintre native d'Essaouira et immortalisant la splendeur des paysages et autres scènes de la vie quotidienne au Maroc et ailleurs.

Pour Mme Azoulay, cette exposition qui fait partie d'une série d'activités programmées le long de cette année à Montréal, représente "un échantillon" et une "petite fenêtre qui permet d'apprécier la diversité géographique et culturelle'' du Royaume.

Elle a d'autre part salué l'initiative "pionnière" du Consulat général du Maroc à Montréal d'organiser cet événement qui a vu la présence des membres du Consulat général du Maroc et de l'ONMT à Montréal, d'une pléiade d'artistes, d'hommes d'affaires, de journalistes, des membres du Conseil de la Communauté Marocaine Résidant à l'Etranger, des membres de la communauté juive d'origine marocaine et des membres de la diaspora marocaine résidant à Montréal.

Tout en rendant hommage à l'artiste peintre, la Consule générale du Maroc à Montréal, Mme Souriya Otmani, a indiqué avoir voulu à travers cette exposition et d'autres programmées "humaniser" l'administration et la rendre "plus chaleureuse, plus attrayante  en faisant non seulement un lieu de services publics, mais également un lieu de culture, de rencontres et d'échanges".

L'œuvre de Marrache Azoulay témoigne de l'"attrait particulier pour la culture populaire" avec un "sens aigu de l'observation méticuleuse", a ajouté la diplomate dans une allocution à cette occasion.

Native d'Essaouira, Mme Anne Marie Marrache Azoulay a étudié au Maroc et en France avant de s'installer à Montréal. Actuellement, l'artiste peintre enseigne dans une académie de la Rive Sud de la métropole québécoise, où tout en perfectionnant son art, elle a à coeur de préparer la relève, en transmettant les techniques de base du dessin et de la peinture à des jeunes enfants de 4 à cinq ans.

Source : MAP

Le ministre chargé de la Communauté marocaine à l'étranger, M. Mohamed Ameur, a appelé, vendredi à Rabat, à favoriser l'émergence d'une nouvelle génération d'investisseurs et de porteurs de projets parmi les Marocains résidant à l'étranger (MRE).

S'exprimant lors de l'ouverture d'un séminaire sur les mesures prises par le gouvernement visant le développement de l'investissement des MRE, M. Ameur a souligné l'importance "grandissante" de cette génération hautement qualifiée qui doit être pleinement mobilisée dans l'économie nationale.

Il a indiqué, dans ce sens, que son département travaille pour asseoir un cadre "attractif et adapté aux besoins et affinités des investisseurs expatriés", mettant à leur disposition une banque de projets en adéquation avec les potentialités et les particularités de leurs régions d'origine.

Le ministère oeuvre également pour identifier et évaluer les formes de partenariat international avec les acteurs locaux et nationaux dont l'objectif est l'appui et l'encadrement des émigrés dans leurs projets de développement économique de leurs régions, a ajouté M. Ameur.

S'agissant des mesures prises par le gouvernement pour mieux drainer les investissements des Marocains du monde, il a rappelé notamment la mise en place du mécanisme d'encouragement des investissements des MRE (25 pc du coût du projet à la charge de l'investisseur, 10 pc sous forme de subventions de l'Etat et 65 pc de crédit bancaire).

Pour sa part, le directeur général de la Caisse centrale de garantie (CCG), M. Houcine Itaoui, a souligné l'importance de MDM invest, un fonds géré par la Caisse et destiné à inciter les MRE à investir davantage.

Ce fonds se caractérise par l'ouverture sur plusieurs couches et plusieurs secteurs, l'attractivité générée par la diversité de ses services et la simplicité de sa procédure.

Cette rencontre, organisée par le ministère Chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger, se veut une occasion pour débattre de la place des mesures visant la promotion de l'investissement des MRE dans l'environnement juridique et financier et l'identification des conditions favorables à la mise en œuvre de ces mesures.

Source : MAP

Une étude sur la stratégie de mobilisation de l'investissement des marocains du monde recommande la pérennisation et l'amélioration des flux des transferts de leurs fonds vers le Maroc.

Présentée, vendredi à Rabat, lors d'un séminaire sur les mesures prises par le gouvernement visant le développement de l'investissement des MRE, cette étude appelle à l'optimisation de l'emploi de ces transferts, particulièrement dans les investissements productifs.

Réalisée par le ministère chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger, l'étude souligne également l'importance de développer un système d'information et de reporting au niveau des différents intervenants dans la collecte et le transfert des fonds (Bank Al Maghrib, les banques commerciales et l'Office des changes).

Ce système sera d'une "grande utilité et une source d'information en temps réel, nécessaire pour concevoir une stratégie de réponse également en temps réel", selon l'étude.

Compte tenu de la conjoncture actuelle marquée par la crise économique internationale, l'étude met l'accent sur la nécessité de concevoir et de mettre en place un système qui "pourrait aider à anticiper les tendances futures et concevoir les actions appropriées".

L'étude n'a pas manqué de relever les handicaps rencontrés par les MRE qui veulent investir au Maroc, énumérant notamment dans ce cadre le manque d'information et de sensibilisation, les problèmes d'accompagnement, de foncier et de justice.

Il est recommandé donc le lancement d'une action de sensibilisation des MRE dans les pays d'accueil, pour contribuer aux efforts visant à résoudre les difficultés que rencontrent les Marocains du Monde porteurs de projets au Maroc.

L'étude sur la stratégie de mobilisation de l'investissement des MRE s'inscrit dans le cadre des efforts déployés pour concevoir et mettre en œuvre une politique volontariste et intégrée en faveur de cette communauté.

Le séminaire, auquel a pris part le ministre chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger, M. Mohamed Ameur, se veut une occasion pour débattre de la place des mesures visant le développement de l'investissement des MRE dans l'environnement juridique et financier et l'identification des conditions favorables à leur mise en œuvre.

Source : MAP

Faire de la Fondation des émigrés sénégalais (Fes) un projet pilote dans d’autres pays africains, c’est le vœu émis par la présidente de ladite structure, hier, à la cérémonie d’ouverture de l’assemblée générale de cette organisation à Dakar.

La présidente de la Fondation des émigrés sénégalais (FES) a appelé les organisations s’activant dans le domaine de la migration à faire de sa structure «  un projet pilote  » dans d’autres pays. Khady Sakho Niang, qui s’exprimait hier lors de l’Assemblée générale de la Fes, à Dakar, a estimé que sa fondation pourrait servir de modèle dans d’autres pays. Cette fondation de migrants sénégalais existe depuis 2004. Selon la présidente, sa création découle de la «  volonté des Sénégalais de la trentaine de pays  » qui avaient senti la nécessité de son existence. Saluant la crédibilité acquise par cette organisation en si peu de temps, le directeur de Cabinet du ministère des Sénégalais de l’Extérieur a réitéré la disposition de son département à accompagner la Fes dans ses missions. Cheikh Issa Sall a, d’ailleurs, invité les membres de la Fes à «  travailler main dans la main  »  afin de faire de leur immigration une «  immigration de développement  ». D’ailleurs, a rappelé M. Sall, l’Etat se devait de connaître la contribution considérable des émigrés dans les domaines social, culturel et dans le tourisme sénégalais.

Pour sa part, le représentant régional adjoint de l’Organisation internationale des migrations (Oim), Laurent de Boeck, a exhorté les membres de la Fes à contribuer à rectifier la mauvaise image de l’immigration consistant à en faire la seule voie de réussite pour beaucoup de jeunes. A ce titre, il a ajouté aux fonctions sociales et de développement économique des migrants, celle de diplomate qu’ils doivent incarner dans les pays d’accueil. Abondant dans le même sens, la représentante du Bureau international du Travail (Bit) a invité les migrants sénégalais à faire de leur expérience migratoire «  une expérience positive  » pouvant davantage servir à leur communauté.   Et M. De Boeck de rappeler que la structuration de la diaspora pourra favoriser la défense de leurs droits et contribuer à une meilleure écoute de leurs doléances.

Depuis sa création, la Fes a participé à différentes sessions sur le Forum mondial sur les migrations aux Philippines et en Grèce. Au plan national, la fondation vient d’inaugurer un Centre d’orientation et de documentation sur l’émigration dont le rôle est d’informer, de conseiller et d’orienter les candidats à l’émigration et les émigrés de retour. Dans le long terme, cette fondation des migrants sénégalais envisage l’ouverture de «  représentations dynamiques  » dans des pays comme l’Espagne, l’Italie, la France, le Maroc, les Etats-Unis, le Gabon, la Côte d’Ivoire, etc.

Source : Le Soleil.sn

Parce que la migration circulaire permet aux candidats à l'émigration de faire la navette entre leurs pays d'origine et celui d'accueil, le Bureau international du travail l’encourage. D’autant qu’une étude menée au Sénégal, en Mauritanie et au Mali démontre que moins les migrants résident dans les pays européens, moins ils leur posent des problèmes.

De plus en plus en plus, l'Europe se replie sur elle-même. Parallèlement à l'émigration choisie, le vieux continent encourage le retour des migrants vers leurs pays d'origine. Ce qui n'est pas sans risque pour les principaux intéressés. En ce sens que leur réinsertion dans le tissu socio-économique de leurs pays pose plus de problèmes qu'elle n'en résout. Sous ce rapport, le Bureau international du travail (Bit), par le biais de son Projet de bonne gouvernance de la migration de main-d’œuvre et son lien avec le développement au Sénégal, encourage la migration circulaire. Une méthode qui permet aux candidats à l'émigration de faire la navette entre leurs pays d'origine et celui d'accueil. Selon le coordonnateur du projet Federico Barroeta, sur la base d'études menées au Sénégal, en Mauritanie et au Mali, il a été découvert que moins les migrants résident dans les pays européens, moins ils leur posent des problèmes. Par conséquent, l’étude sur ‘la migration du retour’ préconise une meilleure gestion, par les gouvernements africains, des conditions d’un retour et de la réinsertion réussis permettant une réinsertion dans le pays d’accueil.

Responsable au sein dudit projet, Badara Ndiaye estime qu'on ne peut pas dissocier la question du retour des migrants des nouvelles règles sur l'émigration en Europe. Pour lui, ‘maîtriser la question du retour, c’est maximiser le potentiel de la circulation des migrants’.En effet, les résultats préliminaires de cette étude montrent qu’il y a ‘une demande des migrants à bénéficier d’un travail d’accompagnement pour faciliter leur retour’. A l’en croire, les migrants candidats au retour se posent énormément de questions sur leurs conditions d'accueil et de réinsertion. Ce qui pousse Federico Barroeta à estimer que le retour doit être préparé et non improvisé. Pour lui, la personne doit préparer les différents aspects aussi bien économiques que sociologiques ou socioprofessionnels pour faciliter la réintégration dans son pays d’origine. ‘Généralement, les personnes ont des motivations différentes pour décider de retourner, mais ils sentent, par moments, le besoin d’être mieux outillés avant de regagner leur pays d’origine’, souligne-t-il.

L’étude qui a été restituée visait à avoir un regard sur les politiques publiques, afin de faire des propositions les aidant à améliorer leur vision sur les questions de retour et de la migration circulaire. Elle renseigne que ‘connaître la manière dont s’organisent les pratiques de la circulation et celles de liens transnationaux entre les migrants et leur pays d’origine, constitue un outil principal pour les politiques publiques en matière de migration. Elle permet de définir les politiques de réinsertion pour exploiter le potentiel que constituent les migrants. En lien avec la question de la circulation mais aussi les ressources techniques et les compétences des migrants’. Il a été cependant déploré le fait qu’il n’y ait pas beaucoup de travaux sur la question du retour.

L’étude démontre que, dans les motivations personnelles des candidats au retour, il y a l’attachement à son pays et la conscience d’un potentiel à mettre au service de son pays en développant des activités à forte valeur ajoutée. Ce qui doit pousser les pouvoirs publics à réorienter leurs politiques vers la migration circulaire. Les réflexions doivent contribuer à améliorer les politiques publiques pour donner aux gouvernements, aux organisations de la société civile, aux acteurs de coopération des informations cruciales sur la manière de traiter la question du retour.

Source : Walf Fadjri

Une Convention-cadre de partenariat entre le ministère délégué chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger et l'Université Mohammed V-Agdal portant sur le développement de la coopération dans le domaine des recherches et activités éducatives et culturelles au profit des Marocains résidents à l'étranger (MRE) a été signée jeudi à Rabat.

Cette convention, signée par le ministre délégué chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger, M. Mohamed Ameur et le doyen de la faculté des lettres et des sciences humaines à Rabat, M. Abderrahim Benhadda, vise à identifier un cadre de coopération et de partenariat entre le ministère et l'Université pour mobiliser et faire participer l'Université Mohammed V-Agdal à l'encadrement des activités éducatives et culturelles ciblées, outre l'encouragement de la recherche scientifique dans les domaines relatifs aux MRE.

Aux termes de cette Convention, l'Université prend en charge, à travers la Faculté des lettres et des sciences humaines, l'organisation de l'Université d'été et la réalisation de programmes éducatifs et culturels au profit des jeunes de l'émigration, en plus de l'encouragement de la recherche scientifique sur l'émigration et la situation des Marocains établis à l'étranger.

De son côté, le ministère mettre à la disposition des chercheurs l'ensemble des données et documents et prendra en charge l'organisation de l'Université d'été, outre la contribution au financement des recherches relatives à l'émigration et à la situation des MRE.

Elle stipule, en outre, la mise en place de programmes de coopération annuels en fonction d'un plan convenu entre les deux parties.

Intervenant à cette occasion, M. Ameur, a indiqué que cette Convention permettra d'ouvrir de nouvelles perspectives de coopération prometteuse entre les deux parties qui érige l'investissement dans le domaine culturel en pari stratégique pour la consolidation des relations entre les MRE et leur patrie.

M. Ameur a précisé que cette Convention permettra aux enfants des MRE de prendre connaissance de la civilisation de leur pays d'origine et d'être informés des derniers chantiers de réforme que connaît le Royaume.

Pour sa part, M. Benhadda a souligné que les Universités d'été seront organisées en deux sessions de 15 jours chacune qui profiteront aux enfants des MRE.

La faculté des lettres et des sciences humaines recevra également deux promotions d'étudiants qui bénéficieront de cours de langue arabe et de conférences sur l'histoire et la géographie du Maroc et d'autres sujets portant notamment sur la situation de la femme, le processus démocratique et les droits humains dans le Royaume.

Source : MAP

Le Groupe Banque Populaire (GBP) compte ouvrir quatre nouvelles agences en Espagne durant l'année 2010, dans l'objectif de "bancariser" davantage la Communauté marocaine résidant dans ce pays.

Ces nouvelles succursales seront ouvertes dans les villes de Bilbao (Nord), Almeria (Sud), Tarragone (Nord-est) et Valence (Est), dans le cadre du plan d'expansion de cette entité financière marocaine en Espagne, a-t-on appris jeudi auprès du GBP à Madrid.

La Banque Populaire compte actuellement deux agences bancaires en Espagne, une à Madrid et l'autre à Barcelone.

L'ouverture courant 2010 de ces nouvelles succursales, qui se fera dans des régions espagnoles à forte concentration de Marocains, répond à un souci de rapprochement des services bancaires de la communauté marocaine résidant en Espagne, a-t-on précisé de même source.

Elle a pour objet également de contribuer à l'inclusion financière des marocains résidant en Espagne par une bancarisation plus poussée et un accès plus facile aux services bancaires, aussi bien dans le pays d'accueil que dans le pays d'origine.

L'un des buts recherchés est aussi le renforcement des flux financiers entre les deux pays, à travers un accompagnement plus rapproché des entreprises et des investisseurs souhaitant saisir les opportunités offertes par le Royaume dans les différents secteurs de l'économie.

La Banque Populaire est liée par des accords de partenariat et de coopération avec plusieurs entités financières espagnoles, notamment "La Caixa", "Caja Madrid" et "Banco Popular".


Source : MAP

Sans nouvel apport d'immigrants, la population espagnole va décroître à partir de 2020 en raison d'un nombre de naissances insuffisant, et le nombre de personnes âgées de plus de 64 ans va doubler d'ici 2049, selon une étude officielle dévoilée jeudi. "La croissance naturelle de la population deviendra négative à partir de 2020", selon une projection de l'Institut national de la statistique (Ine). Cette étude prévoit toutefois que la population totale en Espagne, passera, de 45,8 millions de personnes début 2009 à 47,9 millions en 2049, en raison du solde migratoire. Sur la période 2019-2028, l'Ine estime que le nombre de naissances sera de 4,188 millions pour 4,383 millions de décès, entraînant une diminution de la population (hors immigration). Le taux de fécondité des femmes espagnoles est actuellement très bas, de 1,4 enfant par femme, et l'âge moyen de la maternité est de 30,8 ans. L'Ine prévoit que le taux augmentera jusqu'à 1,7 en 2048, mais cette hypothèse "ne sera pas suffisante pour éviter la baisse en nombre absolu de naissances au cours des deux prochaines décennies, conséquence de la réduction du nombre de femmes dans la tranche d'âge fertile", selon l'Ine. La population espagnole connaîtra un très important vieillissement: les plus de 64 ans représenteront 31,9% de la population en 2049, soit environ le double d'aujourd'hui. L'Ine avertit des problèmes de dépendance que cela va engendrer car en 2049, les personnes en âge de travailler ne représenteront à peine plus de 50% de la population totale, si l'on se base sur l'âge actuel de la retraite (65 ans). Ces calculs ont été élaborés à partir d'une hypothèse de "maintien des tendances et comportements démographiques actuels", selon l'Ine. Concernant l'immigration, qui a explosé en Espagne depuis le milieu des années 1990 en raison de la forte croissance économique (les étrangers représentent environ 12% de la population), l'Ine prévoit un ralentissement du flux migratoire au cours des 10 prochaines années. Selon elle, d'ici 2048, il y aura d'ici 2,6 millions d'étrangers de plus en Espagne qu'aujourd'hui, alors que leur nombre a explosé de près de 5 millions au cours des 15 dernières années.

Source : Le Monde

4,5 milliards d’euros, c’est ce que pèsera le marché du halal en France en 2010, d’après une étude du cabinet Solis. Encore faut-il ajouter le milliard d’euros du chiffre d’affaires de la consommation halal dans le circuit de la restauration rapide. Un marché bien lucratif…

Campagnes publicitaires, lancements de nouveaux produits, hausse du chiffre d’affaires… « 2009 restera une date charnière dans l’histoire du halal en France », affirme Abbas Bendali, patron de Solis, une agence spécialisée dans le conseil en marketing ethnique qui vient de publier, le 21 janvier, une enquête sur le sujet. Réalisée durant la première quinzaine de décembre 2009, elle conclut que le marché halal s’est fortement consolidé, tant en termes financiers qu’au niveau de sa visibilité marketing.
Primo, plusieurs grandes marques de l’agroalimentaire (Fleury Michon, Maggi, Herta…) se sont emparées du créneau en lançant l’an dernier – dans une relative discrétion - leurs propres produits estampillés halal, en profitant du ramadan pour mieux les faire connaître. Deuxio, se démarquant de la retenue de ses nouveaux concurrents, Isla Délice et Zakia, deux marques historiques de la filière, ont procédé à d’importantes campagnes publicitaires.

Le halal en haut de l’affiche

L’été dernier, Zaphir, l’entreprise propriétaire de la marque Isla Délice, s’est affichée sur quelque 7 300 panneaux publicitaires dressés à travers 200 villes de France. Le halal est ainsi sorti des ses quartiers. Il n’est plus cantonné à un marketing communautaire de proximité mais se déploie désormais sans complexes – ou presque – dans les mass médias. La preuve encore avec Zakia qui, elle, a diffusé des spots publicitaires sur les chaînes de la télévision française lors du Ramadan 2009.
« Le Ramadan 2009 a eu un effet booster », reconnaît le patron de Solis. Surtout, fait nouveau dans l’histoire de la grande distribution, les produits halals n’ont pas quitté les rayons des grandes surfaces après le Ramadan, ce qui est révélateur de la « normalisation » de la filière. La viande reste le produit phare de la consommation halal, mais la charcuterie et les plats cuisinés ont eux-aussi profité de l’élan avec des taux de pénétration en forte croissance : respectivement + 31 % et + 51 % entre février et décembre 2009.

Autre envolée constatée : celle de la consommation hors du foyer familial, dans les fast-foods, kebabs et autres sandwicheries. Au total, « 1 milliard d’euros seront dépensés en 2010 dans le circuit de la restauration rapide halal », a calculé Solis. Là encore, certaines grandes enseignes veulent leur part du gâteau. A l’instar du numéro deux du hamburger en France, Quick, qui a ouvert une dizaine de restaurants halal depuis décembre 2009.

Le foie gras aussi

« Dans le contexte de crise, le marché du halal est un vrai relais de croissance pour les industriels », explique Abbas Bendali. D’autant que le Ramadan n’est pas la seule période de l’année à avoir cet effet dopant. « Une personne sur deux, originaire du Maghreb, fête Noël », souligne Abbas Bendali. La société Labeyrie l’a bien compris : depuis 2007, elle s’est lancée dans l’offre de foie gras halal.

Dans le secteur, la concurrence sera donc âpre en 2010. Si les marques de distributeurs restent encore timorées - la plus connue étant celle du groupe Casino (Wassila) -, les grandes entreprises ont avancé leurs pions. Mais les marques traditionnelles (Dounia, Médina, Isla Délice, Zakia, Isla Mondial, Médina, Jumbo…) ne se laisseront pas faire sans riposter. Leur atout ? « Une popularité auprès des consommateurs nettement supérieure à celles des marques nationales, avec un taux de notoriété de 82% contre 48 % », répond encore Bendali.

Préjugés racistes

Reste que les géants de l’agroalimentaire comme Nestlé (qui détient les marques Fleury Michon, Maggi, Herta…) ont une force de frappe marketing sans commune mesure avec celle de PME. Et ce sont également des partenaires traditionnels de la grande distribution. Les grands groupes batailleront ferme pour assurer la prééminence de leurs marques.
Seule certitude : l’essor du marché halal pourrait être entravé en France par les préjugés associés à l’Islam, comme le montrent les dérapages racistes lors du débat sur l’identité nationale ou le port de la burqa. Mais l’argent, paraît-il, n’a pas d’odeur…

Source : Jeune Afrique

Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, a estimé jeudi que moins d'immigrés signifie moins de criminels, suscitant nombre de réactions indignées dans le pays.

Présentant, à l'issue du conseil des ministres, les résultats "très positifs" de la lutte contre l'immigration clandestine, le président du Conseil a commenté : "une réduction du nombre d'extracommunautaires en Italie (ndlr: immigrés) signifie moins de forces qui vont grossir les rangs des criminels".

Plus tard, dans une émission enregistrée dans la journée et qui devait être diffusée jeudi soir à la télévision, il a précisé qu'il n'évoquait que les immigrés clandestins.

Le dirigeant du Parti démocrate, principal parti d'opposition, Luigi Bersani, a réagi en déclarant que "un gouvernement ne peut pas continuellement agiter les peurs, il doit aussi savoir conduire le pays à la raison".

Une parlementaire de ce parti, Livia Turco, auteur d'une loi sur l'immigration a taxé Berlusconi de "vulgarité", tandis que l'Italie des Valeurs (oppositions) jugeait "inutiles les slogans racistes qui alimentent un climat d'intolérance".

La présidente du groupe du PD, Anna Finocchiaro, a répondu aux propos de M. Berlusconi par une autre équation : "moins de Berlusconi, moins de crimes", avant de présenter ses excuses devant cette "mauvaise blague" dénoncée par le porte-parole du gouvernement, Paolo Bonaiuti.

Pour sa part, le président de la Chambre des députés, Gianfranco Fini, allié turbulent de Silvio Berlusconi, qui présentait un livre sur l'unité de l'Italie et la construction de l'idée de nation, a appelé à éviter "la tentation de l'ethnicisme et de la revanche" et défendu l'idée d'une démocratie ouverte "aux nouveaux citoyens".

Enfin la porte-parole du Haut Commissariat des Réfugiés (HCR) en Italie, Laura Boldrini, s'est déclarée "attristée que la question de l'immigration soit traitée par le président du Conseil dans le contexte de la criminalité".

Pour elle, "véhiculer l'équation 'extracommunautaires égale criminels', éloigne les Italiens de la compréhension du phénomène migratoire et avalise un préjugé aussi injuste que fallacieux".

Source : AFP

Les participants, dont beaucoup de retraités, sont des fidèles du centre, souvent venus y suivre des cours d'arabe.

« Ouvrir cette parole, ouvrir cette mémoire, raconter des souvenirs ». C'est sur ces mots de l'écrivain Abdelkader Djemai que le projet fût lancé. ...

Samedi soir, dès 18 h, le théâtre Pierre-de-Roubaix accueillait « Identités et mémoire », véritable création du CCMA, Centre culturel du monde arabe, après pas moins d'une année d'ateliers autour d'histoires personnelles de l'immigration.

Le théâtre ouvrait donc ses portes au public samedi, invité à découvrir une exposition retraçant, à travers photographies, films et témoignages, les grands moments des vies de quelques immigrés.

Au cœur de cette initiative, une dizaine d'habitants de la métropole, venus « avec leur passé, avec leur vécu », venus parler d'eux. L'objectif était simple pour le CCMA : organiser, grâce aux témoignages récoltés, un atelier pour la mémoire de l'immigration, et surtout, rendre hommage. Les participants, pour la plupart retraités, sont des fidèles du centre, souvent venus y suivre des cours d'arabe.

Mais depuis février dernier, autre activité pour ce petit groupe. Avec la participation d'Abdelkader Djemai, l'écriture a joint la parole, et les souvenirs sont devenus une trace. Connu pour ses oeuvres sur l'immigration et la mémoire, telles Gare du Nord etLe nez sur la vitre, l'écrivain fût ravi du projet, une première, également pour lui : « Ce fût une cueillette.

Par ce projet, nous voulions reconstruire l'itinéraire, le chemin de l'histoire avec du vécu. Nous voulions construire un texte à partir de ces traces ».

Le résultat ? Plus de dix histoires, dix souvenirs autour de moments vécus par ces habitants. Le prix des arachides, Ma fille tu n'iras pas à l'usine, Un commerce tranquille et prospère, Les pattes d'éléphant... Des anecdotes originales et peu anodines, autant de manières de découvrir les mémoires individuelles et collectives de l'immigration. Le public était au rendez-vous.

Responsable de l'animation de l'atelier, Philippe Waret était samedi soir chargé de la partie technique. C'est lui-même qui, après six heures d'interview, aura réalisé un diaporama de dix minutes, présenté lors de la soirée afin de « restituer ce qui a été fait et faire dialoguer ».

Après un moment convivial autour de boissons et plats orientaux, le public était donc invité à découvrir le diaporama. Dix minutes, douze anecdotes : un savant mélange d'écrits, d'images et de voix, de quoi nourrir l'émotion du public, les yeux et oreilles grands ouverts.

Puis ce sont quelques participants du projet qui sont montés sur scène. Venus débattre lors de cette soirée, ils ont ainsi pu partager leurs expériences, leurs propres histoires mises à l'honneur par le CCMA et Abdelkader Djemai. La soirée s'est ensuite poursuivie par la projection de Nanterre, une mémoire en miroir, documentaire signé Cheikh Djemaï. Mais ce n'est pas tout, puisque le groupe Tarab Med est venu apporter une touche de musique méditerranéenne à l'événement. Des sons orientaux pour finir la soirée en beauté ! • V. PASQUESOONE (CLP)

Source : La Voix du Nord

Des salariées sans-papiers manifesteront jeudi à Paris pour exiger leur régularisation, ont annoncé ce mercredi onze associations et syndicats qui soutiennent les grèves de travailleurs sans-papiers menées depuis plusieurs semaines, notamment en région parisienne.

Le rassemblement est prévu jeudi à partir de 18h à proximité du ministère du Travail.

"Elles sont nombreuses à faire grève dans le nettoyage, la confection, la restauration, elles sont très nombreuses à travailler dans les services à la personne", déclarent les onze syndicats et associations dans un communiqué diffusé mercredi. "Aujourd'hui, elles s'adressent à Xavier Darcos, ministre du Travail, en brandissant les contrats rédigés par leurs employeurs, pour exiger leur régularisation".

"Leur contribution à la société et à l'économie du pays est indéniable. Pourquoi donc le gouvernement refuse de les régulariser?", interrogent les syndicats et associations parmi lesquels la CGT, la CFDT, Solidaires, la FSU, l'UNSA, ou encore la Ligue des droits de l'homme (LDH). AP

Source : Le Nouvel Observateur

Les autorités marocaines concernées exhortent les parties espagnoles à réparer les préjudices subis par les soldats marocains engagés dans la guerre civile d'Espagne (1936-1939), a indiqué le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Taïb Fassi Fihri.

En réponse à une question sur les droits des familles des soldats tués ou portés disparus lors de la guerre civile d'Espagne, formulée par le groupe parlementaire de l'Istiqlal (Unité et Egalitarisme) et le groupe socialiste, à la chambre des Représentants, le ministre a souligné que le gouvernement estime que le moment est venu pour que justice soit rendue à ces combattants et à leurs ayants-droit, notamment en ce qui concerne l'amélioration de leurs conditions matérielles.

"Le Maroc invite l'Espagne à une nouvelle lecture audacieuse de la mémoire commune, dans la sérénité et loin de tous préjugés, selon une démarche scientifique pour éclairer les zones d'ombres de ce pan d'histoire commune", a souligné M. Fassi Fihri, ajoutant que ceci se fera dans le cadre d'un dialogue constructif qui consacre les relations bilatérales et concrétise la volonté de d'épurer définitivement l'héritage colonial.

Le ministre a également fait remarquer qu'il n'y a pas de chiffre précis sur le nombre de ces combattants, en provenance du nord du Maroc et des provinces du Sud, précisant que les estimations marocaines oscillent entre 100.00 et 130.000 appelés, alors que des sources espagnoles font état de 80.000 soldats.

Il a également souligné que parmi les épisodes les plus douloureux de cette guerre, figure l'engagement d'environ 9.000 enfants, selon certaines estimations.

L'association marocaine des anciens combattants, poursuit M. Fassi Fihri, estime que 1.350 combattants sont encore en vie dans les régions du nord, tandis qu'ils sont environ 600 à vivre encore dans les provinces du sud.

La différence des statuts entre ces anciens combattants explique la l'écart entre les pensions perçues dans le nord et le sud, a-t-il dit, relevant que leur montant reste largement inférieur à celui en vigueur en Espagne ou en Amérique Latine.

Cette association, a-t-il dit, ne cesse de s'activer dans les différents forums précisant, à titre d'exemple, qu'elle vient de formuler, en octobre dernier, une recommandation devant la 26è Assemblée générale de la Fédération Mondiale des anciens combattants, relative à la nécessité de se pencher sur le cas de ces combattants et de les traiter sans aucune discrimination.

Source : MAP

 

Le gouvernement italien se montre divisé sur l'opportunité d'interdire le voile intégral dans le pays, après la recommandation d'une mission parlementaire française de bannir la burqa des administrations, hôpitaux et transports publics.

La ministre de la Parité, Mara Carfagna, s'est déclarée mercredi "absolument d'accord avec l'initiative française qui va inciter les autres pays européens, et donc l'Italie, à légiférer sur cette question". Pour elle, il s'agit de mener "une bataille pour défendre la dignité et les droits des femmes immigrées".

Mme Carfagna, qui insiste sur le fait que la burqa ou le niqab "ne sont pas des symboles religieux", a fait part de son intention de mettre en place "un groupe de travail, sur le modèle français, avec des femmes immigrées pour écouter leurs requêtes et arriver à la solution la plus juste et la plus raisonnable possible".

Mais le ministre des Affaires étrangères, Franco Frattini, s'est déclaré "par principe, pas favorable à une prohibition pure et simple par la loi", ajoutant que cette question devait être abordée "dans un contexte plus général, un projet d'intégration".

"Il nous faut faire attention à respecter le sentiment religieux d'un côté et répondre aux exigences de sécurité de l'autre", a affirmé M. Frattini pour lequel "on peut trouver un compromis".

En Italie, s'il n'existe pas de texte spécifique sur le voile intégral, une loi de 1975, faisant partie des "dispositions de protection de l'ordre public", interdit dans les lieux publics de se couvrir complètement le visage, ce qui vaut aussi bien pour le voile que pour le casque de moto.

La Ligue du Nord, membre de la coalition gouvernementale, aux positions anti-immigrés et populistes, a déposé un projet de loi en octobre pour faire interdire le voile intégral, qui n'a pas encore été examiné par le Parlement.

Ce texte prévoit jusqu'à deux ans de prison et une amende maximale de 2.000 euros pour ceux qui "en raison de leur propre appartenance religieuse rendent difficile ou impossible l'identification", sans mentionner explicitement le voile intégral.

Le maire léguiste de Varallo Sesia (Piémont, nord) a interdit la burqa "à titre préventif" même si personne ne la porte.

Source : La Croix/AFP

Le gouvernement souhaite modifier la législation française afin de l'adapter "à l'arrivée massive et inopinée d'étrangers en situation irrégulière", a annoncé mercredi le ministre de l'Immigration Eric Besson, faisant référence aux 123 réfugiés débarqués en fin de semaine dernière sur une plage du sud de la Corse.

"Nous allons (..) proposer une adaptation de législation conforme aux droits de l'homme et conforme aux directives européennes", a annoncé M. Besson lors de la séance de Questions au gouvernement à l'Assemblée.

"Nos procédures ne sont pas adaptées à l'arrivée massive et inopinée d'étrangers en situation irrégulière", a estimé le ministre.

"Vendredi, nous n'étions pas capable de réunir des dizaines d'avocats, de médecins et de policiers pour auditionner dans un gymnase toutes ces personnes", a-t-il expliqué à propos des immigrés clandestins arrivés en Corse, qui se présentaient comme Kurdes de Syrie.

Pris en charge dans un premier temps dans un gymnase de Bonifacio, ils avaient été ensuite répartis dans différents centres de rétentions du continent, avant que la justice, désavouant les autorités, ordonne leur remise en liberté.

Eric Besson a par ailleurs précisé avoir demandé à la présidence espagnole de l'Union Européenne de "réunir très prochainement un sommet de crise sur ces sujets sur la situation en Méditerranée".

"La France dit simplement quelque chose: oui à notre tradition d'asile que nous respectons scrupuleusement, non au détournement des procédures de l'asile, et non plus que jamais au développement des filières criminelles et mafieuses de l'immigration clandestine", a conclu le ministre. AP

Source : Le Nouvel Observateur

La Fondation des Trois Cultures et des Trois Religions de la Méditerranée a adopté, mercredi lors d'une réunion de sa commission permanente à Séville, son plan d'action 2010 qui sera consacré notamment à l'appui de la présidence espagnole de l'Union Européenne et aux relations entre l'Espagne et le Maroc.

Lors de cette réunion, présidée par le Conseiller à la présidence Andalouse, M. Antonio Avila, en présence du Conseiller de SM le Roi et président délégué de la Fondation des Trois Cultures de la Méditerranée, M. André Azoulay, et de la directrice de la Fondation, Mme Elvira Saint-Gerons, il a été décidé de consacrer une place de choix à la présidence espagnole de l'UE, dans la programmation de la Fondation pour les six mois à venir.

Un communiqué du gouvernement Andalou précise que la Fondation a retenu l'organisation d'un séminaire réunissant des experts des relations Euro-méditerranéennes, qui vont élaborer un document de travail qui sera présenté lors du Sommet UE-Maroc prévu en mars prochain à Grenade.

Un autre séminaire sur "le défit euro-Méditerranéen" sera également organisé fin juin prochain à Séville, avec pour objectif d'analyser la politique développée en la matière sous la présidence espagnole, ainsi que les défis futurs qui se présentent à la région.

"Le renforcement et l'amélioration des relations entre l'Espagne, l'Andalousie et le Maroc", l'une des actions traditionnelles de la Fondation au cours de plus de 10 ans d'existence, constituera l'autre axe phare de la programmation de la Fondation pour 2010. Dans ce sens, la Fondation a décidé de continuer de s'intéresser au développement économique et aux questions relatives à l'Immigration du point de vue de l'Espagne ou du Maroc. A ces thèmes fondamentaux de la Fondation s'ajoutent pour l'année actuelle d'"autres nouvelles préoccupations" comme la question de la femme, l'éducation ou le sport.

Le troisième axe de travail retenu par la Fondation des Trois Cultures se rapporte aux relations entre le Nord et le Sud de la Méditerranée, spécialement l'initiative de l'Union Pour la Méditerranée (UPM).

Dans ce contexte, la Fondation continuera de prêter, durant 2010, une attention spéciale au conflit Israélo-Palestinien, via son département Moyen-Orient, en développant des actions qui peuvent contribuer à une possible résolution du conflit.

Pour ce faire, la Fondation compte organiser en mars prochain un séminaire sur la question, ainsi que d'autres activités avec des organismes et des institutions internationales comme le Centre Perez pour la paix, l'association Parents Cicle et l'Université de Cambridge.

Durant l'année 2010, la Fondation des Trois Cultures va continuer sur la lancée de ses actions phares qui ont démontré leur efficacité depuis plusieurs années. Il s'agit du célèbre Choeur des Trois Cultures, la collaboration avec les institutions et les universités marocaines, ainsi que l'organisation de nombreuses tables rondes, séminaires et rencontres sur des thèmes d'actualité, souligne-t-on de même source.

La production éditoriale de la Fondation des Trois Cultures n'est pas en reste. Elle sera elle aussi renforcée courant 2010 avec la publication de la revue "Culturas", la collection "Anfora" ou encore un mémoire sur les activités réalisées en 2009.

Née à Séville en 1998, la Fondation des Trois cultures et des trois religions de la Méditerranée, est un forum fondé sur les principes de paix, de tolérance et de dialogue, dont l'objectif principal est de promouvoir la rencontre entre les peuples et les cultures de la Méditerranée.

La Fondation, qui est une initiative du gouvernement du Maroc et du gouvernement autonome de l'Andalousie, est l'un des organismes les plus actifs de l'espace euro-Méditerranéen.

Source : MAP

L'immobilier marocain sera à l'honneur à l'occasion des salons de la résidence secondaire prévus en mars prochain en Belgique et aux Pays-Bas, apprend-on auprès des organisateurs.

La société "Promo Rocco" organise les prochaines éditions du pavillon marocain, en collaboration avec le salon "Second place" à Gand en Belgique du 5 au 7 mars et le salon "Second home" à Utrecht, aux Pays-Bas, du 26 au 20 mars.

Le Pavillon marocain, qui cible la clientèle européenne et les Marocains résidant à l'étranger (MRE), fera découvrir aux visiteurs la richesse et la diversité du marché de l'immobilier dans le Royaume.

Lieu d'échanges et espace de rencontres privilégiées, cette manifestation permettra aux promoteurs nationaux d'appréhender les attentes du public, d'identifier les nouvelles orientations des marchés et de présenter le potentiel d'investissement immobilier du Maroc.

De plus en plus de particuliers Belges et Néerlandais s'intéressent au développement du marché de l'immobilier au Maroc et souhaitent acquérir une résidence secondaire dans le Royaume, indiquent les organisateurs, ajoutant que ce pavillon permettra une visibilité optimale de l'offre marocaine.

Ce pavillon se veut aussi une occasion idoine pour les MRE désireux d'acquérir des résidences secondaires ou principales et d'investir dans leur pays d'origine. Créativité, innovation et savoir-faire seront au rendez-vous pour satisfaire les demandes de tout éventuel acquéreur immobilier.

Le Maroc, qui s'érige en véritable +hot spot+ de l'immobilier mondial, ne se limite plus aux pays méditerranéens comme la France et l'Espagne, mais s'ouvre de plus en plus sur l'Europe du Nord pour drainer les clients notamment Belges et néerlandais.

Le Pavillon marocain se veut aussi un atout qui renforce davantage sur le marché Belge et Néerlandais, l'image du Maroc, "pays de l'hospitalité et de la douceur de vivre", soulignent les organisateurs.

"Second Home", qui en est à sa 27ème édition, est le plus grand salon international immobilier consacré aux résidences secondaires en Europe, avec 300 exposants Néerlandais et internationaux représentant plus de 65 pays.

Ce salon annuel, étalé sur une surface de 5.000 m2, existe déjà depuis 12 ans avec deux éditions qui se tiennent en mars et octobre. La précédente édition avait attiré 7.500 visiteurs.

"Second place" est le premier salon de l'immobilier et des maisons secondaires en Belgique avec plus de 100 exposants de plusieurs pays.

Source : MAP

Aux termes du référendum populaire du 29 novembre, la Suisse a dit non aux minarets, mettant le pays en état de choc et suscitant la consternation tant en Europe que dans le monde musulman. Pendant ce temps, en France, les débats sur la burqa et l’identité nationale se faisaient écho.

Le vote suisse et la tournure des débats en France sont avant tout le signe d’une dérive, et celle-ci est générale en Europe : celle d’un retour du religieux dans le débat public en des termes peu compatibles avec les arguments de la raison. En maints endroits, s’installe un débat politico-religieux sur l’islam comme système de valeurs, de croyances, véritable miroir aux identités dans lequel se regarderait une Europe indécise. Porté en France par des hommes et femmes politiques en situation de responsabilité, ce débat pose une interrogation fondamentale : attend-on du politique la définition d’un islam considéré comme «acceptable» ? En d’autres termes, le rôle du politique est-il de définir lui-même l’islam de France ou d’indiquer les comportements acceptables au regard des règles et des valeurs de notre société ?

L’islam est au centre du débat sur l’identité nationale, comme il l’a été tout au long de la campagne précédant la votation sur les minarets en Suisse. Nicolas Sarkozy a montré lui-même l’exemple en prenant position dans l’affaire du minaret ; en appelant les musulmans à respecter l’héritage chrétien de la France et les valeurs de la République, il a placé l’islam au centre du débat sur l’identité nationale. De tous côtés, on s’interroge sur les bornes du religieux de manière très normative : la burqa relève-t-elle ou non de l’islam ? Le minaret est-il de l’ordre des obligations canoniques ou un produit de l’histoire ? Cette irruption du politique dans le champ du religieux (définition des frontières, procédures de dis-qualification, imposition de sens) est problématique dans une perspective laïque et dangereuse dans ses effets : elle érige l’islam en problème spécifique, théologique. Dans cette perspective, on attend alors de lui qu’il devienne «de France», «républicain», «des Lumières» ou «laïc». En Suisse, c’est l’islam balkanique, définit comme «discret» ou «sécularisé» qui est érigé en modèle.

Ainsi, curieusement, au nom du respect de la liberté de croyance, le religieux devient intouchable, d’où la nécessité d’en définir les contours pour pouvoir légitimement sanctionner : interdire le minaret n’est pas une atteinte aux libertés religieuses dès lors qu’il procède de la culture musulmane et non du dogme islamique. De même, la question de savoir si la burqa est une prescription de l’islam a été récurrente dans les débats de la mission parlementaire, et elle était posée avec toujours le même mécanisme en quatre temps : définition de l’extérieur (par un débat politique) des contours du religieux, imposition d’un sens à des pratiques que l’on tente de définir comme relevant de la culture (burqa, hijab = soumission ; minaret = domination), déclaration d’incompatibilité puis, au final, répression.

Délimiter les frontières du religieux, c’est certes s’autoriser des espaces de sanction légitime, mais on verse immanquablement dans le débat théologique. Préalablement à la loi sur le foulard, Sarkozy avait demandé une opinion «autorisée» à Mohammed Tantawi, grand imam de l’université Al-Azhar en Egypte. Lors de la campagne contre les minarets, les sites anti-islamiques recommandaient à leurs lecteurs de lire… le Coran. Oskar Freysinger, figure du combat anti-minarets en Suisse, arriva, lors d’un débat face à Tariq Ramadan, le Coran sous le bras et ouvrit les feux du débat en commençant par une interprétation du sens à donner à l’appel à la prière (et montrer le caractère définitivement essentialiste de l’islam).

Pourtant, quand bien même on aurait trouvé dans les textes des traces de minaret ou de burqa, aurait-on pour autant rendu plus acceptable leur présence aux yeux des citoyens suisses ou français ? S’ils se sentent interrogés ou dérangés par ces constructions ou par ces visibilités religieuses, le seraient-ils moins s’ils avaient une légitimité théologique «indiscutable» ? En abordant les questions par ce biais, on commet deux erreurs. D’un côté, on attribue, en toute laïcité de surcroît, aux textes fondateurs un rôle normatif en matière sociale et politique. De l’autre, on en fait des textes révélés d’où la dimension de production humaine, historique, est complètement évacuée. Autrement dit, on confirme la posture fondamentaliste qui ne retient du religieux que les textes et nie le travail et les apports - positifs ou négatifs -de l’histoire et de la culture. Ce qui finit par ressortir de ces débats, c’est à quel point notre rapport au religieux est déboussolé. Car la question n’est pas de savoir si minarets ou burqas sont légitimes d’un point de vue religieux ou non. Elle est de savoir comment se pérennise une présence musulmane désormais enracinée dans des pays non musulmans. Cette présence est en train de se «patrimonialiser» inéluctablement. Elle se traduit par la transformation du paysage architectural et d’autres manifestations nouvelles comme la burqa dans l’espace public du Vieux Continent. Et elle provoque très normalement des débats. Mais face aux dérives politiques qui, pour freiner ou arrêter ce mouvement, multiplient les incursions dans le religieux proprement dit pour l’interpréter à la place des croyants, on a envie de rappeler à ces nouveaux chantres du vrai islam que la «séparation des Eglises et de l’Etat» vaut pour tous, même pour eux.

Source : Libération

En déplacement à Ablain-Saint-Nazaire, le chef de l'État a assuré que la France ne pouvait pas «laisser stigmatiser les citoyens français musulmans».

Nicolas Sarkozy avait promis en décembre qu'il ferait un geste vis-à-vis de la communauté musulmane, au plus vif du débat sur les minarets et sur le port de la burqa. Il s'est donc déplacé mardi après-midi dans le cimetière militaire de Notre-Dame-de-Lorette, à Ablain-Saint-Nazaire (Pas-de-Calais). Il a assuré, au cours d'une brève allocution, que la France ne pouvait «laisser stigmatiser les citoyens français musulmans». «L'islam est aujourd'hui la religion de nombreux Français. Et notre pays, pour avoir connu non seulement les guerres de Religion mais aussi les luttes fratricides d'un anticléricalisme d'État, ne peut laisser stigmatiser les citoyens français musulmans», a déclaré Sarkozy après avoir visité le carré musulman du cimetière, trois fois profané depuis 2007.

«Je ne laisserai personne entraîner notre pays sur la voie de ces régressions», a-t-il poursuivi, «la liberté de conscience et la liberté de culte sont des libertés fondamentales garanties par notre Constitution, tout comme la laïcité qui est la condition à la fois de leur libre exercice et de l'autonomie de l'État», a encore rappelé le président. «La laïcité (…) n'est pas la négation ou le rejet du fait religieux, la laïcité c'est un principe de tolérance, c'est un principe d'ouverture, c'est un principe d'apaisement dont dépendent la paix et la concorde civiles», a-t-il ajouté.

Source : Le Figaro

Une majorité de Britanniques sont favorables à l'interdiction du voile islamique intégral, dans les lieux publics et les écoles, selon un sondage publié mardi par l'institut Angus Reid.

72% des 2.001 adultes britanniques interrogés par internet soutiennent l'interdiction dans les espaces publics de la burqa, long voile couvrant complètement la tête et le corps. 79% veulent son bannissement dans les écoles, les universités et les aéroports.

Ce sondage est publié au lendemain de propositions d'une mission parlementaire française qui a recommandé une interdiction du voile islamique intégral dans les administrations, les hôpitaux et les transports publics.

66% des Britanniques interrogés veulent également l'interdiction dans les lieux publics du niqab, voile intégral mais qui laisse apparaître les yeux à travers une fine fente, à la différence de la burqa qui les masque derrière une grille. 75% veulent qu'il soit interdit dans les écoles et les universités et 85% dans les aéroports.

Les personnes sondées sont en revanche opposées dans leur grande majorité au bannissement du hidjab, voile qui ne cache que les cheveux, les oreilles et le cou. 63% ne veulent pas qu'il soit interdit dans les aéroports, 69% dans les écoles et universités et 75% dans les espaces publics.

Aucune loi n'interdit le port du voile intégral au Royaume-Uni, pays réputé très attaché à la liberté d'expression des convictions religieuses. Un parti anti-européen fait cependant campagne pour son bannissement.

Selon le Conseil des musulmans de Grande-Bretagne (CMB), le pays compte au total plus de 2,5 millions de musulmans et moins de 1% des musulmanes résidant dans le pays portent un niqab ou une burqa.

Source : La Croix/AFP

Le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, a réclamé aujourd'hui à Strasbourg une plus grande solidarité de l'Union européenne en matière d'immigration.

Les flux migratoires sont "un problème urgent, difficile et dramatique", a-t-il déclaré devant les parlementaires du Conseil de l'Europe.

"L'Europe doit s'engager plus aux côtés des pays en première ligne", a-t-il demandé. Le "Programme de Stockholm" qui veut créer une Europe de l'asile et une Europe de la Justice constitue, selon lui, "un pas dans la bonne direction".

L'Italie, porte d'entrée vers tous les Etats de l'UE, est le pays qui s'est engagé le plus, secourant plus de 40.000 migrants ces deux dernières années, a fait observer M. Frattini.

Il a estimé qu'il faut "conjuguer solidarité et sécurité" en matière d'asile mais que "la citoyenneté ne doit pas être un cadeau".

L'Italie lutte contre les clandestins et gère les flux migratoires avec une stratégie à long terme d'intégration. "Mais nous ne pouvons pas oublier notre histoire et notre identité culturelle", a-t-il souligné.

"Il faut exiger la réciprocité dans la jouissance de nos droits et la mosquée que notre ville accueille doit avoir sa jumelle, c'est-à-dire une église, là où des chrétiens le demandent", a-t-il conclu.

Source : Le Figaro/AFP

Nicolas Sarkozy a défendu mardi la liberté de culte et assuré que la France ne pouvait "laisser stigmatiser les citoyens français musulmans", lors d'un hommage aux anciens combattants musulmans au cimetière militaire de Notre-Dame de Lorette.

"L'islam est aujourd'hui la religion de nombreux Français. Et notre pays, pour avoir connu non seulement les guerres de religion mais aussi les luttes fratricides d'un anticléricalisme d'Etat, ne peut laisser stigmatiser les citoyens français musulmans", a déclaré M. Sarkozy après avoir visité le carré musulman du cimetière, trois fois profané depuis 2007.

"Je ne laisserai personne entraîner notre pays sur la voie de ces régressions", a-t-il poursuivi, "la liberté de conscience et la liberté de culte sont des libertés fondamentales garanties par notre Constitution, tout comme la laïcité qui est la condition à la fois de leur libre exercice et de l'autonomie de l'Etat".

Dans un discours prononcé par un froid pinçant, le chef de l'Etat a exalté le "courage" des soldats d'Afrique qui, lors des guerres mondiales, d'Algérie ou d'Indochine, "ont consenti le sacrifice ultime" pour la France.

Il a également dénoncé le "geste innommable" des "profanateurs lâches et imbéciles" qui ont à plusieurs reprises profané le carré musulman du cimetière, où sont enterrés 550 soldats musulmans au milieu de quelque 40.000 soldats tombés lors de la bataille de Notre-Dame de Lorette, d'octobre 1914 à 1915.

L'hommage de Nicolas Sarkozy intervient alors que la communauté musulmane a déploré à haute voix ces dernières semaines avoir été stigmatisée par le débat sur l'identité nationale lancé par le ministre de l'Immigration Eric Besson, présent mardi dans le Pas-de-Calais.

Dès lundi, le Conseil français du culte musulman (CFCM) avait salué par avance "le déplacement hautement symbolique" du président, se réjouissant de ce "geste fort (...) alors que la France est partagée par le débat sur l'identité nationale et le voile intégral".

En même temps que son soutien à la communauté musulmane, Nicolas Sarkozy a tenu à réaffirmer mardi son "ferme" attachement à la laïcité, qu'il a définie comme un "principe de tolérance (...) d'ouverture (et) d'apaisement" et non comme "la négation ou le rejet du fait religieux".

"La laïcité (...) c'est la reconnaissance par l'Etat de l'égale dignité des religions, dès lors qu'elles se conforment à nos lois, dès lors qu'elles se conforment à nos principes, dès lors qu'elles se conforment à nos valeurs", a insisté le chef de l'Etat.

Quelques heures après la publication du rapport de la mission parlementaire préconisant l'interdiction du port du voile intégral dans les services publics, transports compris, il a cité parmi ces valeurs "la dignité irréductible de la personne et l'égalité absolue entre les hommes et les femmes".

Source : AFP

Le long métrage "Destins croisés" du réalisateur marocain Driss Chouika participera à la 26-ème édition du Festival international du film d'amour de Mons (Belgique), prévu du 19 au 26 février prochain.

Ce long métrage, qui figure parmi les films retenus pour la compétition officielle de ce festival, constitue "un travail sur la mémoire, une prospection dans la mémoire collective de toute une génération", a indiqué mardi le réalisateur.

Dans une déclaration à la MAP, M. Chouika a indiqué que son film, projeté dimanche dans le cadre de la compétition officielle du Festival national du film, qui se tient jusqu'au 30 janvier à Tanger, traite de la thématique de la mémoire suivant une approche plus socioculturelle que politique.

Le film, qui a représenté le Maroc au dernier Festival international du film du Caire, raconte l'histoire de six amis (trois femmes et trois hommes), qui ont vécu ensemble la période des études universitaires, marquées par l'effervescence des idées et des espoirs, et pendant laquelle ils ont aspiré au changement et à un avenir meilleur.

De tragiques évènements viennent gâcher ces ambitions, mais les six amis, qui connaissent des fortunes différentes, restent connectés par des liens indescriptibles, représentés notamment par le personnage de Rajae (Yasmina Bennani), dont le calvaire personnel en fait le symbole de ces "destins croisés".

La thématique de la mer est également très présente dans ce film (il a été tourné dans la région de Mir Left). Le réalisateur explique que ce décor, qui offre cette impression d'immensité et du retour, reflète le mieux l'univers de l'histoire, basée sur la mémoire et fidèle à la technique du flash back.

Produit en 2009, "Destins croisés" compte parmi ses acteurs Abdellatif Chaouki, Karima Chamsi, Qods Jondol, Maria Chiadmi et Mohamed Ayad. La bande originale est composée par l'artiste Said Maghrabi.

 Source : MAP

Le Conseil français du Culte musulman (CFCM), organe suprême représentatif des musulmans de France, a qualifi2 de "geste fort" l'hommage rendu, mardi, par le président français Nicolas Sarkozy aux soldats musulmans morts pour la France et dont les sépultures ont été souillées plusieurs fois par des inscriptions racistes et xénophobes.

Lors d'un déplacement "hautement symbolique" au carré musulman du cimetière militaire Notre-Dame-de-Lorette, près d'Arras (Nord-est), profané à plusieurs reprises, M. Sarkozy a notamment salué la mémoire de la "division marocaine" et de ses soldats qui s'illustrèrent à Vimy (Nord-est) lors de la Première Guerre Mondiale.

Plus de deux millions et demi de valeureux soldats venus d'Afrique, dont 800.000 Maghrébins, ont combattu auprès de l'armée française "pour une France Libre et forte", rappelle le Conseil.

Plus de 550 combattants musulmans reposent au cimetière de Notre-Dame de Lorette, aux côtés de 40.000 de leurs frères d'armes tombés pour la libération de la France.

Alors que la France est partagée par le débat sur l'identité nationale et le voile intégrale, "cet hommage solennel (à) vient nous rappeler combien la contribution immense de ces +oubliés de la libération+ a été primordiale pour chasser les nazis hors des frontières" françaises, souligne le CFCM dans un communiqué transmis à la MAP.

La France "doit beaucoup à ces hommes, qui ont payé le prix du sang, et à leurs enfants et petits-enfants dont beaucoup sont Français", conclut le Conseil.

M. Sarkozy avait promis de faire ce déplacement, lors d'une rencontre fin décembre dernier avec une délégation du CFCM, conduite par son président, Mohamed Moussaoui, venue saisir le chef de l'Etat français de la montée des actes de profanation et de l'islamophobie en France.

 Source : MAP

Une enveloppe de 172 millions de dirhams (MDH) a été consacrée au projet de construction de l'aéroport de Béni Mellal-Ouled Yaich, dont l'aménagement et l'extension ont été lancés en avril dernier.

Ce projet, qui sera fin prêt au cours de l'année 2010, s'inscrit dans le cadre d'un partenariat entre le conseil de la région de Tadla-Azilal et l'Office national des aéroports (ONDA).

La contribution de l'ONDA s'élève à 96 MDH, dont 20 MDH consacrée à l'acquisition du terrain, 9 MDH à la construction des routes environnantes et 67 MDH à la construction du terminal, de la tour de contrôle, de la station électrique et du centre de protection civile ainsi qu'aux équipements et matériels de navigation et de balisage.

Le conseil régional a consacré, pour sa part, une enveloppe de 76 MDH au projet destiné essentiellement à la construction d'une aérogare sur une superficie de 14.000 m2 et à l'extension de la piste de décollage et d'atterrissage.

Ce projet d'envergure dotera la région d'un aéroport qui répond aux normes internationales et qui ne manquera pas de créer une nouvelle dynamique économique et faciliter le flux des Marocains résidant à l'étranger.

Source : MAP

La mission parlementaire sur le voile intégral préconise son interdiction, par la loi, dans un premier temps dans les services publics, transports compris, dans un rapport adopté, mardi 26 janvier, dans une très grande tension, une majorité des membres présents exigeant une loi d'interdiction dans tout l'espace public, selon des participants.

Selon une source parlementaire, le climat était tellement tendu entre députés UMP que le rapport d'Eric Raoult a failli être rejeté. Résolument opposé au port du voile intégral mais divisé sur les moyens à mettre en œuvre, le PS a boycotté le vote de ce rapport pour protester contre un débat "pollué par celui sur l'identité nationale". Plusieurs membres PS de la mission étaient toutefois présents pendant le scrutin.

Mais c'est à droite que les divergences ont été les plus fortes. Plusieurs membres UMP de la mission ont déploré une "demi-loi" et plaidé pour un texte législatif d'interdiction dans tout l'espace public, seul à même, selon eux, de mettre un coup d'arrêt à cette pratique. La mission plaide d'abord pour une résolution parlementaire (sans pouvoir contraignant), proclamant que "c'est toute la France qui dit non au voile intégral". Le rapport préconise aussi une loi interdisant de "dissimuler son visage" dans les services publics (administrations, hôpitaux, sortie des écoles, transports...).

Concrètement, le texte de loi "contraindrait les personnes non seulement à montrer leur visage à l'entrée du service public mais aussi à conserver le visage découvert""recueillir l'avis du Conseil d'Etat en amont de l'éventuel examen d'une proposition de loi interdisant de dissimuler son visage dans l'espace public". Les députés UMP ont dénoncé le terme "éventuel" et voté contre cette proposition. en son sein, faute de quoi les femmes concernées ne pourraient pas percevoir les prestations souhaitées. S'agissant d'une loi d'interdiction générale, l'une des propositions du rapport prévoyait de

La mission a aussi rejeté, à la majorité, deux autres propositions, dont l'une visait à créer une "Ecole nationale d'études sur l'islam" et l'autre à "engager un travail parlementaire sur l'islamophobie et sur la lutte contre les discriminations à l'encontre des personnes de confession musulmane".

Source : Le Monde

Le malaise de la communauté musulmane alimenté ces derniers mois par le débat sur l'identité nationale et les discussions sur le port du voile intégral trouvera-t-il des réponses dans les initiatives de ce début de semaine ? Mardi 26 janvier, alors que les parlementaires, qui ont réfléchi durant six mois aux moyens d'interdire le voile intégral en France, remettent leur rapport au président de l'Assemblée nationale, le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, se rend au cimetière militaire de Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais), pour saluer "la mémoire de tous les soldats morts pour la France, quelles que soient leurs origines et leurs croyances".

Ce calendrier ne doit rien au hasard. Le geste du chef de l'Etat, attendu par la communauté musulmane après une série de profanations des tombes musulmanes, est destiné à apaiser. Ces derniers mois, nombre de musulmans ont mal vécu l'amalgame "identité nationale-immigration-islam" et les dérapages verbaux qui l'ont accompagné.

Beaucoup ont aussi ressenti comme une "stigmatisation" de leur religion la manière dont les responsables politiques se sont emparés du débat sur le port du voile intégral. Dès lundi, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a qualifié de "geste fort" la visite de M. Sarkozy au cimetière militaire.

"FAIRE RECULER LE SENTIMENT DE STIGMATISATION"

De son côté, la mission d'information présidée par André Gerin, qui, outre une résolution solennelle "condamnant le port du voile intégral", préconise une loi d'interdiction de la burqa dans les services publics et les transports publics, s'est aussi attachée à donner quelques gages aux musulmans.

"En estimant que le port du voile intégral est aux antipodes des valeurs de la République, la mission a, dans le même temps, jugé nécessaire de combattre toutes les formes de discrimination et notamment, celles qui sont fondées sur la religion", indique le rapport. Cette position balancée devrait contribuer à faire accepter la loi d'interdiction partielle par les représentants musulmans, CFCM en tête.

Si son souhait d'engager un travail parlementairte sur l'islamophobie a été repoussé par une majorité des députés de la mission qui se sont prononcés sur le sujet, mardi en fin de matinée, les rapporteurs rappellent leur volonté de "faire reculer le sentiment de stigmatisation ressenti par les musulmans de France".  Le rapporteur, Eric Raoult, a indiqué mardi, que la question n'était "pas retirée" du rapport mais qu'elle méritait "d'être précisée". La mission évoque aussi un effort en faveur de l'enseignement de la langue arabe et associe les conseils régionaux du culte musulman aux efforts de médiation envers les femmes portant la burqa.

S'appuyant sur les propos de la tribune de M. Sarkozy publiée dans Le Monde du 8 décembre, "la religion musulmane [doit être] mise sur un pied d'égalité avec toutes les autres grandes religions", les rapporteurs, en dépit de l'avis émis par plusieurs députés de la mission, invitent à "une réflexion" sur les possibilités de favoriser l'aide directe au financement des lieux de culte. De même, ils relancent l'idée de réfléchir à une reconnaissance des fêtes religieuses telles que l'Aïd el-Kébir.

Ces pistes de réflexion font écho aux demandes du président du CFCM, Mohammed Moussaoui. "S'il y a combat contre les pratiques radicales, il faut aussi en contrepartie un combat contre l'islamophobie", avait-il déclaré lors de son audition devant la mission.

Elles répondent aussi en partie aux constats de Marouane Bouloudhnine, le président de l'association Mosaïc, qui entend incarner la "représentation laïque" des musulmans de France. La fédération souhaite mettre en place un recueil des actes islamophobes et veut organiser une visite au monument aux morts de Verdun – qui rend hommage aux soldats musulmans –, en y associant "toutes les composantes politiques et religieuses de la Nation".

D'autres voix, comme celle de l'Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis (UAM 93), demandent enfin que soit officiellement clos le débat sur l'identité nationale "le plus tôt possible".

Source : Le Monde

La chanteuse marocaine Sofia Essaidi a remporté samedi soir à Cannes (Sud de la France) le Prix NRJ Music Awards 2010 dans la catégorie "Artiste féminine francophone de l'année".

Ce prix lui a été remis lors d'une cérémonie retransmise en directe depuis le Palais des Festivals de Cannes sur la chaîne de télévision française TF1 et en simultané sur la chaîne NRJ.

Il lui a été attribué pour son interprétation remarquable du rôle de Cléopâtre dans la comédie musicale du même nom.

Sofia Essaidi avait été révélée par l'émission de télé réalité française Star Academy en 2003. Elle était demi-finaliste de ce concours musical.

C'est son professeur à l'époque, le chorégraphe Kamel Ouali, qu'il l'a choisie pour incarner la dernière reine d'Egypte dans la comédie musicale "Cléopâtre" dont il est le réalisateur.

La cérémonie des NRJ Music Awards est l'événement musical de l'année en France, destiné à récompenser les artistes français et internationaux préférés du public en 2009.

Il s'agit de la seule cérémonie où 100 pc des votes viennent du public.

Source : MAP

Le chercheur marocain Mohamed El-Mellakh a remporté le prix Cheikh Zayed du Livre pour jeunes auteurs, pour son livre "Azzamane fi Allogha Al-arabia" (dimension temps dans la langue arabe).

L'ouvrage de Mohamed El-Mellakh se distingue par la cohésion de son approche scientifique dans le traitement d'une question linguistique importante, en s'appuyant sur un style académique d'une pertinence bien établie du point de vue tant théorique que pratique, a souligné le secrétaire général du Prix, Rashed Al-Arimi dans un communiqué.

Pour M. Al-Arimi, cet ouvrage constitue une référence en la matière tant il traite un sujet d'actualité dans un esprit d'ouverture sur les recherches et études déjà réalisées concernant aussi bien la langue arabe que d'autres langues.

Mohamed El-Mellakh, lauréat de la faculté des lettres et sciences humaines de Meknès, est l'auteur de plusieurs ouvrages et articles, publiés dans des revues spécialisées. Il est aussi lauréat d'un diplôme des études approfondies en langue arabe à la faculté des lettres et sciences humaines de Rabat.

Le jury a également récompensé, dans la catégorie "Développement et édification de l'Etat", le chercheur égyptien Ammar Ali Hassan pour son ouvrage "L'éducation politique chez les confréries soufies en Egypte".

Le comité organisateur du Prix, d'une valeur totale de 7 millions de DH, révèlera les noms des lauréats du prix dans les autres catégories successivement durant les trois semaines à venir. Une cérémonie leur sera consacrée en mars prochain, en marge des activités de la Foire internationale du livre d'Abou Dhabi.

Source : MAP

 
 
 

“Ma photographie est un outil politique, à dimension humaine, pour la promotion du dialogue des cultures et du respect de l'homme”, telle est la description de son art et de son projet que fait la photographe et reporter Leïla Ghandi lorsqu'on l'interpelle sur sa cause.

Ainsi, la Marocaine vient d'entamer une grande tournée au Moyen-Orient dans le cadre d'un projet photographique pour la promotion du dialogue entre les cultures.

A travers ce projet, initié en partenariat avec l'Institut d'études politiques de Paris Sciences Po, la photographe réalisera une série de clichés où elle apportera son propre regard sur les sociétés orientales.

Ces photographies, qui seront réalisées dans différents pays de la région (Koweït, Arabie Saoudite, Qatar, Bahreïn, Irak etc.), serviront de support visuel à la participation de Leïla Ghandi à la conférence Euro-Golfe, prévue les 7 et 8 mars prochain au Koweït, à l'initiative de la Chaire Méditerranée et Moyen-Orient de Sciences Po.

Source : Aufait/MAP

Selon une étude de l'IFOP, près de 60% de musulmans achètent systématiquement de la viande abattue rituellement.

En matière religieuse, l'offre crée la demande. Depuis que l'on peut facilement acheter de la viande rituellement abattue, les musulmans en mangent chaque jour plus. Près de 60% d'entre eux achètent systématiquement de la viande confessionnelle à en croire les chiffres d'une enquête inédite conduite par l'IFOP. Ils sont encore 15% à déclarer le faire «la plupart du temps». Au total, les trois-quarts de l'échantillon représentatif de musulmans vivant en France, qu'ils soient étrangers ou Français, affirment se nourrir de viande halal.

Cette enquête, bien que restreinte, ébauche les contours d'un marché mal connu. Car le halal n'est pas géré par un organisme central et relève au contraire de filières diverses, de multiples certificateurs et d'un réseau de distribution encore artisanal malgré son essor. Ce boom repose largement sur les personnes âgées et spécialement les retraités. Les immigrés de la pre­mière génération, ceux qui pendant des années n'avaient pas mangé halal faute de fournisseur, sont aujourd'hui les premiers clients des produits confessionnels et exotiques. Ils recréent le modèle d'alimentation des pays d'origine, réislamisant les repas. Comme si les concessions du passé n'avaient pas entamé la norme de leur enfance. Chez eux, la coutume rejoint la pratique religieuse, souvent intense.

«Parmi les générations suivantes, les comportements s'individualisent» , explique Jérôme Fourquet, directeur adjoint du département opinion de l'Ifop. Les plus croyants achètent évidemment des produits certifiés, exigeant toujours plus de garanties. Mais cette consommation relève aussi du rite identitaire : 44% de ceux qui ne fréquentent jamais la mosquée mangent toujours halal. D'autant que de nombreux snacks halal bon marché ont fleuri partout, concurrençant les fast-food. Moins de la moitié des musulmans de troisième génération dit consommer systématiquement de la viande halal. «Sachant que plus on est jeune, urbain et éduqué moins on prête d'importance à la norme halal», relève le spécialiste de l'Ifop. La région parisienne qui compte plus de catégorie professionnelle supérieure et d'enfants d'immigrés, s'affiche nettement moins adepte de la nourriture confessionnelle. À l'inverse, 84% des personnes déclarent manger halal dans le nord-est du pays et 82% dans le sud-ouest. Une prégnance du halal qui reste à expliquer. Plus la ville est petite, plus l'alimentation est communautaire. Enfin, la consommation varie drastiquement en fonction du pays d'origine.

Montée en puissance des rites identitaires

À mesure que les gammes de produits se développent, les familles achètent des bonbons, des plats cuisinés… et ne sont freinées que par le prix jugé élevé. Et lorsqu'elles n'achètent pas halal, elles prêtent une attention accrue à la composition des produits. Des sites de consommateurs musulmans multiplient les courriers pour exiger des informations détaillées sur les ingrédients, surfant parfois sur des rumeurs. Le porc est partout traqué, comme l'alcool.

Avec la banalisation du halal au foyer, 57% des musulmans interrogés se déclarent gênés lorsqu'ils doivent manger non confessionnel à la cantine, au restaurant ou chez des amis. Les jeunes se montrent plus ouverts mais sont encore 45% à regretter l'absence de plats halal. «On peut se débrouiller en toutes circonstances, il suffit de ne pas prendre de viande par exemple», assure pourtant l'imam de Bordeaux Tariq Oubrou qui prône une pratique «discrète, qui ne sépare pas des autres». Mais le succès de l' halal repose autant sur la religion, la tradition que sur une montée en puissance des rites identitaires, observée plus largement. Quelque 25% des personnes interrogées soutiennent le boycott de «produits de grandes compagnies, américaines par exemple, pour protester contre leurs attitudes ou celle de leur gouvernement vis-à-vis de l'Islam et des pays musulmans» .

Source : Le Figaro

Alors que la mission parlementaire doit rendre mardi 26 janvier son rapport sur le voile intégral, la plupart des responsables religieux se montrent circonspects sur une solution législative à ce fait marginal

Dubitatives, les religions, quant à une éventuelle loi visant à proscrire le port du voile intégral ? C’est en tout cas ce qui ressort, aussi bien de l’échange de vœux jeudi 21 janvier, à l’Élysée, entre le chef de l’État et les représentants des communautés musulmane, juive et chrétiennes de France, que des réflexions plus générales menées sur le sujet par chacune des communautés.
 


Si tous conviennent de la nécessité d’endiguer ce phénomène identitaire marginal, ils se montrent cependant défavorables à l’adoption d’un arsenal législatif qui risquerait, selon eux, de stigmatiser l’islam… sans garantie d’efficacité.

« Le président de la République a réaffirmé son souhait que cette pratique ne s’installe pas sur le territoire français, ce qui est d’ailleurs la position du Conseil français du culte musulman (CFCM), résumait son président Mohammed Moussaoui, jeudi 21, sur le perron de l’Élysée. Nous lui avons clairement affiché notre volonté de faire reculer cette pratique. Mais nous avons émis nos réserves sur une loi qui interdirait le voile intégral sur la voie publique de façon générale et absolue. »

«Une peur d'une trop grande libéralisation des mœurs»

Le responsable du CFCM concède toutefois être prêt à soutenir « des dispositions réglementaires dans des lieux et des situations précises ». Selon lui, il s’agit d’éviter que « l’amalgame créé par ce débat sur le voile intégral n’atteigne l’immense majorité des musulmans de France », au risque de nourrir l’islamophobie.


De leur côté, les représentants catholique et juif ont précisé, toujours à cette occasion, s’exprimer en tant que citoyens, et non en tant que religieux, le port du voile intégral étant, de leur propre aveu, une « question interne à l’islam ».

Ces précautions formulées, le grand rabbin de France Gilles Bernheim estime, lui, que cette pratique « minoritaire » reflète sans doute « une peur devant ce qui apparaît comme une trop grande libéralisation des mœurs ». Dès lors, « nous nous situons dans le registre de l’éducation des adolescents, à savoir d’un côté être respectueux du corps et le protéger, et de l’autre ne pas s’enfermer au point de ne plus accepter qu’une identité puisse être ouverte, visible et reconnue aux yeux de tous ».

«Faut-il que cela se termine par des patrouilles dans les rues?»

En clair, le voile intégral serait une traduction concrète d’un malaise plus profond sur le rapport au corps, sur la tendance de notre société à banaliser une suggestivité parfois très crue dans l’espace public.

C’est en tout cas le constat dressé par le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France : « Spontanément, en tant que citoyen, je suis réticent à l’idée que la République s’occupe de la manière dont on s’habille. Ou alors il faudrait aussi qu’elle s’occupe de la manière dont on se déshabille, ce qui n’est pas le cas actuellement. Faut-il donner le choix entre le voile intégral et les publicités de femmes nues sur les 4x4 ? Il faut être cohérent : si la République se met à s’occuper de nos habits, il faut qu’elle s’occupe de tous nos habits. »

Pour autant, comme ses homologues, l’archevêque de Paris doute de l’efficacité d’une loi : « Que nous ayons un jugement de valeur sur le port du voile intégral, c’est notre droit. Faut-il que cela se termine par des règlements de police et des patrouilles dans les rues ? Cela me paraît d’un autre ordre. »

«Il y a en France des courants radicaux dont l’impact est réel»

Une analyse partagée par la commission droit et liberté religieuse de la Fédération protestante de France, qui, pas plus que les organisations catholique et juive, n’a été auditionnée par la mission parlementaire. Interrogé sur ce point, le P. Christophe Roucou, directeur du Service national pour les relations avec l’islam (SRI), regrette cette impasse faite sur les religions, « alors que toutes sortes d’associations ont été consultées ».

Joint par téléphone, c’est lui aussi « comme citoyen et non en tant que juif » que Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France, accepte de s’exprimer. « Le voile intégral induit une distinction énorme entre hommes et femmes, c’est un symbole d’enfermement. Notre société, telle que nous la vivons, est une société du visage, où les gens se regardent en se parlant. Sans ce lien, on entre dans un autre type de relation sociale », fait-il valoir, estimant qu’une relation ne s’établit pas seulement « dans un échange de mots mais dans un échange d’affects ». Pour lui, la burqa est donc « inadaptée à notre société », même si « de telles règles de civilité sont très difficiles à légiférer ».

Or, pour le P. Roucou, le piège serait justement de « s’attaquer au symptôme sans se demander pourquoi des femmes adoptent ce vêtement et cette attitude de séparation ». En effet, plaide le responsable du SRI, c’est là « le signe qu’il y a en France des courants radicaux dont l’impact est réel ».

Favoriser les politiques «d’intégration et désenclavement»

Dounia Bouzar, anthropologue du fait religieux, le soulignait récemment dans La Croix : « Ceux qui prônent le voile intégral sont des groupuscules qui instrumentalisent l’islam auprès de jeunes sans instruction religieuse. Ils fonctionnent comme des sectes, et le débat devrait donc se placer sur le terrain juridique de la lutte contre les sectes. » C’est en grande partie sur cette base – celle d’un fait extrêmement marginal, qui n’a rien d’une obligation inhérente à l’islam – que les religions rejettent l’idée d’une loi trop générale.

Pour le P. Roucou, les pouvoirs publics devraient plutôt s’inquiéter du fait que « les relations entre personnes de religions et cultures différentes ont tendance à se durcir dans les quartiers populaires ». Dans ce contexte, explique-t-il, « les mouvements radicaux trouvent un écho chez ceux qui se sentent victimes d’injustice, de précarisation. C’est leur façon de réagir à cette société qui ne les accepte pas. »

Derrière ce constat, surgissent d’autres interrogations, légitimes : qui sont les prédicateurs qui développent ces discours extrémistes ? Comment se fait-il qu’ils puissent exercer ce rôle sur le territoire français ? La meilleure réponse serait, selon le P. Roucou, de favoriser les politiques « d’intégration et désenclavement » au niveau des quartiers.

Source : La Croix

L'ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies, M. Mohammed Loulichki, a estimé que face au défi migratoire l'action nationale et internationale doivent aller de pair.

"Pour faire face à ce nouveau défi (migration), l'action nationale et internationale doivent aller de pair et se renforcer mutuellement" a affirmé M.Loulichki, qui participait récemment, à New York, comme panéliste, à une Conférence sur "la migration illégale : perspectives juridiques et politiques", aux côtés de M. William Swing, directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), Mme Helen Clark, administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ainsi que des ambassadeurs d'Espagne, du Mexique, du Yémen et de l'Equateur, d'universitaires et d'experts de l'ONU.

Il a également relevé que "la question migratoire s'est imposée par la force des choses à l'agenda international compte tenu de son impact humain, économique, social et culturel mais aussi compte tenu des actions de plus en plus menaçantes des réseaux de trafic de tout genres qui menacent la sécurité et la stabilité des Etats et même des régions toutes entière comme c'est le cas dans la région Sahélo-saharienne".

Après avoir mis en relief la position géographique du Maroc qui l'a transformé d'un pays d'émigration à un pays de transit et de destination, le diplomate marocain a mis en relief "les fondamentaux de la politique nationale en matière de gestion de la problématique migratoire, à savoir, une approche globale de la problématique, qui dépasse le purement sécuritaire et intègre la dimension de développement, une relation de dialogue et de partenariat, seule à même d'assurer un résultat réciproquement gagnant, et une gestion basée sur l'état de droit et le respect des engagements internationaux".

Il a, en outre, rappelé les grandes lignes de la loi relative à l'entrée et au séjour des étrangers au Maroc et la politique de retour volontaire assisté des migrants étrangers, ainsi que les campagnes de communication destinées à sensibiliser et à dissuader les candidats à la migration clandestine, particulièrement les jeunes et les femmes.

" Cette politique, a-t-il expliqué, a été servie par les objectifs de l'Initiative nationale du développement humain (INDH) qui a permis de financer des projets destinés à sédentariser la population active en lui assurant des emplois sur place".

L'ambassadeur a de même rappelé "l'effort soutenu du Maroc pour asseoir, sur le plan régional et international, le lien de causalité entre la migration et le développement tel qu'il s'est matérialisé lors de la Conférence euro-africaine réunie à Rabat, en juillet 2006 et tel qu'il se prolonge dans la participation active et remarquée du Maroc dans le Forum Global pour la migration et le développement".

Source : MAP

Alors que plusieurs pays européens dont la France envisagent d'interdire le voile islamique intégral, le Royaume-Uni reste attaché à la liberté d'expression des convictions religieuses en matière vestimentaire mais un parti anti-européen fait campagne pour son bannissement.

Une mission parlementaire française doit rendre mardi un projet de résolution sur une éventuelle interdiction légale du port du voile islamique intégral dans les lieux publics.

Cela concerne le niqab --les yeux sont apparents-- et la burqa, où le visage est entièrement caché. "Le gouvernement britannique ne partage pas la position de la France sur la sécularisation", ont rappelé vendredi les autorités britanniques sur le site internet de Downing street, en réponse à une pétition électronique. Aucune loi n'interdit le port du voile intégral au Royaume-Uni. Il est, comme le simple foulard islamique (hijab), admis partout. Selon le Conseil des musulmans de Grande-Bretagne (CMB), le pays compte au total plus de 2,5 millions de musulmans et moins de 1% des musulmanes résidant dans le pays portent un niqab ou une burqa.

Elles seraient moins de 2.000 en France, selon les chiffres officiels. "Au Royaume-Uni, nous sommes à l'aise avec l'expression des convictions, que ce soit le port du turban, du hijab, du crucifix ou de la kippa. Cette diversité est une partie importante de notre identité nationale et l'une de nos forces", a précisé le gouvernement. Cette position ne fait pas consensus au sein de la classe politique: elle est notamment rejetée par le parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP), grand vainqueur des élections européennes de 2009 en terminant en deuxième place devant le Labour au pouvoir.

Son ancien président, le député européen Nigel Farage, a annoncé le 17 janvier que l'UKIP faisait de l'interdiction du voile islamique intégral "dans les lieux et les bâtiments publics" un thème de campagne pour les législatives prévues d'ici juin.
Le voile intégral "est le symbole de quelque chose destiné à opprimer les femmes, c'est le symbole d'un Royaume-Uni de plus en plus divisé et, le vrai souci, est que (...) beaucoup de nos villes deviennent des ghettos", a déclaré M. Farage à l'AFP, soulignant que des fillettes de 4 ans portaient le niqab à l'école.

"Je ne peux pas entrer dans une banque avec un casque de moto. Je ne peux pas porter de cagoule dans le métro", a-t-il noté, rejetant les accusations selon lesquelles l'UKIP tente de prendre des voix au parti d'extrême droite britannique (BNP).
Mais pour le CMB et la Société islamique du Royaume-Uni, le port du voile intégral relève d'un choix. "En tant qu'imam, je dis aux jeunes que dans l'islam, ce n'est pas une obligation de se couvrir le visage (...). Au final, c'est un choix individuel que nous devons respecter", a expliqué à l'AFP Ajmal Masroor, imam et porte-parole de la Société islamique. "Au nom de la laïcité et du laïcisme, (la France) est devenue un (pays) extrémiste laïc", a-t-il relevé.

Le voile islamique a déjà agité la scène politique britannique: en octobre 2006, le ministre des Relations avec le parlement --aujourd'hui ministre de la Justice-- Jack Straw s'était dit "gêné" de parler à quelqu'un sans voir son visage, lançant une courte polémique.
Tony Blair, alors Premier ministre, avait qualifié le niqab de "marque de séparation" entre les musulmans et le reste de la société. 33% des Britanniques s'étaient dit favorables à son interdiction dans tous les lieux publics. Après plusieurs procès médiatisés, le ministère de l'Education a publié en mars 2007 des directives autorisant les directeurs d'écoles publiques et confessionnelles à interdire le niqab.

Source : Le Quotidien

Un mémorandum de partenariat et de coopération a été signé, dimanche à Tunis, entre le ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger d'une part, et l'Association de la Maison de bienfaisance Mohammed V de Tunis et l'Amicale des travailleurs et commerçants marocains en Tunisie, d'une autre part.

Cet accord prévoit de fournir l'appui nécessaire à cette Association, notamment en matière de gestion et d'équipement, dans le but de l'ériger en "centre de rayonnement de la culture et de la civilisation marocaine et un outil efficient pour assurer l'accompagnement culturel et le soutien social aux Marocains établis en Tunisie".

Il tend également à rendre cette Maison un cadre approprié où se rencontrent les membres de la communauté marocaine, notamment les jeunes, afin de consolider leur identité nationale, et un centre culturel pour l'organisation de diverses activités culturelles susceptibles de renforcer les liens de fraternité entre les deux peuples marocain et tunisien sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI et le président Zine El Abidine Ben Ali, a souligné l'ambassadeur du Maroc en Tunisie, M. Najib Zerouali Ouariti.

Cette institution, dont les travaux de rénovation ont été pris en charge par l'entrepreneur et l'homme d'affaires marocain Ahmed Jamai, ambitionne de devenir une "Maison du Maroc" visant à préserver l'identité nationale et renforcer le sentiment d'appartenance des ressortissants marocains.

Il s'agit également, a-t-il poursuivi, de promouvoir la communication et l'interaction entre Marocains, Tunisiens et ressortissants d'autres pays résidant en Tunisie à travers les activités culturelles qu'elle abritera.

Le soutien accordé à cette institution par le biais de cette convention, a fait remarquer l'ambassadeur, vise également à accroitre les échanges culturels entre les sociétés civiles et les intellectuels des deux pays maghrébins.

L'Association de la Maison de bienfaisance Mohammed V, qui s'étend sur une superficie de 3.500 m2, a connu en 2009 des travaux de rénovation de grande envergure.

Située dans un quartier huppé au sud de Tunis, Cette institution comprend notamment une salle de spectacles d'une capacité d'accueil de près de 300 places, deux salles de conférence et un espace destiné aux expositions de livres et d'œuvres d'art, outre une bibliothèque, un club Internet, une mosquée et des bureaux administratifs.

Source : MAP

Le nombre des actifs étrangers occupés sur le marché suisse du travail s'est encore accru de 5% sur un an, au 2e trimestre 2009. Il comprenait 974'000 personnes au bénéfice d'une autorisation de séjour ou d'établissement, a indiqué jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

S'y ajoutent 282'000 étrangers - dont 93% sont des frontaliers ou détenteurs de permis de courte durée - qui travaillaient en Suisse durant le trimestre sous revue sans faire partie de la population résidente permanente. Cette catégorie est en léger recul de 1,4% par rapport au 2e trimestre 2008. Le nombre d'actifs occupés de nationalité suisse est pour sa part resté stable, à 3,306 millions (+0,1% sur un an).

Parmi les actifs étrangers et résidents permanents occupés en Suisse, la progression de nouveaux venus par rapport au même trimestre de 2008 a été particulièrement importante chez les Allemands (+18% ou +25'000). Les Français (+9,7% ou +5000) et les Portugais (+9,2% ou +11'000) ont aussi vu leurs effectifs se renforcer sensiblement.

L'OFS note que si en moyenne, la proportion d'actifs résidents permanents qui ont achevé une formation de degré tertiaire - université, haute école ou formation professionnelle supérieure - est sensiblement égale à celle des Suisses, s'inscrivant à 33%, elle est particulièrement forte chez les Allemands (62%) et les Français (61%).

Cette proportion est au contraire particulièrement faible chez les personnes venues de l'Ouest des Balkans (6,8%) et du Portugal (7,1). Ce sont aussi parmi les personnes venues de ces deux régions que le taux de chômage est le plus élevé, de respectivement 9% et 6,8%.

Globalement, le taux de sans-emploi étrangers était plus de deux fois supérieur à celui des personnes de nationalité suisse au 2e trimestre 2009, à 7,2% contre 3,1%. A cet égard aussi, les Allemands se distinguent avec un taux de seulement 2,8%.

Sur les 4,28 millions de personnes actives occupées résidant en Suisse, 23% sont de nationalité étrangère. Leur proportion est particulièrement forte dans la région lémanique (33%) et au Tessin (28%).

A noter que la définition de l'OFS d'"actifs occupés" est assez large, cette catégorie englobant en particulier les personnes qui au cours de la semaine de référence ont travaillé au moins une heure contre rémunération, ainsi que les personnes temporairement absentes de leur travail (maladie, vacances, service militaire, maternité ou autre).

Source : Romandie

Abdellah Aboulharjan, Français d’origine marocaine vient de se lancer dans une nouvelle aventure, avec comme objectif, d’aider les entrepreneurs des cités à démarrer et pérenniser leur activité. Pour ce faire, il a créé une plateforme dénommée la Nouvelle PME, qui veut dire « Nouvelle Place de Marché pour les Entrepreneurs », indique L'Entreprise, un mensuel économique français.

Abdellah Aboulharjan, interviewé par Yabiladi.com en 2004, est dans l’entreprenariat depuis plusieurs années. En 2002, il est à l’origine de l’association, « Jeunes entrepreneurs de France ». Ce groupement vise la promotion de l’entrepreneuriat dans les quartiers. En effet, dans ces zones dites « sensibles », de nombreuses entreprises disparaissent après quelques années.

Plus tard, le fondateur de Medinashop.com (prix World Summit Award dans la catégorie e-business au Sommet mondial de la Société de l'Information en 2005 à Tunis), prend conscience que l’accompagnement de ces jeunes est indispensable. « C’est bien d’aider les jeunes des quartiers à créer leur entreprise, mais c’est encore mieux de leur permettre de pérenniser leur activité », confie t-il à L'Entreprise.

Abdellah Aboulharjan n’est pas allé de main morte dans ses démarches. Il s’installe à la Ruche, l’espace collectif de travail et de création, quai de Jemmapes à Paris. Il y bénéficie du réseau de ses voisins de renom ayant déjà une expérience dans l'entrepreneuriat social.

La Nouvelle PME se veut donc un outil à la disposition des entrepreneurs issus des minorités ou des quartiers, pour leur permettre d’accéder à des réseaux de compétences et aux financements. Il s’agit d’une sorte de réseau social (type "Viadeo" ou "Facebook"...), basé sur le principe du bénévolat de compétences, mais avec des services.

La plateforme est en cours de développement et Abdellah Aboulharjan compte lancer officiellement le site de La NouvellePME.fr, au Salon des Entrepreneurs (3-4 février 2010 au palais des Congrès de Paris) lors d’une conférence.

Source : Yabiladi

Le pape Benoît XVI a appelé hier après la prière de l’Angélus à des "solutions justes" face aux problèmes liés à l’immigration, un dossier particulièrement brûlant en Italie ces dernières semaines.

Benoît XVI a tenu à saluer "les familles du Mouvement de l’amour familial et tous ceux qui ont veillé la nuit dernière en l’église Saint Grégoire VII (à Rome, ndlr) en priant pour des solutions justes" pour l’accueil des étrangers en Italie. Sur son site Internet, ce groupement appelait à "des solutions de paix et non pas de violences pour les migrants contraints de quitter leurs pays et qui viennent dans nos villes".

L’Eglise a été très en pointe début janvier pour dénoncer la "chasse au Noir" menée contre des immigrés africains, employés pour la plupart illégalement comme saisonniers agricoles, par des habitants de Rosarno, en Calabre, dans le Sud de l’Italie.

Le 10 janvier, le pape avait souligné que "l’immigré est un être humain à respecter et qui a des droits et des devoirs".

"La violence ne doit jamais être, pour personne, le moyen de résoudre les difficultés. Le problème est d’ordre humain et j’invite chacun à regarder le visage de son proche et à découvrir l’âme de ce dernier, son histoire et sa vie", avait déclaré le pape.

La question de l’immigration est âprement débattue en Italie avec un fossé croissant entre les positions de la Ligue du Nord, un parti populiste allié-clé au sein du gouvernement de centre-droit de Silvio Berlusconi et celles des partisans de Gianfranco Fini, autre partenaire important de la coalition.

La Ligue a obtenu l’an passé un durcissement de la lutte contre l’immigration clandestine (peines de prison et fortes amendes) et prône souvent des mesures considérées comme anti-immigrés.

M. Fini, tenant d’une ligne dite nationaliste, a proposé d’accorder le droit de vote aux élections locales aux immigrés légalement installés en Italie depuis cinq ans et de faciliter la naturalisation de leurs enfants nés dans la péninsule.

Source : Le Soleil/AFP

La France va se rapprocher cette semaine d'une large interdiction du port par les femmes musulmanes du voile intégral, le niqab ou la burqa, avec la remise très attendue mardi des propositions d'une commission parlementaire.

Les femmes qui choisissent de se couvrir le visage pour des raisons religieuses sont peu nombreuses dans le pays, moins de 2 000, selon des chiffres officiels. Mais le débat s'est développé depuis six mois et cristallise un questionnement français sur la place de l'islam dans la société.

«Une chose est sûre: dans les lieux ouverts au public, ce sera comme une lame de couteau. L'interdiction du voile intégral sera absolue», a déclaré le député communiste André Gerin, président de cette mission d'information qui regroupe des parlementaires de toutes tendances.

L'interdiction de la burqa est soutenue par le gouvernement et le président Nicolas Sarkozy, qui a affirmé qu'elle n'était pas «la bienvenue» en France.

Mais le sujet est extrêmement sensible dans un pays qui abrite la plus grande communauté musulmane d'Europe, avec 5 à 6 millions de membres, pour la plupart issus de l'immigration d'Afrique du Nord.

Il pose en outre de délicats problèmes juridiques. Une interdiction dans les lieux ouverts au public (transports, administrations, etc...) paraît acquise. Mais, selon des sources parlementaires, la burqa ne devrait pas être prohibée dans la rue, une telle mesure risquant une censure constitutionnelle ou une condamnation par la Cour européenne des droits de l'Homme.

L'interdiction -- au nom du principe de laïcité et d'une lutte contre l'asservissement des femmes, dont la burqa serait un symbole -- devrait s'installer en deux temps.

Dans un premier temps, les parlementaires voteraient une résolution. Il s'agirait d'un texte solennel, sans portée juridique, qui établirait que le voile intégral sera «prohibé sur le territoire de la République», selon une proposition de texte soumise par la mission parlementaire.

Cette résolution serait ensuite suivie par une loi qui préciserait qu'il est interdit de se présenter le visage dissimulé dans l'ensemble des services et des transports publics, selon des sources parlementaires.

Considérant «le visage découvert dans l'espace public comme un élément essentiel d'ordre public», le député André Gerin faisait référence ces derniers jours à «une loi qui traite cette question de l'ordre public (dans) l'espace public».

La France avait déjà légiféré en 2004 pour bannir des écoles publiques le foulard islamique.

Au nom de la laïcité et de l'égalité entre les garçons et les filles, une loi avait été votée pour interdire les signes religieux ostentatoires. Elle visait essentiellement à empêcher les filles musulmanes de se présenter en cours les cheveux couverts et elle est, dans l'ensemble, bien acceptée.

Mais le climat politique en France semble peu propice au consensus. L'opposition socialiste se dit exaspérée par un vaste débat sur l'identité nationale, lancé par le gouvernement en parallèle à celui de la burqa. Cette concertation autour de la question «qu'est-ce qu'être français ?» a tourné au débat sur l'immigration et donné lieu à des dérapages racistes.

Les socialistes ont réclamé «l'arrêt du débat sur l'identité nationale» lancé en octobre par le gouvernement pour donner leur accord au rapport de la mission parlementaire.

Les Français, de leur côté, sont 57% à souhaiter l'interdiction de la burqa, selon un sondage récent.

Source : Syberpresse.Ca

Les trois quarts des migrants kurdes, découverts en fin de semaine sur l'île française de Corse, ont été remis en liberté dimanche soir par des juges. Ceux-ci ont estimé que la privation de liberté de ces personnes s'était faite hors de tout cadre juridique légal.

Au total, 94 des migrants ont recouvré la liberté, sur les 123 affirmant venir de Syrie et découverts vendredi matin sur une plage proche de Bonifacio, à l'extrême sud de l'île. Il appartiendra désormais aux tribunaux administratifs de statuer définitivement sur la légalité des arrêtés de reconduite à la frontière.

Le ministre de l'Immigration Eric Besson avait indiqué dimanche que 61 des migrants adultes avaient choisi de demander l'asile politique. Il s'est également élevé contre les critiques émanant d'associations qui craignent que leurs droits de candidats à l'asile ne soient pas respectés.

"Face à des situations d'urgence, la protection des personnes prime sur le pointillisme procédural", a-t-il répondu, expliquant qu'il était "impossible d'amener en quelques heures à la pointe sud de la Corse des dizaines d'interprètes, d'avocats, de médecins et de trouver sur place un local de rétention administrative respectant l'ensemble des normes en vigueur".

Les migrants ont tous déclaré aux enquêteurs avoir été transportés en camions de Syrie en Tunisie. De là, des passeurs, qui auraient encaissé de 2500 à 10'000 euros par personne, les auraient fait embarquer sur un cargo jusqu'en Corse. Une enquête est en cours pour vérifier ces déclarations et retrouver le cargo en question.

Source : Romandie

Le nouveau projet de loi sur l'immigration sera plus "répressif" mais respectera les droits de l'Homme, a affirmé lundi le ministre de l'Immigration Eric Besson, précisant qu'il déposerait le texte en conseil des ministres au premier trimestre.

"Dans le projet de loi que je vais défendre en conseil des ministres dans le cours de ce premier trimestre, je vais changer la loi sur plusieurs points", a-t-il expliqué sur Europe-1. Il faudra d'abord que la loi "soit adaptée aux situations d'urgence, à l'afflux massif, inopiné, ponctuel" de clandestins, a souligné M. Besson.

"L'expérience vient de prouver que cela peut nous arriver et que nos procédures ne sont pas adaptées", a-t-il ajouté en référence à l'arrivée en Corse d'une centaine de réfugiés se disant kurdes.

Le ministre a en outre souhaité "une interdiction d'entrer sur le territoire européen automatique pour toute personne reconduite dans son pays". Cette interdiction pourrait être valable "pendant trois ans, quatre ans, cinq ans. Il faudra le déterminer avec le Parlement".

Enfin, il a plaidé pour que "les employeurs utilisant des personnes en situation irrégulière soient davantage sanctionnés", ainsi que pour une clarification des compétences entre le juge administratif et le juge judiciaire en matière de rétention.

"C'est un arsenal à la fois plus répressif sur le plan de la lutte contre l'immigration irrégulière et contre les mafias, qui sera respectueux des droits de l'Homme, parce que c'est notre tradition républicaine et nous la respecterons", a-t-il conclu. AP

Source : Nouvel Observateur/AP

Les visiteurs de la célèbre allée des musées Smithsonian de Washington ont été conviés, jeudi soir, à un voyage initiatique au cœur de la musique arabo-andalouse avec la projection de "Nouba d'or et de lumière", une œuvre de la réalisatrice marocaine Izza Génini.

Cette projection a permis aux aficionados mais également aux néophytes de sonder l'histoire d'un genre musical qui a germé dans les cours des califes andalous, s'est fortifié dans l'Andalousie médiévale avant de s'épanouir au Maroc sous le nom d'Al-Ala.

Ce fut également un moment de découverte pour bon nombre de représentants de la communauté marocaine et de cinéphiles de toutes nationalités, venus nombreux pour savourer avec délectation les œuvres savamment présentées par Génini et l'accompagner dans son retour aux sources.

 

+ Le Maroc revisité par Génini+

Dans "Nouba d'or et de lumière" (2007), Génini entreprend une exploration cinématographique des aspects culturels de la vie au Maroc et redessine, à coups d'images et de poésie laudative, ce pays riche par sa musique et fort par sa tolérance.

"J'ai eu cette chance d'effectuer ce retour au Maroc, ce qui m'a permis de prendre la dimension de tout ce patrimoine et de toute cette culture qui m'ont bercés dans ma jeunesse", a affirmé cette réalisatrice lors d'un entretien accordé à la MAP.

Izza, qui a quitté le Maroc à l'âge de 17 ans pour la ville des lumières, s'est dite fière de ses origines, notant au passage que son retour aux sources lui a apporté "une force et une paix intérieure".

"En revisitant le Maroc j'ai redécouvert un patrimoine formidablement vivant", a-t-elle affirmé, relevant que son film, le dernier d'une série de onze œuvres baptisées "Maroc: Corps et Ame", est à la fois "un travail de mémoire personnel" et "un effort patrimonial par voie de conséquence".

La réalisatrice marocaine a d'ailleurs confié qu'après avoir réalisé ce projet si cher à ses yeux, il est temps pour elle de "se lancer dans une nouvelle aventure de longue haleine".

 

+ Plus qu'un film, une mémoire +

Cette œuvre "m'a permis de partager mon amour pour ces musiques traditionnelles, mystiques ou spirituelles qui tiennent une large part dans la culture marocaine", ajoute Izza qui a tourné plusieurs documentaires sur le patrimoine musical marocain, dont Concerto pour 13 voix (1995), Tambour Battant (1999) et Cyberstories (2001).

Génini a su balayer les préjugés en documentant un genre musical parfois considéré à tort comme figé pour le restaurer dans sa contemporanéité et son ancrage culturel et populaire.

Le film, très applaudi lors de cette projection organisée en collaboration avec l'Ambassade du Maroc à Washington, offre un ballet de poésie, de musique et de chants où s'entremêlent mémoire populaire du Maroc et cette lointaine Andalousie, terre d'adoption de Ziryab et d'autres compositeurs de génie qui ont donné vie à la musique arabo-andalouse dont la Nouba serait la symphonie.

Avec les plus éminents orchestres d'"Al-Ala" marocaine, accompagnés de solistes virtuoses, le film, reflète en cinq mouvements, comment la "Nouba" continue à élargir le cercle de ses amateurs toutes générations, classes et religions confondues.

Née à Casablanca, Izza Génini a émigré en France en 1960 où elle a suivi des études de lettres et de langues étrangères à la Sorbonne et à l'Ecole des Langues Orientales, avant de se consacrer entre 1966 à 1970 aux relations extérieures des Festivals de Tours et d'Annecy.

En 1987, Génini devint la première documentariste du Maroc à tourner plusieurs documentaires sur le Maroc. Elle publia en 2001 un livre sous le titre "Maroc, royaume des milles et une fêtes" (2001).

Source : MAP

Les réseaux d'immigration clandestine sont de mieux en mieux organisés et génèrent des revenus considérable. La France a décidé de faire de la lutte contre ces filières une priorité.

Présentée par les Nations unies comme la troisième activité criminelle mondiale à raison des revenus qu'elle génère, la traite des êtres humains focalise depuis de nombreuses années l'attention de la police française. En 2008, une centaine de filières spécialisées dans l'acheminement tarifé de migrants en provenance de Chine, d'Afrique, du Proche-Orient ou d'Amérique latine ont été démantelées par les services répressifs.

S'appuyant sur les 110 policiers de l'Ocriest (office central de répression de l'immigration irrégulière et de l'emploi des étrangers sans titres) ainsi que sur 52 brigades mobiles de la police aux frontières, le ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale s'est en outre engagé à doubler au plus vite le nombre d'opérations policières visant ces réseaux. Pour ce faire, il a initié une politique controversée fondée sur l'incitation des migrants à dénoncer leurs «passeurs».

Difficilement quantifiable, l'immigration illégale s'appuie sur des filières plus ou moins structurées qui pratiquent des tarifs très variables. En mars 2009, la direction du renseignement de la Préfecture de police de Paris a ainsi démantelé un réseau qui proposait à des ressortissants irakiens et kurdes de gagner la France moyennant 10.000 dollars. En mai, l'Ocriest a mis au jour une autre filière qui faisait profession d'acheminer des migrants iraniens vers la Grande-Bretagne. Selon les policiers, quelque 3.000 euros leur étaient facturés pour la seule étape censée les mener de la Grèce vers la France.

Succession de drames

De plus en plus lucrative à mesure que le renforcement des contrôles aux frontières de l'Europe décourage les migrants isolés, cette traite génère, selon les enquêteurs spécialisés, des sommes qui peuvent atteindre plus de 10 millions d'euros par an. Dans les nombreux pays traversés, les filières les mieux structurées peuvent s'appuyer à la fois sur des rabatteurs, des fabricants de faux papiers ou encore des convoyeurs capables d'organiser leur transport dans la plus grande discrétion.

Ces dernières années, la multiplication des candidats à l'exil en prove­nance d'Afrique a entraîné une succession de drames qui ont coûté la vie à plusieurs milliers de migrants. De nombreuses embarcations de fortune, parties de Libye, d'Égypte ou de Tunisie ont en effet fait naufrage avant d'atteindre les côtes italiennes, tandis que d'autres bateaux ont sombré au large de l'Espagne. Par ailleurs, la traversée du Sahara a également fait de nombreuses victimes parmi les migrants en provenance d'Afrique noire.

Indépendamment de ces diverses voies, nombre de migrants gagnent la France via ses départements ou territoires d'outre-mer. Depuis plusieurs années, Mayotte, la Guyane et la Guadeloupe sont ainsi confrontées à un afflux massif de clandestins. L'an dernier, la France a renvoyé dans leur pays 29.288 étrangers en situation irrégulière - soit 1,7% de moins qu'en 2008. Cette statistique comprend à la fois les migrants qui ont été reconduits de force et ceux qui ont spontanément accepté de quitter l'Hexagone.

Source : Le Figaro

L’Institut du monde arabe (IMA) accueille jusqu’au 14 mars prochain, une grande exposition sur les objets de la collection "Arts Islamiques". Des pièces uniques, tant par leur beauté que par leur histoire, vantent la culture islamique.

Ce sont près de 500 pièces qui seront présentées au public, toutes témoignant de la richesse et de la diversité du patrimoine artistique de la civilisation musulmane. L’ambition affichée par les organisateurs, est de faire "comprendre et apprécier" l’art islamique. Quelle meilleure façon donc, que de montrer ce que cet art a produit de plus beau ?

Tous les peuples ayant partagé la civilisation musulmane y sont représentés, depuis ceux des rives de la Méditerranée, jusqu’aux populations d’Asie. L’exposition couvre la tranche historique allant du VIIe au XXe siècle, précise le quotidien Le Monde.

Bijoux d’Irak et poteries anciennes d’Egypte côtoient les vases turcs et les coupes de jade chinoises, alors que les porcelaines de Turquie figurent aux côtés des manuscrits anciens de Mésopotamie. Tous viennent témoigner du « rayonnement formidable de l’art islamique ».

L’exposition se déclinera en trois grandes parties : «Foi, sagesse et destinée», qui témoigne de la relation entre l’art et le sacré, «L’atelier des mécènes : califes, émirs, khans et sultans», qui rend compte du développement des arts de cour, lesquels élaborent les modes du paraître et accessoirement servent de modèles à la société civile. Le dernier thème évoqué sera «Un univers de formes et de couleurs», qui explore le foisonnement de la création pour la satisfaction des sens.

L’exposition est ouverte tous les jours, sauf lundi, de 10h à 18h, jusqu'à 22h le jeudi et de 10h à 20h les weekends et jours fériés. L’entrée est gratuite pour les enfants de moins de 12 ans et les handicapés, précisent les organisateurs.

Source : Yabiladi

Huit personnes d'origine étrangère sur dix se sentent bien acceptées en Belgique, surtout les Européens de l'est et les personnes de la troisième génération. C'est l'un des résultats d'une enquête-sondage commandée par les assises de la multiculturalité.

Ces assises sont destinées à promouvoir une société interculturelle et rapport d'activités sera remis en septembre prochain. Le sondage porte donc sur la perception de la vie en commun, la vie en Belgique des résidents turcs, maghrébins, européens de l'est et africains subsahariens.

Neuf sur dix estiment que le mélange des cultures est positif. Les relations d'hostilité avec les voisins sont rares.

En revanche, la recherche d'un logement ou d'un emploi se solde souvent par une expérience négative. 19% des Maghrébins considèrent que leur représentation dans les medias est incorrecte.

Un premier sondage, au printemps dernier, relevait la perception de ces groupes par les Belges. Pour Edouard Delruelle, directeur francophone du centre pour l'égalité des chances et est co-président d'une commission des Assises de l'interculturalité, il y a deux sondages et des conclusions identiques dans deux cas : "Si les gens ont des contacts entre eux, des contacts dans le domaine du logement, du travail, plus ils ont une perception positive, plus les clichés racistes ou les stéréotypes tombent."

Second parallèle entre les deux sondages : le Belge accueille plus volontiers l'étranger sous certaines conditions et ces efforts d'intégration demandés, les minorités ethniques consultées estiment légitimes de les accomplir.

Source : rtbf

Le nombre de demandes d'asile déposées auprès des services d'immigration allemands a progressé de 25% en 2009 sur un an, en partie à cause des candidatures en provenance d'Afghanistan, a indiqué aujourd'hui le ministère allemand de l'Intérieur.

Environ 27.500 demandes ont été déposées en 2009, un nombre en hausse de 25% comparé à 2008 mais plutôt faible comparé aux quelque 100.000 demandeurs d'asile enregistrés il y a dix ans et aux quelque 440.000 en 1992, selon le ministère. La progression de l'an dernier est à mettre en partie sur le compte des demandeurs d'asile originaires d'Afghanistan: ils ont été 3.375, soit 2.718 de plus qu'en 2008, à déposer un dossier. Les Iraniens, Nigérians et les Indiens ont été aussi plus nombreux qu'en 2008 à demander l'asile en Allemagne, d'après le ministère.

En 2009, 8.115 personnes ont obtenu le statut de réfugiés en Allemagne, dont 5.517 Irakiens. La candidature de 11.360 demandeurs d'asile a été rejetée. L'Allemagne a décidé en décembre de prolonger de deux ans un dispositif qui permet sous certaines conditions à des réfugiés d'obtenir un titre de séjour, une mesure qui concerne quelque 30.000 étrangers dans le pays.

Source : Le Figaro/AFP

La lutte contre l'immigration clandestine doit devenir un sujet prioritaire dans les relations entre l'Union européenne et la Turquie, candidate à l'adhésion, a affirmé aujourd'hui à Tolède le ministre français de l'immigration Eric Besson.

"Ce sujet doit clairement devenir un sujet prioritaire dans les relations entre l'Union européenne et la Turquie", a-t-il déclaré au cours d'une rencontre avec quelques journalistes français à l'issue d'une réunion informelle avec ses homologues de l'UE.
"La situation dans la mer Egée est devenue intenable. Les Grecs sont soumis à une pression intolérable. La Turquie est de toute évidence devenue un pays de transit et nous avons besoin qu'elle joue le jeu", a-t-il souligné.

M. Besson a refusé de faire de cette coopération une condition dans les négociations d'adhésion. "Je ne vais pas jusqu'à parler de condition, mais il s'agit d'une exigence. C'est indispensable", a-t-il soutenu. La Commission doit faire de ce sujet une priorité dans les négociations avec Ankara, a-t-il insisté.

Le sujet sera abordé lors de la prochaine réunion avec les autorités turques le 19 février à Ankara, a assuré le commissaire sortant en charge de la Justice et de la Sécurité, Jacques Barrot.

Les fonctions assurée jusqu'à présent par M. Barrot ont été scindées en deux portefeuilles au sein de la nouvelle Commission présidée par José Manuel Barroso. Les questions de Justice seront de la compétence de la Luxembourgeoise Viviane Reding et les questions migratoires seront traitées par la Suédoise Cecilia Malmström.

Jacques Barrot a insisté sur l'importance de la relation que l'UE doit nouer avec la Turquie. "Ce serait une erreur de la stigmatiser", a-t-il affirmé. "La Turquie doit être considérée comme un grand partenaire. Elle a un rôle à jouer dans la région et il faut la laisser décider de sa relation avec l'UE. En tout état de cause, il faut lui ouvrir le choix vers un partenariat très fort", a-t-il expliqué.

Source : Le Figaro/AFP

Le secrétaire d'Etat chargé du Développement territorial, M. Abdeslam El Mesbahi, et la représentante du Fonds des Nations unies pour la population au Maroc (UNFPA), Mme Sew Lun Geneviève Ah-Sue, ont signé, jeudi à Rabat, une convention complémentaire de co-financement du projet de généralisation du système permanent d'observation et de collecte de données sur la migration interne (SOCDM).

Ce système, qui est en cours de généralisation au niveau de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, dans un cadre partenarial (Wilaya, Conseil régional, Haut commissariat au plan et UNFPA), vise à mieux appréhender les phénomènes de migration en rendant disponible, en temps réel, les données sur les flux migratoires, indique un communiqué du Secrétariat d'Etat chargé du Développement territorial.

La base de données sur la migration interne contribuera à l'amélioration de la gouvernance locale ainsi qu'à une planification économique et sociale efficiente, en dotant les acteurs nationaux et locaux, institutionnels et autres, d'un système de veille capable de les orienter dans leur stratégie d'aménagement et de développement du territoire.

Cette base de données constituera aussi une source d'orientation et d'éclairage pour l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) et permettra d'accompagner l'administration locale dans son effort de gouvernance électronique à travers la numérisation des données et l'informatisation des procédures.

Cette convention, qui fait suite à celle signée en 2009, renforcera et fournira un appui technique supplémentaire afin de garantir la réussite du projet et pouvoir procéder à sa généralisation au Maroc à l'horizon 2013.

Les activités programmées pour cette année concernent notamment un appui technique élargi au niveau de la province de Khemisset, une assistance de proximité à l'ensemble des annexes administratives de la province, l'élaboration des fondements juridiques de l'opération, l'élaboration d'une étude sur les sorties potentielles du SOCDM, le lancement d'une campagne d'information et de sensibilisation et l'élaboration d'une évaluation et d'un bilan de l'opération.

Source : MAP

Un haut responsable haïtien a annoncé jeudi que le gouvernement allait déplacer 400.000 personnes hors de la capitale Port-au-Prince, vers des campements temporaires situés à proximité, dans les jours qui viennent.

Le chef de cabinet du président René Préval a précisé à l'Associated Press que le gouvernement s'inquiète de la situation sanitaire de centaines de cités de toiles qui se sont installées partout dans Port-au-Prince, depuis le séisme du 12 janvier. Il a cité notamment les tentes de la place du Champs de Mars, "qui n'est pas un lieu qui peut accueillir 1.000 ou 10.000 personnes", selon Fritz Longchamp. Les médecins ont mis en garde contre le risque d'épidémies qui pourraient se propager à partir de ces regroupements de milliers de personnes. Il y aura donc des lieux disposant au moins d'installations sanitaires adéquates.

Fritz Longchamp a affirmé jeudi que des bus allaient commencer à emmener des personnes en dehors de la capitale d'ici une semaine à dix jours, une fois que les nouveaux villages de tentes auront été montés. Des Casques bleus brésiliens préparent un site d'accueil à Croix des Bouquets, d'après l'Organisation internationale des migrations basée à Genève.

Des centaines de milliers de victimes du séisme dont les maisons ont été détruites se sont installés sur plus de 200 lieux en plein air où elles campent, sous la tente pour celles qui ont la chance d'en avoir obtenu une. Les plus nombreux dorment au soleil sur des couvertures, des feuilles de plastique ou sous des bâches tendues entre des branchages.

L'annonce du déplacement des réfugiés coïncide avec la nouvelles que les équipes de recherche quittent le pays avec leurs chiens et leur matériel, alors que les espoirs de retrouver des vivants dans les ruines sont infimes. La priorité est désormais de maintenir en vie les rescapés, d'enrayer les épidémies et de soutenir les personnes qui n'ont plus de maison.

"Nous avons tellement faim", déplore Félicie Colin, âgée de 77 ans, qui dort près des décombres de sa maison de retraite avec des dizaines d'autres pensionnaires qui n'ont plus mangé qu'occasionnellement depuis le séisme. Une distribution de vivres a tourné à l'émeute quand des individus ont pénétré dans un entrepot et se sont battus pour les sacs de nourriture.

La Croix-Rouge affirme pourtant qu'elle déploit les moyens les plus considérables sur une catastrophe de ce type depuis 91 ans, en eau, alimentation, médicaments, sanitaires, vêtements, camions, équipements de construction, téléphones, et des tonnes d'autres biens. Néanmoins, l'aide ne parvient pas à des dizaines de milliers de personnes parmi les plus pauvres, parce que les infrastructures ne sont pas adaptées.

"Ils ne voient pas d'eau ni de vivres venir à eux et ils sont frustrés" selon le Premier ministre Jean-Max Bellerive.

L'armée américaine rapporte que 1.400 vols humanitaires sont en liste d'attente pour se poser sur la piste d'atterissage de Port-au-Prince, qui ne peut pas accueillir plus de 120 à 140 appareils chaque jour. Quatre bateaux sont parvenus à quai au port de la capitale, mais un seul camion à la fois peut s'en approcher, en raison des dommages aux installations.

Malgré les 800 médecins, infirmières et techniciens de santé à bord du porte-avions américain en rade de Port-au-Prince, les personnels à terre ne sont pas suffisants dans les centres médicaux d'urgence.

Le gouvernement haïtien estime à 200.000 le nombre des morts de la catastrophe, plus 250.000 blessés et deux millions de sans abris sur une population de 9 millions d'habitants en Haïti.

Source : The Canadian Press

Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger fait le point  après sa visite en Espagne.

Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger fait le point après sa visite en Espagne.

LE MATIN: La crise économique a des effets redoutables sur certains pays d'Europe dont l'Espagne où vous vous êtes rendu récemment. Une visite qui vous a permis de couvrir cinq villes dans trois régions d'Espagne. Dans quel objectif avez-vous fait ce périple ?

MOHAMED AMEUR : L'objectif a été double. D'un côté, renouer le contact avec nos concitoyens résidant dans un pays voisin et ami et prendre connaissance des problèmes qu'ils rencontrent par ce temps de crise économique. D'un autre côté, voir avec les autorités espagnoles, aux niveaux local et régional, comment préserver les droits et les acquis de cette communauté et dans quelle mesure fructifier ce patrimoine que nous avons en commun. Avant tout cela, cette visite intervient, vous l'avez dit, à un moment de crise économique mais aussi à un moment où s'active en Espagne une forte propagande hostile à notre cause nationale et a donc pour but d'informer et de mobiliser notre communauté pour y faire face.

Nous avons assisté avec l'expulsion d'Aminata Haidar à une levée de boucliers de groupes et partis politiques espagnols contre le Maroc. Vous avez rappelé les propositions marocaines pour aboutir à une solution dans le conflit du Sahara. Quelle a été la teneur de votre discours concernant ce dernier sujet ?

J'ai rappelé le contenu de la proposition marocaine de mettre fin à ce conflit dans le cadre de l'autonomie et d'une régionalisation étendue, solution digne et juste qui préserve aux peuples de la région les chances de bâtir un Maghreb fort et uni. En fait et il faut le savoir, le but de nos adversaires n'était pas tant de revendiquer un territoire que de déstabiliser le Maroc, dérangés qu'ils sont par son schéma démocratique et respectueux des droits de l'Homme. Ce qui explique l'appui des grandes puissances et des organismes internationaux à notre position qui est non seulement une reconnaissance de son bien-fondé mais de l'ensemble des efforts de démocratisation et de modernisation menés sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Le développement accéléré des provinces du Sud à tous les niveaux et dans tous les domaines est d'ailleurs le témoignage vivant de cette volonté constructive. J'ai enfin invité nos ressortissants en Espagne, qui se trouvent aux premières lignes face à une offensive acharnée de la machine propagandiste des séparatistes, à se montrer vigilants et de ne pas se laisser démonter par les manifestations de sympathie qu'elle suscite dans certains milieux espagnols. Le rôle de nos associations, de nos concitoyens élus ou nommés aux postes de décision, de nos intellectuels et de toutes nos compétences individuelles ou collectives en Espagne est d'éclairer l'opinion publique en lui démontrant, preuves à l'appui, l'inanité des allégations adverses.

La communauté marocaine résidant en Espagne a eu de tout temps un rôle important dans la défense de la cause nationale. Comment comptez-vous agir pour renforcer ce rôle?

Les 800.000 Marocains vivant en Espagne sont autant de diplomates disposés à expliquer, à argumenter, à convaincre leurs vis-à-vis espagnols de la justesse de notre cause. Leur atout principal est un tissu associatif jeune, plein d'allant, qui couvre presque la totalité du territoire et qui est prêt à assumer son devoir patriotique. Cependant, ils sont souvent à court de munition, si je puis dire, face aux stratégies adoptées par nos adversaires qui, chaque fois qu'ils sont acculés, changent de terrain et trouvent moyen de s'attirer la sympathie d'une opinion publique insuffisamment prévenue contre leurs procédés déloyaux. Hier c'était la question ses droits de l'Homme, aujourd'hui c'est l'affaire Haidar, demain Dieu seul sait quelle autre affaire sera exhibée pour mobiliser contre nous la rue espagnole. Bien préparer nos concitoyens, faire face à cette offensive nécessitent la mise en place d'un programme de formation, d'une instance de coordination et surtout d'un appui logistique conséquent, sous forme de supports de communication et de sensibilisation percutants. Je pense qu'il est en notre pouvoir de leur fournir l'outillage nécessaire. Partout où j'ai eu à rencontrer ces concitoyens, j'ai insisté sur la nécessité pour eux de s'impliquer massivement dans l'action politique et sociale, du niveau local jusqu'au national et même européen, s'ils veulent faire entendre leur voix en tant que communauté défendant ses droits et les intérêts de son pays d'origine.

L'Espagne est actuellement en pleine tourmente économique avec plus de quatre millions de sans-emploi, ce qui ne s'était jamais vu depuis 30 ans. Un chômage qui touche les secteurs de services et du bâtiment où travaillent les émigrés marocains. Ceux-ci craignent la remise en cause de leurs droits. Ne craignez-vous pas des abus de la part des employeurs espagnols?
Vous savez, en Espagne plus de 4.000.000 de personnes sont actuellement demandeurs d'emploi, dont environ 120.000 Marocains ayant travaillé surtout dans le bâtiment, secteur en difficulté bien avant la crise mondiale. Comme leurs homologues espagnols, peut-être même à des degrés moindres si on se réfère aux statistiques, les travailleurs marocains ont dû subir les conséquences de cette conjoncture difficile. A ma connaissance, s'il y a eu des abus, ils doivent être à une échelle réduite. Un dispositif réglementaire et un syndicalisme vigilant veillent au respect des droits des travailleurs, je suppose. La crise a certes eu des répercussions sur la stabilité de l'emploi, sur le niveau et le mode de vie des gens, sur la perception même de leur avenir en Espagne, mais il faut néanmoins reconnaître qu'aucun travailleur résidant légalement dans ce pays n'est menacé d'expulsion suite à la perte de son emploi, même si le renouvellement du titre de séjour exige la justification d'un contrat de travail.
Ceci a été possible grâce au dynamisme de notre diplomatie et à la compréhension des autorités espagnoles qui, il faut leur rendre cette justice, se sont montrées particulièrement sensibles aux retombées humaines de cette crise. Car il faut reconnaître que derrière les chiffres du chômage, froids et anonymes, se nouent en silence des drames sociaux: des salariés qui travaillent au rabais – et parfois se passent complètement de salaire – pour garder l'emploi et les chances de renouveler leur séjour, des ménages qui se défont, des enfants déscolarisés… Dans ce sens, j'ai attiré l'attention des autorités que j'ai rencontrées sur la nécessité de prendre en considération le fait que les enfants dont les parents sont obligés de quitter l'Espagne ont peu de chances de s'insérer dans le système scolaire marocain. Que ce soit avec le président du Gouvernement andalou, les maires et les représentants des gouvernements central et régionaux ou encore les acteurs sociaux dans les villes et régions visitées, j'ai tenu à mettre en avant cette donnée à laquelle personne ne peut être insensible. J'espère que mon message a porté…

La question culturelle était au centre de vos entretiens en Espagne, au point de lui consacrer trois conventions de partenariat. Pour quelles raisons avez-vous privilégié la culture ?

Ma conviction est que les relations entre le Maroc et les nouvelles générations issues de l'émigration vont se relâcher assez rapidement et même peut-être se rompre si on ne fait rien pour les raffermir. Cette rupture serait dommageable pour le Maroc qui ne pourra plus compter sur l'apport intellectuel, et encore moins matériel, de ces générations. Elle le serait encore davantage pour les intéressés eux-mêmes, qui se sentiraient perdus entre deux cultures différentes, sans réelle attache identitaire ni à l'une ni à l'autre. D'où l'idée d'inviter nos jeunes concitoyens expatriés à faire, ou à refaire, connaissance avec leur culture d'origine, aux valeurs ancestrales d'ouverture et de tolérance. Cette redécouverte leur permettra de se sentir fiers de leur origine, élément très important pour la construction de leur personnalité propre et pour leur confirmation dans leur identité à double ou à multiple dimension. Au-delà du fait de rasséréner ce concitoyen et de l'aider à mieux s'intégrer dans sa culture d'adoption, ce qui est en soi un acquis des plus précieux, ceci le mettra à l'abri des extrémismes, quelles que soient leurs dénominations.

Cette idée a tout de suite obtenu l'adhésion de mes interlocuteurs espagnols. Il faut dire que le terrain a été préparé grâce à l'action assidue des associations et des institutions œuvrant dans le même sens. Je citerai notamment la Fondation des Trois Cultures, qui fait du prestigieux Pavillon Hassan II à l'Exposition Universelle de 1992 à Séville son siège permanent, et d'autres centres dédiés au rapprochement culturel des deux rives de la Méditerranée. A cette offre s'ajoutera, dans un avenir proche, la Maison du Maroc que l'Etat construira à Barcelone, au même titre d'ailleurs que quatre autres centres culturels marocains déjà programmés à Bruxelles, Montréal, Paris et Tripoli. Sans oublier les séjours culturels au Maroc que nous allons organiser en collaboration avec nos partenaires espagnols qui font l'objet, avec d'autres manifestations culturelles dédiées aux femmes et aux jeunes en Espagne, des accords de coopération culturelle que nous signerons et mettrons en œuvre au cours du premier semestre 2010.

Les dossiers en suspens concernant la communauté sont nombreux et urgents compte tenu des attentes. Qu'avez-vous répondu à ces doléances ?

Je dois reconnaître que ces attentes sont énormes et de diverses natures. Il y en a qui ont trait au social – qui sont les plus nombreuses, ce qui est évident par ce temps de crise – devant les questions d'ordre administratif. L'emploi, le logement, le transport, la sécurité sociale, la couverture médicale, les taxes consulaires, mais également les détenus, les mineurs, la femme, etc. sont les thèmes récurrents dans les rencontres que j'ai eues avec la communauté. J'ai présenté en détail les mesures que le Gouvernement a prises pour soutenir les membres les plus démunis ou les plus affectés par la crise. Elles sont désormais bien connues, tant nous avons communiqué dessus, et touchent à peu près tous les sujets qui préoccupent nos concitoyens expatriés. En complément des mesures conjoncturelles que l'Etat décrète pour soulager les difficultés de la communauté – mesures qui ne suffiraient jamais à elles seules, quelle que soit l'importance des moyens consacrés à leur mise en œuvre – j'ai appelé celle-ci à faire preuve de beaucoup de solidarité et d'un peu de prévoyance. Concernant les autres doléances, j'ai pris note de quelques revendications, somme toute légitimes, en promettant d'en faire part à mes collègues au Gouvernement. Il s'agit notamment des problèmes liés à l'éloignement et à l'insuffisance des services consulaires pour une population devenue beaucoup plus nombreuse, le montant élevé des droits consulaires, la suppression de la gratuité des transferts bancaires, les tarifs exorbitants des traversées, la non-reconnaissance par l'Espagne du permis de conduire marocain et quelques autres doléances relatives à la représentativité des MRE dans les instances parlementaires et consultatives marocaines. En résolvant quelques-uns des problèmes dont ils se plaignent et en améliorant les prestations que nous leur fournissons, nous aurons aidé nos concitoyens en Espagne à traverser sereinement cette période difficile pour se concentrer sur ce que nous attendons d'eux, la pleine mobilisation pour notre cause nationale.

Source : Le Matin

Leur combat dure depuis la création de l’Association des mineurs et anciens mineurs marocains du Nord-Pas-de-Calais (AMMN) en 1989. Il semble encore loin d’être terminé. Le conseil des Prud’hommes a une nouvelle fois examiné cette semaine, le cas d’anciens mineurs marocains, rapporte France 3. Le verdict sera rendu le 19 mars prochain.

Les mineurs marocains ont servi dans les années 70 dans les houillères de France en même temps que d’autres mineurs français ou européens. Mais ils n’ont jamais obtenu les mêmes droits que ces derniers. Depuis plusieurs années, ils se battent pour la même raison, la conversion de leurs avantages en nature, logement ou chauffage en capital.

L’égalité de traitement entre les personnes sans distinction de race ou d'origine ethnique, notamment en termes d'avantages sociaux est pourtant un principe reconnu par une directive du conseil de l’Europe depuis juin 2000. La Haute autorité de lutte contre les discriminations pour l'égalité (HALDE) a reconnu également en 2008, leur droit aux mêmes avantages que leurs homologues Européens.

Mais la discrimination n’est pas encore réparée. Et Abdellah Samate, président fondateur de l’AMMN, ne cesse de clamer que justice soit rendue. L’affaire concernerait un total de 2000 à 3000 personnes, selon France 3 citant une avocate. Les Prud’hommes ont été saisis une nouvelle fois. Leur décision en faveur des mineurs ferait jurisprudence, et sanctionnera les ex-charbonnages de France à des indemnités très lourdes. En attendant le 19 mars 2010, l’espoir est toujours de mise chez les ex-mineurs.

Espérons que les Prud’hommes n’enverront pas l’affaire devant un juge départiteur (chargé de trancher en cas de désaccord entre les 4 juges des Prud’hommes), comme c’était le cas en décembre dernier.

Source : Yabiladi

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a condamné mercredi 20 janvier l'inscription de croix gammées sur les murs de la mosquée de Béziers (Hérault), au cours du week-end.

"Le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) condamne avec la plus grande vigueur la profanation de la mosquée de Béziers".

Des croix gammées ont été peintes dans la nuit du samedi à dimanche sur le mur de l'enceinte de la mosquée ainsi que des inscriptions injurieuses pour l'islam, a précisé le CFCM dans un communiqué.

Constatant que "depuis quelques mois les profanations de mosquées se sont multipliées", le CFCM a renouvelé "sa demande de la mise en place d'une mission d'information parlementaire sur la montée de l'islamophobie en France".

Les responsables de la mosquée Errahma, la principale mosquée de la ville, ont indiqué mardi qu'ils portaient plainte après la découverte d'une croix gammée de deux mètres sur deux peinte sur le mur d'enceinte du bâtiment.

Source : La Croix/AFP

La Roumanie, qui connaît un début d'immigration depuis son adhésion à l'Union européenne en 2007, vient d'offrir aux nouveaux arrivés sur le marché du travail local un guide de bonne conduite. Ce pavé, que l'on peut trouver sur le site du ministère du travail, a été concocté par quatre associations préoccupées par l'intégration des immigrés dans ce nouveau pays membre de l'Union.

Les immigrants sont ainsi informés des conventions sociales qui devraient leur faciliter la vie dans leur nouveau pays d'adoption. "La communication avec les autres doit se faire sur un ton civilisé et non agressif, précise le guide. Il faut laisser chaque interlocuteur finir de parler sans l'interrompre." Une habitude que les Roumains, en bon latins, relativisent eux-mêmes. Une attention particulière est réservée à la communication avec les fonctionnaires, qui "doit se faire sur un ton réciproquement poli en évitant toute provocation".

Ces conseils destinés aux étrangers ont suscité l'ironie des médias roumains. "Il s'agit d'une liste de conventions sociales à respecter par les étrangers alors qu'elles sont régulièrement contournées par les Roumains eux-mêmes", écrit le quotidien Evenimentul zilei ("L'Evénement du jour") en citant la ponctualité, qualité que le guide dit "très appréciée en Roumanie". "Le chapitre sur l'alcool est hilarant", constate l'éditorialiste du quotidien Gandul ("La Pensée"). "Si la consommation d'alcool est interdite dans certaines cultures, elle est un moyen de socialisation dans la culture roumaine", dit le guide.

L'immigration est un phénomène récent en Roumanie, pays devenu plus attractif depuis qu'il est membre de l'Union. Officiellement, la Roumanie compte environ 59 000 immigrés de pays extracommunautaires dont le but est d'intégrer le marché du travail. En fait, leur nombre est beaucoup plus élevé, surtout celui des Chinois, qui travaillent souvent au noir.

Validé par le ministère du travail, le guide sera bientôt traduit en chinois pour faciliter l'intégration de cette communauté en constante augmentation. Ils apprendront ainsi qu'en Roumanie il vaut mieux offrir des fleurs en nombre impair, car le nombre pair est réservé aux enterrements. L'aspect culinaire trouve place lui aussi dans le guide : "Avant chaque repas, il faut se souhaiter bon appétit."

Source : Le Monde

La mission parlementaire présidée par André Gerin va rendre son rapport le 26 janvier. Elle va demander, dans une proposition de résolution, que le port du voile intégral soit «prohibé sur le territoire de la République».

LE FIGARO. À titre personnel, êtes-vous favorable à une loi pour interdire le port de la burqa en France ?

André GERIN. Sur le principe, bien sûr. D'ailleurs, au sein de la mission parlementaire, personne n'est opposé à cette idée. Le problème, c'est le contenu de la loi, qui doit être élaborée de façon pluraliste, en prenant le temps nécessaire. J'espère que nous obtiendrons un point de vue partagé par toutes les sensibilités de l'Assemblée nationale.

Que pensez-vous de la proposition de loi portée par Jean-François Copé, qui préconise l'interdiction du voile intégral dans tout l'espace public ?

Sur la méthode, je considère que Jean-François Copé confond vitesse et précipitation et qu'il se comporte comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Je note que le président du groupe UMP ne faisait pas partie des 58 députés signataires, en majorité UMP, d'une demande de création, en juin 2009, d'une commission d'enquête sur le sujet. Sur le fond, s'il s'agit vraiment d'une contribution, je la mettrai dans le dossier des travaux de la mission parlementaire. Mais le problème de l'espace public, c'est-à-dire la rue, est très délicat. Cela dépasse complètement la question du voile intégral en tant que tel.

Quel pourrait être le cadre d'une loi susceptible de recueillir un consensus ?

Il faut prendre en compte les notions d'ordre public, de dignité de la femme, de relations avec autrui. Pour être efficace, cette loi doit aller dans le sens de la libération des femmes contraintes. Car se couvrir le visage, ce n'est pas un vêtement, c'est un linceul, ce qui signifie la négation de l'identité, de la personnalité. Je suis tout à fait d'accord avec Martine Aubry quand elle dit que cela ne doit pas être une loi de circonstance. Il faut traiter aussi le problème des talibans français, qui obligent ces femmes mineures ou majeures à être voilées. Je désigne par le terme de taliban le mari, le grand frère, la famille, voire le quartier, car il y a une sorte de charia dans certains quartiers. Et le voile intégral, c'est la partie visible de cette marée noire de l'intégrisme fondamentalisme.

Marie-George Buffet, la secrétaire nationale du PCF, est totalement opposée à une loi qui risquerait de « stigmatiser l'islam ». Comment réagissez-vous ?

Je pense qu'au sein du Parti communiste, on n'est pas sorti de l'angélisme. Il n'y a eu aucun débat sérieux sur le sujet, y compris au plus haut niveau. Et je ne suis pas sûr que la majorité des communistes partage l'avis de la direction. Ce qui est gravissime, c'est la complaisance d'une partie de la gauche.

Avez-vous, comme président de cette mission, découvert des réalités que vous ne soupçonniez pas ?

En six mois, j'ai découvert que le problème est encore plus grave que je ne pensais. Dans certaines entreprises du CAC 40 se constituent des syndicats religieux ou communautaristes qui remettent en cause la mixité au travail, ou la tenue vestimentaire des femmes. Dans certains établissements scolaires, 50 % des jeunes filles mineures sont exonérées de gymnastique ou de piscine, et des gamins contestent les cours d'histoire ou de sciences naturelles. Les enseignants nous supplient de les aider. En milieu hospitalier, des médecins hommes sont menacés individuellement par des gourous qui accompagnent des femmes voilées et qui exigent que leurs médecins soient des femmes. Une chose est sûre : dans les lieux ouverts au public, ce sera comme une lame de couteau. L'interdiction du voile intégral sera absolue.

Quel rôle peut jouer le Conseil français du culte musulman ?

Je demande à ses dirigeants d'avoir une voix plus forte pour combattre l'intégrisme à leur manière. Il faut que l'islam soit « républiquement compatible».

Source : Le Figaro

En partenariat avec le Centre cinématographique marocain (CCM), la salle du 7ème Art à Rabat accueillera une programmation cinéma, en hommage aux cinéastes et aux acteurs marocains du monde. Elle permettra au public marocain d’apprécier l’énorme talent de ces artistes qui occupent le devant de la scène à travers des festivals internationaux.

Cette programmation se déroulera du 17 au 21 février, en présence des réalisateurs et des acteurs pressentis. Les projections seront suivies de rencontres-débats avec ces invités.

En collaboration avec le ministère de la Culture, 8 soirées artistiques sont programmées.

Ces soirées aborderont des genres différents : Fusion, Théâtre,  Humour, Voix de femmes, Nayda, World music,  Conte et danse.

La scène du Salon accueillera à cet effet des concerts et des spectacles donnés par des artistes marocains du Maroc et de l’étranger.

Les artistes dont la présence est confirmée sont : Bekkas (Maroc), Jbara (Espagne), Casa Crew (Maroc), Hassan Zahi (France), Naziha Meftah (France), Samira Kadiri (Maroc), Kasba (Pays-Bas), Halima Hamdane (France) et Camélia Montassere (France)

  •  11h-12h : Animation Jeunesse : ateliers théâtre et conte, etc.
  •  15h30-17h00 : Hommages et rencontres
  •  17h30-18h30 : « Un jour, un auteur » : rencontre-dédicaces de livres par les auteurs présents
  •  18h30-19h30 : « A voix haute » : Lecture par des comédiens et/ou auteurs

Nous avons conçu 4 formats de tables rondes différents, avec des contenus variés, dédiées à des concepts de rencontres d’auteurs et d’intellectuels et d’échanges avec le public. Ce programme est en cours de finalisation.

a- FORUM : un animateur reçoit 2 invités (format  1 heure, salle A. Khatibi)

Nous avons sollicité trois critiques littéraires et/ou animateurs pour animer ces forums ; sorte d’entretiens à bâtons rompus avec leurs invités autour de leur écriture ou de thèmes liés à la problématique migratoire. Il s’agit de Salim Jay, Maâti Kabbal et Kébir Mustapha Ammi.

b- SALON LITTERAIRE : questions autour de la littérature et de l'édition (Format 1h30, salle Abdelkebir Khatibi)

Ces tables rondes réuniront des personnalités du monde du livre et de l’édition, Marocains et étrangers, autour de thématiques liées à l’écriture et à l’édition :

  1.  Ecrire au féminin,
  2.  Ecritures maghrébines en exil, les pionniers,
  3.  Nouvelles générations, écritures nouvelles ?,
  4.  L’immigration en Revues, les Revues de l’immigration
  5. Ecrire dans sa langue d’origine en immigration,
  6. Littérature et diffusion de la culture scientifique,

c- AGORA : les grands débats thématiques (Format 2h00, salle A. Khatibi)

Il s’agit dans cette section d’aborder des débats qui touchent aux réalités actuelles de l’émigration et aux problématiques qui y sont liées. Y seront abordés les sujets suivants :

  1. Histoire de l’immigration : initiatives sociales et nouvelles pistes de recherche,
  2. Empreintes immigrées en Arts plastiques,
  3. La mosquée dans la cité : architectures d’Islam en Europe,
  4. Hommage à Abdelmalek Sayad : où en est la recherche sur l’immigration,
  5. Chanter l’immigration,
  6.  Statut juridique de l’Islam en Europe,

 

d- HOMMAGES ET RENCONTRES sur le stand au quotidien

Nous organisons une série de rencontres-débats, d’hommages et d’entretiens sur notre stand. Plusieurs pistes sont en cours de finalisation. En voici quelques pistes :

  • Correspondance sur l’exil,
  • Rôle de la gastronomie dans la diffusion de la culture,
  • Paroles ouvrières,
  • Migrations vues d’Asie,
  • Hommages à Driss Chraïbi, Jean Genet, Mohamed Bahi, Mohamed Khair-Eddine,

Afin de faire connaître les œuvres des auteurs marocains du monde, le CCME a lancé depuis peu une collection en collaboration avec les Editions Le Fennec. En partenariat avec le MCCMRE, nous poursuivons cet effort de promotion des auteurs marocains de l’étranger en traduisant pour la première fois au Maroc certaines œuvres en arabe ou en français, et en publiant un certain nombre d’œuvres inédites.

Nous rendons également un hommage appuyé à Abdellatif Laâbi, prix Goncourt 2009 de la poésie, en éditant un coffret de ses œuvres à cette occasion, ainsi que son dernier ouvrage en arabe et en français.

L’édition de ces travaux constitue une première au Maroc pour de multiples raisons, notamment parce que nous avons réussi à associer trois maisons d’édition pour coéditer ensemble cette collection (La Croisée des chemins, Marsam et Le Fennec).

TRADUCTIONS :

  • Mahi Binebine,  Le Sommeil de l'esclave

Traducteur : Abdelhadi Drissi (français/arabe)

 

  • Salim Jay, Tu ne traverseras pas le détroit

Traducteur : Mohammed El Mezdioui (français/arabe)

 

  • Kébir Mustapha Ammi, Les Vertus immorales

Traducteur : Abdelkrim Jouaiti (français/arabe)

 

  • Abderrahman Beggar, L'Amérique latine dans une perspective maghrébine

Traducteur : Mohammed El Mezdioui (français/arabe)

 

  • Yamila  Idrissi & Tessa Vermeiren, Kif Kif

Traducteur : Caroline Coppens (néerlandais/français)

 

 

PUBLICATIONS :

  • Salim Jay, Anthologie des écrivains marocains de l’immigration. Inédit
  • Zakia Daoud, Marocains d’ici et d’ailleurs. Inédit
  • Mohamed Bahi, Chroniques parisiennes (français). Inédit
  • Taha Adnan, Je hais l’amour (arabe et français). Inédit
  • Rachida  M’faddel, Le mirage canadien (français). Inédit
  • Jamal Belahrach, Envie de Maroc (français). Inédit
  • Actes du colloque international « La situation juridique de l'Islam en Europe » (français). Inédit
  • Actes du colloque sur Abdelmalek Sayad (français). Inédit

 

EDITIONS SPECIALES SIEL :

  • Abdellatif Laâbi. Coffret de 4 titres : Les rides du lion, Les chemins des ordalies, L’œil et la nuit, Le fond de la jarre

Traducteur : Rosa Makhlouf (traduit en arabe)

 

  • Abdellatif Laâbi, Un poète passe

Traducteur : Rosa Makhlouf (traduit en arabe)

 

  • Abdellatif Laâbi. Coffret de 4 titres en français : Les rides du lion, Les chemins des ordalies, L’œil et la nuit, Chronique de la citadelle d’exil. Réédition mise à jour
  • Abdellatif Laâbi, Le livre imprévu (français)

 

Cet effort sera poursuivi au-delà du SIEL, avec la traduction en cours de :

  • Khadija Arib, Couscous le dimanche (néerlandais/français)

 

  • Nadia Bouras, Pionniers marocains aux Pays-Bas (néerlandais/français)

 

D’autres publications sont également prévues.

Pour sa seizième édition, le Salon international de l’édition et du livre de Casablanca  (SIEL) mettra à l’honneur les «Marocains du monde» ; une initiative du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) et du Ministère délégué chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger (MCCMRE), avec le concours du Ministère de la Culture.

 

Quelques éléments de repère sur cette participation :

 

  • Les Marocains du monde à l’honneur est le thème de cette édition
  • 270 m², c’est la superficie du stand dédié à cette thématique et aménagé par le CCME et le MCCMRE 
  • Une vingtaine de traductions et de publications inédites
  • 1000 livres exposés, présentant ainsi la plus grande bibliothèque sur  l’immigration jamais constituée au Maroc
  • Une trentaine de tables-rondes sur les problématiques migratoires, en 4 formats
  • Plus de 100 invités de l’étranger : écrivains et artistes marocains du monde, personnalités internationales du monde politique, culturel et artistique
  • 9 soirées artistiques, musicales et autres
  • Hommages, dédicaces et lectures au quotidien
  • Une programmation jeunesse : animations, théâtre, conte,  lectures, une librairie
  • Une programmation cinéma : en hommage aux cinéastes et aux acteurs marocains du monde

S'il avait eu le droit de voter en Grèce, Elias Tzogonas aurait donné sa voix au Pasok, le parti du nouveau premier ministre socialiste, Georges Papandréou. Pour une simple raison : dans le programme qu'il s'apprête à mettre en oeuvre, le gouvernement élu en octobre 2009 a glissé un projet de réforme du code de la nationalité qui devrait changer sa vie. Et entraîner, au-delà de son propre cas, une véritable révolution culturelle.

Elias a beau n'avoir étudié, travaillé légalement qu'en Grèce, il n'a toujours pas, à 35 ans, la nationalité grecque. De son Kenya natal qu'il a quitté avec ses parents à l'âge de 3 ans, il ne connaît rien. "Je ne suis que grec, dit-il. Mes souvenirs sont grecs, j'ai joué et je me suis blessé ici, toutes les marques sur mon corps sont grecques."

D'année en année, il galère pour obtenir à Athènes un permis de séjour terriblement coûteux et au renouvellement incertain. Des "Elias", la Grèce en compte environ 130 000, les enfants des quelque 750 000 immigrés ayant réussi depuis vingt ans à légaliser peu ou prou leur situation. S'y ajoutent 250 000 "illégaux", arrivés après la dernière légalisation de 2005. Au total, les immigrés représentent un million de personnes, soit 10 % de la population, dont plus de la moitié venue de l'Albanie voisine.

Le projet de loi prévoit d'accorder la naturalisation à ces immigrés de la deuxième génération, nés ou scolarisés dans le pays, d'assouplir les règles de naturalisation pour la première génération et, pour les immigrés légaux, d'offrir le droit de vote et l'éligibilité limitée au poste de conseillers locaux.

Depuis vingt ans, les naturalisations sont exceptionnelles en Grèce et visent de préférence les personnes d'origine grecque et/ou de religion chrétienne orthodoxe, majoritaire dans le pays. La procédure est longue, incertaine, arbitraire. A leur majorité, les enfants d'immigrés sont soumis au régime du permis de séjour, comme s'ils venaient d'arriver la veille en Grèce. Le pays est, avec l'Autriche, le plus rigide en Europe en matière de naturalisation. "Nous voulons mettre fin à l'absurdité actuelle", note Andréas Takis, secrétaire général à l'immigration.

L'annonce du projet de loi anime les conversations dans les cafés, les débats dans les journaux et à la radio. Comme l'Irlande, l'Espagne, le Portugal ou l'Italie, la Grèce s'est transformée d'un coup de terre d'émigration en pays d'accueil, avec l'ouverture des frontières des anciens pays du bloc communiste après 1989. La Grèce a acquis une mauvaise réputation de racisme ordinaire. Les organisations internationales ont souvent dénoncé le pays pour le mauvais traitement de ses immigrés.

La réforme du code de la nationalité est un coup porté à la tradition. Dans un pays où la législation qui s'applique n'est pas le droit du sol mais le droit du sang, analyse Dimitris Christopoulos, président de la Ligue hellénique des droits de l'homme, "devenir grec c'est une notion taboue. D'une part, le mythe a été cultivé, jusque dans les programmes scolaires, d'une homogénéité ethnique et religieuse du peuple hellène, continue depuis l'Antiquité. D'autre part, pendant la dictature des colonels, le retrait de la nationalité était un instrument majeur de l'autorité".

Pour la première fois, la question, explosive, est donc posée sur la scène politique : une personne n'ayant pas de sang grec peut-elle être grecque ? "Albanais, Albanais, jamais tu ne deviendras grec", disait un fameux slogan skinhead, longtemps populaire dans les stades ou sur les murs d'Athènes.

Le gouvernement tente de ne pas trop dramatiser la question. La droite, elle, monte au créneau : "Vous créez l'impression qu'il suffit d'entrer en Grèce pour acquérir sous peu la nationalité, ce qui va alimenter encore plus l'immigration illégale", blâme Antonis Samaras, le chef de Nouvelle Démocratie, principal parti d'opposition de droite. Il déplore que l'on renonce à la "grécité" quand les Français, eux, "découvrent aujourd'hui l'importance et l'actualité de l'identité nationale".

L'extrême droite, représentée au Parlement par les quinze députés du parti Laos, prédit une "invasion". Sur le site du gouvernement, des internautes réclament un référendum pour préserver "l'homogénéité ethnique" du pays. Le gouvernement propose la réforme du code de la nationalité alors qu'en Grèce, aux confins orientaux ou transite un tiers de l'immigration irrégulière en Europe, la forte pression migratoire ne se relâche pas. Des quartiers d'Athènes sont devenus des ghettos misérables où s'entassent une partie de ces migrants, notamment irakiens, afghans ou somaliens.

Le recours présumé à la délinquance pour survivre affole l'opinion publique. Les opposants à la réforme tentent de l'exploiter. Avec un succès limité : selon un sondage commandé par la chaîne de télévision Méga, 64,9 % sont pour l'octroi de la nationalité à la deuxième génération, 49,6 % sont opposés au droit de vote.

Source : Le Monde

Le ministre délégué chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger, M. Mohamed Ameur, a indiqué que la communication et le dialogue permanents avec les Marocains résidant à l'étranger (MRE) constituent l'un des axes de la stratégie de son département.

L'instauration d'un dialogue permanent avec les différentes composantes de cette communauté est de nature à aider à mieux répondre à leurs attentes et préoccupations, a ajouté M. Ameur dans un entretien accordé à la MAP au terme d'une visite de travail dans les régions espagnoles d'Andalousie, Valence et de Catalogne (du 10 au 17 janvier) pour s'enquérir des conditions des MRE et les informer des actions entreprises en leur faveur par le gouvernement.

Le ministre a souligné que son département est disposé à donner un nouvel élan à l'accompagnement des MRE à travers des partenariats dans les domaines éducatif, social et culturel pour mieux répondre aux attentes et aux préoccupations de cette catégorie, faisant savoir que le Maroc compte sur cette communauté pour assurer son développement économique, défendre ses intérêts et préserver son rayonnement culturel et civilisationnel.

"Cette visite de travail s'inscrit dans le cadre des rencontres périodiques avec les MRE pour s'enquérir de leurs conditions de vie et être à leur écoute", a-t-il ajouté, précisant que le déplacement en Espagne vise également à informer la communauté marocaine des progrès socio-économiques réalisés par le Royaume dans divers domaines et les derniers développement de la cause nationale.

A cet égard, M. Ameur a souligné que les rencontres avec les Marocains résidant en Andalousie, à Valence et en Catalogne ont été une occasion pour les exhorter à se remobiliser et à redoubler d'efforts pour faire face aux manoeuvres des ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume, précisant que cette communauté est appelée aussi à informer la société civile espagnole des derniers développement de la question du Sahara.

Les avancées remarquables réalisées par le Royaume dans plusieurs domaines, ainsi que l'accueil favorable réservé à la proposition marocaine d'autonomie au Sahara, qualifiée de "sérieuse et crédible" par la communauté internationale et le Conseil de sécurité de l'ONU, gênent les autres parties qui tentent de saper les efforts déployés par le Maroc pour parvenir à un règlement politique de cette question, a-t-il ajouté.

M. Ameur a indiqué par ailleurs que sa visite lui a permis également d'avoir des rencontres avec plusieurs responsables gouvernementaux dans les trois régions visitées notamment le président du gouvernement andalou, José Antonio Grignan.

Le ministre délégué a saisi cette occasion pour sensibiliser ses interlocuteurs espagnols sur la nécessité de traiter avec flexibilité le dossier du renouvellement des titres de séjour des Marocains en situation difficile à cause de la crise économique eu égard à leur contribution au développement et au progrès de l'Espagne.

Cette tournée a donné aussi un nouvel élan aux liens de partenariat et de coopération avec plusieurs institutions ibériques, notamment la Fondation des Trois Cultures de la Méditerranée, et les départements chargés de la gestion des affaires des Marocains en Espagne, a-t-il dit, rappelant la signature d'une déclaration conjointe avec le département chargé de la Solidarité et la citoyenneté au sein du gouvernement autonome de Valence (est de l'Espagne) destinée à promouvoir l'intégration des Marocains établis dans cette région.

Cet accord prévoit, entre autres, une assistance juridique et sociale aux Marocains de cette région et une facilitation de l'accès au marché du travail, outre le respect des droits des mineurs non-accompagnés, a-t-il dit.

M. Ameur a précisé que les deux parties ont également convenu de mettre en place un partenariat dans le but d'élaborer un programme concernant les domaines éducatif, culturel et social, promouvoir la situation de la femme marocaine établie à Valence et encourager l'enseignement de la langue arabe au profit des enfants des Marocains de cette région.

Source : MAP

Le député néerlandais d'extrême droite Geert Wilders comparaissait pour la première fois mercredi devant un tribunal d'Amsterdam dans le cadre des poursuites, engagées contre lui par le parquet, pour incitation à la haine raciale et à la discrimination.

"Je sais que j'utilise parfois des mots durs", a reconnu M. Wilders, 46 ans, qui avait comparé le Coran au "Mein Kampf" d'Hitler.

"Je n'ai rien contre les musulmans. J'ai un problème avec l'islam et l'islamisation de notre pays", a-t-il ajouté au cours de cette audience de procédure préalable à son procès, placée sous haute surveillance policière.

"Les gens libres ont le devoir de s'exprimer contre toute idéologie qui menace la liberté. J'espère que la liberté d'expression gagnera dans ce procès", a-t-il conclu en demandant son acquittement.

Selon son avocat, Bram Moszkowicz, le réalisateur du film anti-islam "Fitna" "a toujours fait les déclarations (qui lui sont reprochées) dans le cadre de sa fonction de député".

Il a contesté la compétence du tribunal et estimé que son client devait être jugé par la cour de cassation, seule habilitée à poursuivre les élus politiques pour des délits commis dans l'excercice de leurs fonctions.

"Exprimer son opinion dans les médias ou par d'autres moyens ne relève pas des obligations d'un parlementaire", a rétorqué le procureur Birgit van Roessel. "Les faits qui lui sont reprochés n'ont pas été commis dans le cadre de sa fonction. Le tribunal est donc compétent".

Les parlementaires néerlandais bénéficient d'une immunité uniquement pour les propos tenus dans l'enceinte du parlement.

Le tribunal, qui a suspendu l'audience mercredi vers 15H20 GMT, se prononcera sur sa compétence le 3 février. Aucune date de procès n'a encore été fixée.

Vêtu d'un costume noir tranchant avec sa chevelure blond platine, le fondateur et chef du Parti de la liberté (PVV, 9 députés sur 150) a été acclamé à son arrivée au tribunal par quelque 200 sympathisants.

Le 21 janvier 2009, la cour d'appel d'Amsterdam, saisie par des plaignants, avait ordonné au parquet de poursuivre M. Wilders. Le parquet avait estimé en juin 2008 que le film et les déclarations du député ne justifiaient pas de poursuites car ils s'inscrivaient "dans le cadre du débat public".

M. Wilders, qui dénonce un "procès politique", est accusé d'avoir insulté les musulmans pour avoir comparé leur religion au fascisme dans son court-métrage "Fitna" ("Discorde" en arabe), mis en ligne en mars 2008, et d'avoir demandé l'interdiction du Coran, qu'il compare au "Mein Kampf" d'Adolf Hitler.

Il est également poursuivi pour incitation à la haine et à la discrimination envers les musulmans et les personnes d'origine étrangère pour avoir déclaré dans la presse et sur internet que les "jeunes Marocains sont violents" et appelé à "arrêter le tsunami de l'islamisation".

Il encourt jusqu'à un an de prison ou 7.600 euros d'amende, mais pas de peine d'inéligibilité. Le parquet n'a toutefois pas encore "déterminé sa position" et "pourrait très bien demander l'acquittement", selon un porte-parole.

Geert Wilders, qui fait l'objet de menaces de mort, "n'a rien dit de condamnable", a insisté Me Moszkowicz devant le tribunal. "La seule liberté qu'il pensait encore avoir était celle de pouvoir exprimer ce qu'il pense. Mais même cette liberté risque de lui être enlevée", a-t-il ajouté.

Source : Romandie. News/AFP

L'"identité nationale" est une réalité lentement façonnée au fil des ans, des siècles, au gré de l'histoire sociale et politique du pays et notamment des migrations qu'il accueille. Rien à voir avec le rythme endiablé avec lequel l'exécutif français actuel instrumentalise les ingrédients du "vivre ensemble", émet des messages contradictoires et fait se succéder des séquences incohérentes, au risque de compromettre ce fragile équilibre.

Qui s'en souvient ? Il y a quelques mois, la France était plongée, sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy, dans un débat sur les "statistiques ethniques" et la "discrimination positive". A l'époque, il s'agissait de faire évoluer la tradition républicaine d'indifférence aux origines et à la couleur de peau, dans l'intention affichée de mieux lutter contre les discriminations. M. Sarkozy disait alors vouloir réhabiliter les "minorités visibles". "La France doit relever le défi du métissage que nous adresse le XXIe siècle", déclarait-il. Volonté de promouvoir une nouvelle idée de l'égalité ? Fascination pour le modèle américain et récupération de l'Obamania ? Clin d'oeil aux nouveaux électeurs issus de l'immigration ? L'ardeur présidentielle à défendre le respect de "la diversité" était telle qu'il souhaitait même l'inclure dans la Constitution.

En ces temps pas si anciens, Yazid Sabeg, nouveau "commissaire à la diversité et à l'égalité des chances", affirmait que la France était "sur la voie de l'apartheid", et prônait une loi destinée à autoriser le recueil de données sur les origines. Fort controversée, cette perspective fut abandonnée en mai 2009. Mais le comité chargé par M. Sabeg de proposer des outils concrets de "mesure de la diversité" a poursuivi son travail, annonçant son rapport pour juin. Sept mois plus tard, ce document rédigé sous la direction de François Héran, ancien directeur de l'Institut national d'études démographiques (INED) n'a toujours pas été publié.

C'est qu'entre-temps le vent politique a tourné. Au moment même où, cet automne, le chef de l'Etat était censé tirer les conclusions de cette vaste réflexion, il chargeait Eric Besson de regarder le pays au fond de son identité nationale. On connaît la suite : une petite musique quotidienne qui suggère à l'opinion que la France n'est plus ce qu'elle était depuis que des immigrés, parfois des musulmans, y font souche.

Cette fois, plus question de promouvoir une France métissée, mais de s'en inquiéter. Plus question de lutter contre les discriminations mais de montrer du doigt ceux qui font tache. Après avoir craqué l'allumette des "statistiques ethniques", M. Sarkozy joue les pompiers pour recoudre une identité nationale menacée.

Pourquoi, au risque de semer la confusion, le président de la République a-t-il si radicalement changé d'option ? Le rapport de Simone Veil qui, en décembre 2008, refusait la reconnaissance des différences ethniques dans la sphère publique et a fortiori dans le préambule de la Constitution ne semblait pas l'avoir ébranlé : M. Sarkozy y avait répondu par un pied de nez en nommant sur-le-champ M. Sabeg.

Les incertitudes politiques et la crise économique ont probablement eu raison des convictions du chef de l'Etat. Avec un chômage galopant et des élections régionales difficiles en perspective, il n'était plus question d'entonner un discours susceptible d'être perçu comme favorable à la promotion, y compris dans l'emploi, des personnes issues de l'immigration.

Le message subliminal de l'"identité nationale" - celui de l'hostilité envers les allogènes - est supposé plus rassurant pour l'électeur. De fait, conjugué à la polémique sur la burqa, il s'avère efficace pour reléguer au second plan les difficultés économiques. Les polémiques suscitées par Eric Besson et Jean-François Copé occupent nettement plus de place dans les médias que les 450 000 chômeurs supplémentaires enregistrés en France en 2009.

La ficelle a déjà servi. En 1932, en pleine dépression économique et vague xénophobe, une loi permit la fixation de quotas d'étrangers dans les entreprises. Dans les années suivant le choc pétrolier de 1973, le thème du remplacement des immigrés maghrébins par des Français était un refrain gouvernemental que le Front national a su ensuite exploiter.

Surprise : ce ressort-là semble aujourd'hui grippé. Le débat sur l'identité nationale intervient alors que les Français ont d'autres soucis. La "perte de l'identité nationale"e position parmi les "craintes pour la société française" exprimées dans un sondage CSA de novembre 2008 confirmé en novembre 2009 par une enquête inédite. Ce travail, réalisé depuis vingt ans pour la Commission nationale des droits de l'homme, reflète une acceptation relative mais croissante de la diversité française. Ainsi, 60 % des personnes interrogées en 2000 estimaient qu'il y avait "trop d'immigrés" en France ; ils ne sont plus "que" 39 % aujourd'hui. De même, 73 % des Français considèrent les immigrés comme "une source d'enrichissement culturel ", alors qu'ils n'étaient que 42 % en 1992. n'arrive qu'en 11

Loin des clichés exploités par le ministre de l'immigration et de l'identité nationale, tout se passe comme si les Français avaient développé une certaine résistance à la manipulation de l'ethnicité et du sentiment national.

Source : Le Monde

Une demi-journée d'étude destinée à définir les modalités opérationnelles pour la mise en oeuvre des mesures relatives au développement de l'investissement des Marocains résidant à l'Etranger (MRE), aura lieu le 29 janvier à Rabat, a annoncé un communiqué du ministère chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger (MRE).

Au terme de cette rencontre, les acteurs concernés par ces mesures proposeront un cadre conceptuel global en matière d'investissement précisant les procédures, mécanismes, outils et responsabilités.

Présidée par le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Communauté Marocaine Résidant à l'Etranger, cette rencontre qui connaîtra la participation de tous les partenaires concernés par ces mesures sera également destinée à la répartition des rôles et tâches des partenaires impliqués dans cette mise en oeuvre, a précisé le communiqué.

Dans un contexte de crise économique mondiale, le gouvernement a mis en place un Comité de veille stratégique, chargé de suivre l'impact de la crise mondiale sur l'économie marocaine.

Composé de représentants des secteurs public, privé et bancaire, ce comité vise la mise en place de mécanismes de concertation et de mesures concrètes pour atténuer les effets de la crise.

Ce comité comprend des Comités sectoriels spécialisés qui ont pour missions d'assurer le suivi et de proposer des solutions pragmatiques, tout en tenant compte de l'impact de la crise sur les secteurs concernés, précise la même source.

Grâce à l'importance de la communauté des MRE et sa forte contribution à l'économie marocaine, notamment en matière de transferts de fonds, les mesures proposées répondent au double souci de maintenir le taux de ces transferts tout en veillant à éviter la fragilisation sur les plans économique et social des membres de la communauté.

Source : MAP

Le ministre délégué chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger, M. Mohamed Ameur, a indiqué que la communication et le dialogue permanents avec les Marocains résidant à l'étranger (MRE) constituent l'un des axes de la stratégie de son département.

L'instauration d'un dialogue permanent avec les différentes composantes de cette communauté est de nature à aider à mieux répondre à leurs attentes et préoccupations, a ajouté M. Ameur dans un entretien accordé à la MAP au terme d'une visite de travail dans les régions espagnoles d'Andalousie, Valence et de Catalogne (du 10 au 17 janvier) pour s'enquérir des conditions des MRE et les informer des actions entreprises en leur faveur par le gouvernement.

Le ministre a souligné que son département est disposé à donner un nouvel élan à l'accompagnement des MRE à travers des partenariats dans les domaines éducatif, social et culturel pour mieux répondre aux attentes et aux préoccupations de cette catégorie, faisant savoir que le Maroc compte sur cette communauté pour assurer son développement économique, défendre ses intérêts et préserver son rayonnement culturel et civilisationnel.

"Cette visite de travail s'inscrit dans le cadre des rencontres périodiques avec les MRE pour s'enquérir de leurs conditions de vie et être à leur écoute", a-t-il ajouté, précisant que le déplacement en Espagne vise également à informer la communauté marocaine des progrès socio-économiques réalisés par le Royaume dans divers domaines et les derniers développement de la cause nationale.

A cet égard, M. Ameur a souligné que les rencontres avec les Marocains résidant en Andalousie, à Valence et en Catalogne ont été une occasion pour les exhorter à se remobiliser et à redoubler d'efforts pour faire face aux manoeuvres des ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume, précisant que cette communauté est appelée aussi à informer la société civile espagnole des derniers développement de la question du Sahara.

Les avancées remarquables réalisées par le Royaume dans plusieurs domaines, ainsi que l'accueil favorable réservé à la proposition marocaine d'autonomie au Sahara, qualifiée de "sérieuse et crédible" par la communauté internationale et le Conseil de sécurité de l'ONU, gênent les autres parties qui tentent de saper les efforts déployés par le Maroc pour parvenir à un règlement politique de cette question, a-t-il ajouté.

M. Ameur a indiqué par ailleurs que sa visite lui a permis également d'avoir des rencontres avec plusieurs responsables gouvernementaux dans les trois régions visitées notamment le président du gouvernement andalou, José Antonio Grignan.

Le ministre délégué a saisi cette occasion pour sensibiliser ses interlocuteurs espagnols sur la nécessité de traiter avec flexibilité le dossier du renouvellement des titres de séjour des Marocains en situation difficile à cause de la crise économique eu égard à leur contribution au développement et au progrès de l'Espagne.

Cette tournée a donné aussi un nouvel élan aux liens de partenariat et de coopération avec plusieurs institutions ibériques, notamment la Fondation des Trois Cultures de la Méditerranée, et les départements chargés de la gestion des affaires des Marocains en Espagne, a-t-il dit, rappelant la signature d'une déclaration conjointe avec le département chargé de la Solidarité et la citoyenneté au sein du gouvernement autonome de Valence (est de l'Espagne) destinée à promouvoir l'intégration des Marocains établis dans cette région.

Cet accord prévoit, entre autres, une assistance juridique et sociale aux Marocains de cette région et une facilitation de l'accès au marché du travail, outre le respect des droits des mineurs non-accompagnés, a-t-il dit.

M. Ameur a précisé que les deux parties ont également convenu de mettre en place un partenariat dans le but d'élaborer un programme concernant les domaines éducatif, culturel et social, promouvoir la situation de la femme marocaine établie à Valence et encourager l'enseignement de la langue arabe au profit des enfants des Marocains de cette région.

Source : MAP

Le député néerlandais d'extrême droite Geert Wilders comparaissait pour la première fois mercredi devant un tribunal d'Amsterdam dans le cadre des poursuites, engagées contre lui par le parquet, pour incitation à la haine raciale et à la discrimination.

"Je sais que j'utilise parfois des mots durs", a reconnu M. Wilders, 46 ans, qui avait comparé le Coran au "Mein Kampf" d'Hitler.

"Je n'ai rien contre les musulmans. J'ai un problème avec l'islam et l'islamisation de notre pays", a-t-il ajouté au cours de cette audience de procédure préalable à son procès, placée sous haute surveillance policière.

"Les gens libres ont le devoir de s'exprimer contre toute idéologie qui menace la liberté. J'espère que la liberté d'expression gagnera dans ce procès", a-t-il conclu en demandant son acquittement.

Selon son avocat, Bram Moszkowicz, le réalisateur du film anti-islam "Fitna" "a toujours fait les déclarations (qui lui sont reprochées) dans le cadre de sa fonction de député".

Il a contesté la compétence du tribunal et estimé que son client devait être jugé par la cour de cassation, seule habilitée à poursuivre les élus politiques pour des délits commis dans l'excercice de leurs fonctions.

"Exprimer son opinion dans les médias ou par d'autres moyens ne relève pas des obligations d'un parlementaire", a rétorqué le procureur Birgit van Roessel. "Les faits qui lui sont reprochés n'ont pas été commis dans le cadre de sa fonction. Le tribunal est donc compétent".

Les parlementaires néerlandais bénéficient d'une immunité uniquement pour les propos tenus dans l'enceinte du parlement.

Le tribunal, qui a suspendu l'audience mercredi vers 15H20 GMT, se prononcera sur sa compétence le 3 février. Aucune date de procès n'a encore été fixée.

Vêtu d'un costume noir tranchant avec sa chevelure blond platine, le fondateur et chef du Parti de la liberté (PVV, 9 députés sur 150) a été acclamé à son arrivée au tribunal par quelque 200 sympathisants.

Le 21 janvier 2009, la cour d'appel d'Amsterdam, saisie par des plaignants, avait ordonné au parquet de poursuivre M. Wilders. Le parquet avait estimé en juin 2008 que le film et les déclarations du député ne justifiaient pas de poursuites car ils s'inscrivaient "dans le cadre du débat public".

M. Wilders, qui dénonce un "procès politique", est accusé d'avoir insulté les musulmans pour avoir comparé leur religion au fascisme dans son court-métrage "Fitna" ("Discorde" en arabe), mis en ligne en mars 2008, et d'avoir demandé l'interdiction du Coran, qu'il compare au "Mein Kampf" d'Adolf Hitler.

Il est également poursuivi pour incitation à la haine et à la discrimination envers les musulmans et les personnes d'origine étrangère pour avoir déclaré dans la presse et sur internet que les "jeunes Marocains sont violents" et appelé à "arrêter le tsunami de l'islamisation".

Il encourt jusqu'à un an de prison ou 7.600 euros d'amende, mais pas de peine d'inéligibilité. Le parquet n'a toutefois pas encore "déterminé sa position" et "pourrait très bien demander l'acquittement", selon un porte-parole.

Geert Wilders, qui fait l'objet de menaces de mort, "n'a rien dit de condamnable", a insisté Me Moszkowicz devant le tribunal. "La seule liberté qu'il pensait encore avoir était celle de pouvoir exprimer ce qu'il pense. Mais même cette liberté risque de lui être enlevée", a-t-il ajouté.

Source : Romandie. News/AFP

L'"identité nationale" est une réalité lentement façonnée au fil des ans, des siècles, au gré de l'histoire sociale et politique du pays et notamment des migrations qu'il accueille. Rien à voir avec le rythme endiablé avec lequel l'exécutif français actuel instrumentalise les ingrédients du "vivre ensemble", émet des messages contradictoires et fait se succéder des séquences incohérentes, au risque de compromettre ce fragile équilibre.

Qui s'en souvient ? Il y a quelques mois, la France était plongée, sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy, dans un débat sur les "statistiques ethniques" et la "discrimination positive". A l'époque, il s'agissait de faire évoluer la tradition républicaine d'indifférence aux origines et à la couleur de peau, dans l'intention affichée de mieux lutter contre les discriminations. M. Sarkozy disait alors vouloir réhabiliter les "minorités visibles". "La France doit relever le défi du métissage que nous adresse le XXIe siècle", déclarait-il. Volonté de promouvoir une nouvelle idée de l'égalité ? Fascination pour le modèle américain et récupération de l'Obamania ? Clin d'oeil aux nouveaux électeurs issus de l'immigration ? L'ardeur présidentielle à défendre le respect de "la diversité" était telle qu'il souhaitait même l'inclure dans la Constitution.

En ces temps pas si anciens, Yazid Sabeg, nouveau "commissaire à la diversité et à l'égalité des chances", affirmait que la France était "sur la voie de l'apartheid", et prônait une loi destinée à autoriser le recueil de données sur les origines. Fort controversée, cette perspective fut abandonnée en mai 2009. Mais le comité chargé par M. Sabeg de proposer des outils concrets de "mesure de la diversité" a poursuivi son travail, annonçant son rapport pour juin. Sept mois plus tard, ce document rédigé sous la direction de François Héran, ancien directeur de l'Institut national d'études démographiques (INED) n'a toujours pas été publié.

C'est qu'entre-temps le vent politique a tourné. Au moment même où, cet automne, le chef de l'Etat était censé tirer les conclusions de cette vaste réflexion, il chargeait Eric Besson de regarder le pays au fond de son identité nationale. On connaît la suite : une petite musique quotidienne qui suggère à l'opinion que la France n'est plus ce qu'elle était depuis que des immigrés, parfois des musulmans, y font souche.

Cette fois, plus question de promouvoir une France métissée, mais de s'en inquiéter. Plus question de lutter contre les discriminations mais de montrer du doigt ceux qui font tache. Après avoir craqué l'allumette des "statistiques ethniques", M. Sarkozy joue les pompiers pour recoudre une identité nationale menacée.

Pourquoi, au risque de semer la confusion, le président de la République a-t-il si radicalement changé d'option ? Le rapport de Simone Veil qui, en décembre 2008, refusait la reconnaissance des différences ethniques dans la sphère publique et a fortiori dans le préambule de la Constitution ne semblait pas l'avoir ébranlé : M. Sarkozy y avait répondu par un pied de nez en nommant sur-le-champ M. Sabeg.

Les incertitudes politiques et la crise économique ont probablement eu raison des convictions du chef de l'Etat. Avec un chômage galopant et des élections régionales difficiles en perspective, il n'était plus question d'entonner un discours susceptible d'être perçu comme favorable à la promotion, y compris dans l'emploi, des personnes issues de l'immigration.

Le message subliminal de l'"identité nationale" - celui de l'hostilité envers les allogènes - est supposé plus rassurant pour l'électeur. De fait, conjugué à la polémique sur la burqa, il s'avère efficace pour reléguer au second plan les difficultés économiques. Les polémiques suscitées par Eric Besson et Jean-François Copé occupent nettement plus de place dans les médias que les 450 000 chômeurs supplémentaires enregistrés en France en 2009.

La ficelle a déjà servi. En 1932, en pleine dépression économique et vague xénophobe, une loi permit la fixation de quotas d'étrangers dans les entreprises. Dans les années suivant le choc pétrolier de 1973, le thème du remplacement des immigrés maghrébins par des Français était un refrain gouvernemental que le Front national a su ensuite exploiter.

Surprise : ce ressort-là semble aujourd'hui grippé. Le débat sur l'identité nationale intervient alors que les Français ont d'autres soucis. La "perte de l'identité nationale"e position parmi les "craintes pour la société française" exprimées dans un sondage CSA de novembre 2008 confirmé en novembre 2009 par une enquête inédite. Ce travail, réalisé depuis vingt ans pour la Commission nationale des droits de l'homme, reflète une acceptation relative mais croissante de la diversité française. Ainsi, 60 % des personnes interrogées en 2000 estimaient qu'il y avait "trop d'immigrés" en France ; ils ne sont plus "que" 39 % aujourd'hui. De même, 73 % des Français considèrent les immigrés comme "une source d'enrichissement culturel ", alors qu'ils n'étaient que 42 % en 1992. n'arrive qu'en 11

Loin des clichés exploités par le ministre de l'immigration et de l'identité nationale, tout se passe comme si les Français avaient développé une certaine résistance à la manipulation de l'ethnicité et du sentiment national.

Source : Le Monde

Une demi-journée d'étude destinée à définir les modalités opérationnelles pour la mise en oeuvre des mesures relatives au développement de l'investissement des Marocains résidant à l'Etranger (MRE), aura lieu le 29 janvier à Rabat, a annoncé un communiqué du ministère chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger (MRE).

Au terme de cette rencontre, les acteurs concernés par ces mesures proposeront un cadre conceptuel global en matière d'investissement précisant les procédures, mécanismes, outils et responsabilités.

Présidée par le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Communauté Marocaine Résidant à l'Etranger, cette rencontre qui connaîtra la participation de tous les partenaires concernés par ces mesures sera également destinée à la répartition des rôles et tâches des partenaires impliqués dans cette mise en oeuvre, a précisé le communiqué.

Dans un contexte de crise économique mondiale, le gouvernement a mis en place un Comité de veille stratégique, chargé de suivre l'impact de la crise mondiale sur l'économie marocaine.

Composé de représentants des secteurs public, privé et bancaire, ce comité vise la mise en place de mécanismes de concertation et de mesures concrètes pour atténuer les effets de la crise.

Ce comité comprend des Comités sectoriels spécialisés qui ont pour missions d'assurer le suivi et de proposer des solutions pragmatiques, tout en tenant compte de l'impact de la crise sur les secteurs concernés, précise la même source.

Grâce à l'importance de la communauté des MRE et sa forte contribution à l'économie marocaine, notamment en matière de transferts de fonds, les mesures proposées répondent au double souci de maintenir le taux de ces transferts tout en veillant à éviter la fragilisation sur les plans économique et social des membres de la communauté.

Source : MAP

"Regard permanent" est l'intitulé d'une exposition de portraits photographiques du Maroc qui se donne à voir jusqu'au 24 janvier dans la ville espagnole de Badajoz (Estrémadure, Sud Ouest).

Oeuvre de l'artiste photographe espagnol, Lorezo Lopez Lumeras, l'exposition, qui se tient au siège de la députation provinciale de Badajoz, "rapproche les visiteurs du Maroc à travers ses habitants".

"Regard Permanent" reflète "la personnalité du pays Maghrébin à travers le regard de ses habitants, spécialement les personnes de grand âge et les enfants, ainsi que de ses paysages urbains et sa nature maritime", souligne la députation de Badajoz dans une note de présentation.

Entre regards lents, pénétrants, empreints de tristesse, d'une grande vigueur interne et regards énigmatiques, agréables ou atoniques, l'exposition entraîne le public dans un monde de sens, en l'invitant à connaître le Maroc à travers ses habitants.

Par cette exposition photographique, Lopez Lumeras a souhaité refléter la chaleur sociale et humaine qu'il a ressentie au Maroc et chez les Marocains, ainsi que "la richesse intérieure des personnages objets de ses portraits", souligne-t-on de même source.

Réalisées entre 2005 et 2009 dans plusieurs villes du Maroc comme Tanger, Marrakech et Salé, les portraits photographiques de Lopez Lumeras, auteur de plusieurs expositions et lauréats de nombre de prix, se démarquent par leur luminosité, reflet de la lumière intense du Maroc.

Source : MAP

Tous les manuscrits arabes et marocains se trouvant à la bibliothèque "Escurial" de Madrid, dont le nombre s'élève à 327.661, seront photographiés, a souligné mardi le ministre de la Culture, M. Bensalem Himmich.

En réponse à une question orale du groupe constitutionnel à la Chambre des conseillers relative à la bibliothèque Escurial, le ministre a indiqué que des copies de ces manuscrits seront enregistrées sur micro-film en vue de leur utilisation à des fins scientifiques à la bibliothèque nationale du Royaume.

En vertu d'un accord de coopération scientifique et technique signé, en décembre dernier, entre la bibliothèque nationale du Royaume et la bibliothèque Escurial à Madrid, cette reproduction concernera tous les manuscrits de la bibliothèque de Moulay Zidane (datant de l'époque des Sâadiyine) ainsi que ceux de la bibliothèque générale de Tétouan, expédiés en Espagne à l'époque du protectorat espagnol dans le nord du Maroc.

Le coût global de cette importante opération sera pris en charge par la Fondation du patrimoine national en Espagne, a dit le ministre.

Par l'intermédiaire de la bibliothèque nationale du Royaume du Maroc qui est liée par un accord de partenariat et de coopération avec la bibliothèque nationale espagnole, le ministère de la Culture a, dans le cadre de la préservation du patrimoine national, demandé l'octroi de copies sur micro-film des manuscrits marocains se trouvant à la bibliothèque Escurial.

Dès lors, a-t-il poursuivi, les chercheurs marocains n'auront plus à se déplacer à Madrid pour consulter et photocopier des manuscrits et des documents se trouvant dans la bibliothèque espagnole, saluant l'effort considérable entrepris par l'ambassadeur du Maroc en Espagne, M. Omar Azziman a qui "revient le mérite d'avoir assuré un suivi du dialogue et des négociations pendant 4 ans avec la partie espagnole".

Le ministre a rappelé que la bibliothèque Escurial renferme des manuscrits arabes et marocains précieux et d'une grande importance scientifique et religieuse, dont les plus importants appartiennent à la bibliothèque de Moulay Zidane, qui ont été pillés, il y a des siècles, en pleine mer comme cela a été confirmé dans plusieurs récits du 16-ème siècle.

Source : MAP

 

Les immigrés en Espagne n’ont pas recours aux établissements de transfert de fonds (banques, services postaux ou sociétés de transfert d’argent) pour leurs envois d’argent vers leurs pays d’origine. C’est ce qui ressort de l’étude « Immigration et transferts informels en Espagne », conduite par le chercheur et directeur du Centre d’investigation « Remesas.org », Iñigo Moré.

Présentée ce mardi à Madrid lors d’une conférence de presse par la secrétaire d'Etat à l'Immigration et l'Emigration, Consuelo Rumi, l’étude a été initiée par l'Observatoire Permanent de l'Immigration (OPI). Il s’agit d’un organisme qui s’occupe essentiellement du recueil de données, d’analyses, d’études et de la diffusion de l’information relative aux mouvements migratoires en Espagne.

On y apprend que près de 20% des sorties d’argent du territoire espagnol se font par des mécanismes informels. Ce pourcentage serait d’ailleurs une « estimation », d’après Consuelo Rumi, citée par Europa Press ; car le secteur est un « univers opaque et non réglementé » donc difficile à quantifier.

Pour Iñigo Moré, en 2007, l’ensemble des immigrés d’Espagne ont envoyé vers leur pays d’origine, 8,1 milliards d’euros par voies autorisées et contrôlées par la Banque d'Espagne. Mais, au moins 1,6 milliards d’euros ont franchi la frontière par 17 méthodes irrégulières différentes, principalement celle appelée « auto transport » par Moré. En ce sens, le chercheur précise qu’en 2008, 421 voyageurs ont été interceptés par les douanes espagnoles parce qu’ils transportaient une somme non déclarée et dépassant le montant autorisé.

La Banque d’Espagne estime qu’au cours des neuf premiers mois de 2009, les immigrés ont envoyé vers leurs patries d’origine, 5,2 milliards d'euros dont au moins 1 milliard d’euros en espèces, à bord des bus ou des véhicules de tourisme.

Les Marocains ne sont pas ceux qui utilisent le plus les filières irrégulières. En tête du classement de ces transferts, on trouve les Vénézueliens. 70% des ressortissants de ce pays en Espagne ont recours aux moyens informels. Suivent ensuite les Gambiens, avec 50%, les Marocains, les Ukrainiens et les Polonais avec près de 40%. Mais en ce qui concerne la quantité, le Maroc est le pays qui reçoit le plus d'argent par le biais de ces filières irrégulières. La Roumanie et le Portugal complète le trio de tête. Selon le chercheur, les montants les plus élevés « ne vont pas aux pays les plus pauvres, mais aux pays voisins de l'Espagne ».

Source : Yabiladi

La Cour européenne des droits de l'Homme a condamné mardi la Belgique pour avoir enfermé pendant plus d'un mois quatre enfants tchétchènes dans un centre de détention pour étrangers.

Jugeant "inacceptables" les conditions de détention de ces enfants dans un centre fermé en 2006, la Cour a condamné la Belgique à leur verser 17.000 euros de dommage moral.

La Cour a estimé que la détention, même avec leur mère, de ces quatre enfants âgés de sept mois à sept ans, dans un centre fermé, était illégale et en violation de la convention européenne des droits de l'homme sur l'interdiction des traitements inhumains, dégradants et garantissant le droit à la liberté et à la sûreté.

Elle a souligné que leurs conditions de détention dans un centre fermé conçu pour adultes et dont l'infrastructure était inadaptée à l'accueil des enfants sont "inacceptables".

La Cour souligne en outre l'état de santé "préoccupant" des enfants, diagnostiqué par des médecins indépendants. L'organisation "Médecins sans frontières" avait constaté dans un rapport que ces enfants montraient des symptômes psychiques et psychosomatiques graves.

"La situation d'extrême vulnérabilité de l'enfant était déterminante et prédominait sur la qualité d'étranger en séjour illégal", selon l'arrêt de la Cour.

Cette famille tchétchène, qui se trouve actuellement en Pologne, est arrivée en Belgique en octobre 2006. Déboutée de sa demande d'asile, elle fut placée en décembre 2006 dans un Centre fermé, situé près de l'aéroport de Bruxelles. En janvier 2007, la mère et ses enfants ont été renvoyés en Pologne qui a accepté de les prendre en charge.

Source : aufait/MAP

Le gouvernement de la Catalogne garantit aux immigrés en situation irrégulière le droit à l'inscription sur les registres des municipalités faisant partie de cette région autonome, a affirmé mardi le conseiller à la Politique territoriale de cet exécutif régional, Joaquim Nadal.

L'exécutif catalan réagit ainsi à la récente décision de la municipalité de Vic (Catalogne-Nord est de l'Espagne) portant sur l'interdiction de l'inscription au registre municipal des immigrés en situation irrégulière.

S'exprimant lors d'un point de presse à Barcelone, Nadal a souligné que le gouvernement de la région catalane regrette "la confusion" créée par cette décision de la municipalité de Vic, ajoutant qu'il rejette toute utilisation à des fins électorales de la question de l'immigration.

Il a mis l'accent sur la pleine unanimité de la Genaralitat catalane autour de ce droit des immigrés irréguliers, rappelant que les administrations locales catalanes, y compris celle de Vic, avaient souscrit, il y a deux mois, un document dans lequel elles soulignent que les municipalités "ont l'obligation" d'inscrire sur leurs registres toutes les personnes résidant dans leurs territoires.

Gouvernée par une alliance des trois principaux partis de la Catalogne, Convergence et Union (CiU-nationalistes), le Parti socialiste catalan (PSC) et Esquerra republicana de Catalunya (ERC-Gauche), la ville de Vic avait décidé dernièrement de conditionner, à partir de février prochain, l'inscription des immigrés en situation irrégulière sur son registre à la justification d'un visa ou d'une demande de renouvellement du titre de séjour, une démarche pourtant contraire à la loi.

L'inscription sur le registre municipal en Espagne est nécessaire notamment pour s'inscrire à l'école et bénéficier des services offerts par le système de santé publique ou de l'aide sociale.

L'initiative de Vic a été fortement critiquée, notamment par le gouvernement espagnol, l'Opposition et les Ong de défense des droits des immigrés et des droits de l'Homme.

Source : : aufait/MAP

www.siel2010-migration.com

Du 12 au 21 Février 2010, la 16ème édition du salon international de l’édition et du livre (SIEL) de Casablanca mettra les Marocains du monde à l’honneur ; une initiative du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger et du ministère délégué chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger, avec le concours du ministère de la Culture.

Ne manquez pas l'émission Moubaracharatan Ma3akoum ce soir à 21h25 sur 2M consacrée à la participation des marocains du monde à la 16ème édition du SIEL.

 Le Maroc sera mis à l’honneur de la 32ème édition du Festival international du court métrage qui aura lieu du 29 janvier au 6 février à Clermont-Ferrand (Sud de la France).

L'artisanat marocain sera de nouveau présent au Salon français "Maison et Objet" dans le cadre de son édition 2010, prévue du 22 au 26 janvier à Villepinte, en région parisienne, a annoncé la Maison de l'Artisan dans un communiqué.

Pour cette édition, la Maison de l'Artisan, qui supervise la participation marocaine à cet événement, a opté pour un stand collectif regroupant dix entreprises spécialisées dans le desing et le haut de gamme, "une première du genre", selon cet établissement public chargé de la promotion de l'artisanat national, sous la tutelle du secrétariat d'Etat concerné.

"Dans le cadre de sa stratégie de développement, en termes de marketing et de financement, des entreprises artisanales, porteuses de créativité, d'innovation et de savoir-faire reconnus, la Maison de l'Artisan est devenue un partenaire privilégié pour les salons Maison et Objet en France", précise le communiqué.

Trois collections initiées par la Maison de l'Artisan et éditées en couple designer/maître artisan seront également exposées, en tant que test commercial pour cette édition du Salon "Maison et Objet", a-t-on indiqué de même source.

Source : MAP

Suite au séisme qui a secoué Haïti mardi dernier, un collectif associatif Auvergnat s’est crée pour une action commune afin de venir en aide aux sinistrés de cette catastrophe naturelle. L’Association Médicale d’aide au Développement entre l’Auvergne et le Maroc (AMDAM) se joint aux associations Coup de pouce, L’Auvergne pour un enfant, Santé solidarité 63 et Pharmaciens humanitaires Auvergne pour la récolte de fonds nécessaires pour l’équipement d’un dispensaire et d’un orphelinat dans le semestre à venir, le tout en partenariat avec une association haïtienne.

Crée en 2001 par les docteurs Aziz Amar et Khalid Djeriri, l’AMDAM a pour objectif de promouvoir les échanges dans le domaine de la santé entre l’Auvergne (France) et le Maroc, mais aussi participer au développement des structures sanitaires au Maroc, organiser des actions humanitaires et de solidarité de santé, et contribuer à la formation des personnels soignants au Maroc et en Auvergne.

Forte d’une soixantaine de professionnels de la santé, chirurgiens, médecins de différentes spécialisés, dentistes, infirmiers spécialisés, techniciens et bénévoles, l’AMDAM a à son actif plusieurs actions ponctuelles (interventions chirurgicales, rencontres d’informations sanitaires, etc.). Elle s’est illustrée tout particulièrement par l’organisation de la caravane Humanitaire dans la région d’Errachidia, un RDV devenu annuel pour les habitants de cette région du Maroc depuis 2006. Un séjour durant lequel les membres de la caravane assurent interventions chirurgicales, visites médicales et administration de soins.

Concernant l'action en faveur des victimes du séisme de Haïti, les dons sont à adresser à Haïti Collectif Associatif, AMDAM Auvergne, 38 Avenue du Maréchal Leclerc - 63110 Baumont, France.

Source : AMDAM

Des dizaines de citoyens marocains inscrits dans différentes Caisses de retraites françaises et originaires des différentes localités des provinces de Ouarzazate et de Zagora se sont rendus, lundi, à Ouarzazate à l'occasion de la tenue des journées d'information franco-marocaines sur la retraite, du 18 au 22 janvier.

Ces journées sont organisées par la Caisse nationale de sécurité sociale(CNSS) avec les Caisses de retraite françaises, au profit des retraités marocains ayant travaillé au Maroc ou en France et qui sont établis actuellement au Maroc.

Dans une déclaration à la MAP, le directeur de la stratégie de la CNSS, M. Mohamed Afifi, a indiqué que cette rencontre est la cinquième du genre après celles tenues à Agadir, Casablanca, Tanger et Nador et qui avaient connu un franc succès avec plus d'un millier de bénéficiaires pour chaque édition.

Cette rencontre s'inscrit dans le cadre de la mise en Œuvre des articles de la convention signée en 2004 avec les Caisses de retraite françaises, a-t-il précisé, se félicitant du bilan positif de cet accord après quatre années de son entrée en vigueur, notamment, pour la partie marocaine, au niveau des prestations de proximité en faveur des retraités résidant au Maroc qui bénéficient désormais du transfert de leurs allocations de retraite sans qu'ils soient conditionnés par les modalités de résidence en France ou par le déplacement.

L'information fournie au cours de ces journées est assurée par des cadres de la CNSS et 24 conseillers relevant de Caisses de retraite françaises, qui disposent d'une base de données informatiques pour vérifier les différentes doléances des demandeurs.

Source : MAP

Le séminaire gouvernemental présidé par le Premier ministre sur les premières propositions issues du débat sur l'identité nationale sera organisé "dans les premières semaines du mois de février", a annoncé lundi Eric Besson.

Ce séminaire se tiendra "vraisemblablement dans la première quinzaine de février", a précisé le ministre de l'Immigration lors de ses voeux à la presse. "Ensuite, le président de la République s'exprimera", a-t-il ajouté sans donner plus de détails.

Depuis le 2 novembre 2009, date du lancement sur l'identité nationale, "près de 55.000 contributions ont été déposées" pour "plus de 700.000" visites sur le site Internet du ministère de l'Immigration, a indiqué M. Besson.

Par ailleurs Eric Besson a annoncé qu'il présenterait devant le conseil des ministres, "vraisemblablement avant la fin du mois de février" un projet de loi sur l'immigration, devant transposer la directive européenne sur le retour dans leur pays d'origine des étrangers en situation irrégulière.

A ce titre, il a précisé que 29.288 reconduites à la frontière avaient été effectuées en 2009 (-1,7% par rapport à 2008), et que 173.991 titres de long séjour avaient été délivrés en 2009 (-3,7%). Par ailleurs, 108.275 personnes ont été naturalisées (+0,1%).

Source : Le Nouvel Observateur/AP

Aucun membre de la communauté marocaine n'a été touché dans le séisme qui a frappé Haïti la semaine dernière, selon les dernières informations parvenues à l'ambassade du Maroc en République Dominicaine, qui couvre également Haïti.

Contactée lundi par la MAP depuis Mexico, une source diplomatique à l'ambassade a indiqué avoir pris attache avec un marocain, Mohamed Cherkaoui Malki, qui travaille pour la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haiti (MINUSTAH) à Port-au-Prince.

M. Cherkaoui a assuré les services de l'ambassade que ''pour le moment, aucun marocain ne figure parmi les victimes du séisme'' ayant secoué la semaine dernière ce petit pays des Caraïbes.

Source : MAP

Eric Besson a présenté hier le bilan de son action sur l'année 2009 à la tête du ministère de l'Immigration, se félicitant d'un recul de la « pression migratoire ». L'immigration professionnelle a subi la baisse la plus sensible (- 15,3 %) du fait de la crise économique, suivie par l'immigration familiale (- 12,3 %). Les titres de séjour délivrés aux étudiants ont progressé de 1,9 % et de 12 % pour les demandeurs d'asile. Eric Besson a enfin précisé que 108.275 ressortissants étrangers ont obtenu la nationalité française en 2009, un chiffre comparable à 2008, plaçant la France en tête des pays européens pour l'acquisition de la nationalité.

Source : Les Echos

L'OFEC de Casablanca recevra, comme chaque année, du 12 au 21 février prochains, le Salon International de l'Edition et du Livre (SIEL) pour sa 16ème édition. Cette année, il aura pour thème "Les Marocains du monde". Focus.

Ainsi, parmi les 650 éditeurs issus des 45 pays participant cette année, la littérature marocaine d'ici et d'ailleurs sera à l'honneur, et ce notamment pour la faire découvrir car bon nombre d'entre nous ne connaissent pas, ou peu, les écrivains marocains officiant à l'étranger.

Promouvoir la littérature marocaine d'ailleurs

“Le choix de cette thématique réside dans l'objectif de faire connaître la richesse et la diversité de la production littéraire et artistique des Marocains d'ailleurs.” Déclare  M. Younes Ajarrai, membre du conseil de la Communauté marocaine à l'étranger (CCME), lors de la conférence de presse de l'évènement.

Ainsi, la thématique de ce 16ème SIEL ambitionne de générer une dynamique de rencontre, de découverte et de réflexion entre les auteurs et artistes marocains de la diaspora et le public marocain.

M. Ajarrai a également signalé, dans une volonté d'ouverture, que ce salon sera l'occasion de célébrer les productions intellectuelles des différentes migrations à travers le monde.

Quelque 1.000 livres présentés

Ainsi, 1.000 livres seront présentés lors du Salon, de nombreuses traductions et également des publications inédites.

Parmi les ouvrages exposés, le public pourra entre autres découvrir ou revoir ceux de Mohamed Leftah, Mahi Binbine, Salim Jay, Mohamed Bahi, Taha Adnan, Rachid Mfaddel ou encore Jamal Belahrach.

Expositions, tables rondes et débats

Outre le stand et la vente d'ouvrages, cette nouvelle édition du SIEL sera marquée par l'exposition des éditions spéciales de Abdellatif Laabi et de Fouad Laaroui, ainsi que l'organisation de près d'une trentaine de tables rondes.

Un salon littéraire figure également au programme et permettra de débattre de thèmes relatifs à l'immigration, son histoire, son impact sur les arts plastiques et l'architecture des mosquées en Europe.

Dans ce cadre, un hommage sera rendu au sociologue Abdelmalek Sayyad, chercheur en sociologie de l'immigration maghrébine en Europe, tandis qu'une centaine d'écrivains et artistes marocains du monde transiteront par le stand lors de multiples rencontres.

Source : Aufait

Le ministre délégué chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger, M. Mohamed Ameur, a tenu, samedi à Barcelone, une réunion avec les représentants des associations des ressortissants marocains établis en Catalogne.

M. Ameur a indiqué que sa visite en Catalogne, où se concentre le plus grand nombre de Marocains d'Espagne, s'inscrit dans le cadre du plan de communication mis en place par son département en vue de consolider les liens avec les membres de la communauté marocaine à l'étranger et s'enquérir de près de leurs conditions et des problèmes auxquels ils sont confrontés.

M. Ameur a, dans ce sens, présenté les grandes lignes du programme gouvernemental pour la promotion des affaires des Marocains résidant à l'étranger, précisant que ce programme ambitieux porte sur les aspects économique, administratif, social, culturel, juridique et éducatif visant l'amélioration de la situation de la communauté marocaine à l'étranger.

Il a, à cet égard, mis l'accent sur la nécessité d'engager un dialogue permanent avec les différentes composantes de cette communauté, qui ont largement contribué au développement de leur pays d'origine dans plusieurs domaines, faisant part de la solidarité du gouvernement avec les MRE dans une conjoncture internationale difficile, marquée par une crise économique qui frappe de plein fouet plusieurs pays européens, notamment l'Espagne.

Le ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger est disposé à donner un nouvel élan à l'accompagnement des MRE à travers des partenariats dans les domaines éducatif, social et culturel pour mieux répondre aux attentes et aux préoccupations de cette catégorie, a-t-il souligné, faisant savoir que le Maroc mise sur cette communauté pour assurer son développement économique, défendre ses intérêts et préserver son rayonnement culturel et civilisationnel.

Le ministre a, par ailleurs, appelé les Marocains vivant en Espagne, notamment les acteurs associatifs, à redoubler d'efforts pour faire face aux manoeuvres des ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume et pour informer la société civile espagnole sur les différents aspects de la cause nationale

Les avancées remarquables réalisées par le Royaume dans plusieurs domaines, ainsi que l'accueil favorable dont fait l'objet la proposition marocaine d'autonomie au Sahara, qualifiée de "sérieuse et crédible" par la communauté internationale et le Conseil de sécurité de l'ONU, gênent les parties qui tentent de saper les efforts déployés par le Maroc pour aboutir à une solution politique à cette question, a-t-il ajouté.

Il a, à cet égard, souligné que l'initiative d'autonomie des provinces du Sud, dans le cadre de la souveraineté marocaine, permettra aux populations de la région de gérer elles-mêmes leurs propres affaires.

Dans ce contexte, il a mis en exergue le projet de régionalisation élargie qui est, sans nul doute, l'un des plus grands chantiers au Maroc moderne, ajoutant que le Royaume est déterminé à aller de l'avant dans ce processus sous la Haute conduite de SM le Roi Mohammed VI.

Lors de cette rencontre, qui s'est déroulée en présence du Consul général du Maroc à Barcelone, M. Ghoulam Maichan, les représentants de la communauté marocaine en Catalogne, ont réaffirmé leur mobilisation constante pour défendre la cause nationale et faire face aux manoeuvres visant à saper le processus démocratique au Maroc.

Cette rencontre a été également l'occasion d'exposer les problèmes auxquels est confrontée la communauté marocaine établie en Catalogne, notamment ceux relatifs aux documents administratifs ainsi que l'apprentissage de la langue arabe aux enfants marocains nés en Catalogne.

Quelque 300.000 Marocains sont installés dans la région autonome de Catalogne, soit le tiers de l'ensemble de la communauté marocaine établie en Espagne.

Lors de son séjour en Espagne, M. Ameur a eu des rencontres avec les représentants des associations marocaines et des ressortissants marocains établis à Séville, Algésiras, Almeria et Valence.

Source : MAP

Le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples), SOS Racisme et le Parti socialiste se sont indignés ce week-end des propos du maire de Marseille Jean-Claude Gaudin sur "les musulmans", y voyant un nouvel incident engendré par le débat sur l'identité nationale.

"Nous nous réjouissons que les musulmans soient heureux du match (Algérie-Egypte disputé en novembre en éliminatoires de Coupe du monde, NDLR), sauf que, quand après ils déferlent à 15.000 ou à 20.000 sur la Canebière, il n'y a que le drapeau algérien et il n'y a pas le drapeau français, cela ne nous plaît pas", a notamment déclaré vendredi soir M. Gaudin lors d'une rencontre avec des militants UMP, en présence du ministre de l'Immigration Eric Besson.

"Ces propos humiliants sont inacceptables", a réagi dimanche Mouloud Aounit, le président du MRAP. "Ils représentent une insulte et une offense à ces jeunes Marseillais qui, pour M. Gaudin, sont une population illégitime et réduite à une simple identité religieuse", écrit-il dans un communiqué, estimant qu'il y a "une urgence absolue à arrêter dans les plus brefs délais" le débat sur l'identité nationale.

La veille, l'association SOS Racisme s'était déclarée "choquée et scandalisée par cette énième déclaration qui démontre parfaitement les dérives du débat sur l'identité nationale qui favorise tous les amalgames".

"La République française se doit de garantir le vivre ensemble et doit voir ses responsables s'interdire d'oeuvrer au délitement des principes de fraternité et d'égalité de traitement", a-t-elle fait valoir dans un communiqué.

Le député européen socialiste Harlem Désir a exprimé la même indignation samedi en observant que "ces débats sur l'identité nationale sont devenus des lieux de défouloir idiots, qui ne font qu'encourager les dérapages xénophobes et racistes y compris de la part de certains élus UMP".

"Je dis à MM. Gaudin et Besson que c'est surtout le déferlement de la bêtise qu'il est urgent arrêter en mettant un terme à ces débats de la honte, indignes de la République", a conclu ce secrétaire national du PS.

Source : Le Nouvel oservateur/AP

Le nombre total des visas délivrés en 2009 par le consulat général d'Italie à Casablanca a diminué de 32% par rapport à 2008. Monsieur le consul général nous explique les raisons de ce recul.

LE MATIN : Le nombre total des visas délivrés en 2009 a diminué notamment pour le regroupement familial. Pourquoi à votre avis cette régression ?

Nicola Lener : Ce recul a été remarqué surtout au niveau du nombre de visas pour le regroupement des parents avec leurs enfants en Italie. Jusqu'au 4 novembre 2008, ces derniers pouvaient accueillir leurs familles pourvu qu'ils démontrent des ressources économiques faibles. Mais, à partir de cette date, Rome a décidé que pour ce type de visa, le parent ne doit pas avoir d'autres enfants au Maroc, sinon la demande de regroupement familial est automatiquement refusée.

Le nombre de visas octroyés pour le travail subordonné a également reculé. Est-ce à cause de la crise financière?

Nous n'avons pas de chiffre exact concernant le nombre de visas de travail subordonné mais effectivement ce pourcentage a diminué. C'est peut être dû à l'abondance des contrats de travail saisonnier. Mais ce recul a certainement une relation avec la crise financière puisque les entreprises italiennes sont de moins en moins intéressées par les travailleurs marocains. Ce sont des données conjoncturelles qui peuvent changer, comme on l'espère, avec la reprise.

Le durcissement des lois italiennes et le resserrement de l'étau sur les immigrés ne vous emmènent-ils pas vers une politique visant à limiter le nombre de Marocains voulant se rendre en Italie ?

Pas du tout ! Notre message est très clair : il faut continuer à appliquer la loi. Les citoyens marocains qui respectent les réglementations en vigueur ont droit à un traitement rapide et efficace. Je tiens à rappeler que dans les trois dernières années nous avons amélioré constamment la qualité de nos services auprès du public marocain.

Pourtant les décisions de refus de visas ont augmenté de 42% par rapport à 2008. Pourquoi ?

Nous n'avons pas de chiffres décomposés par typologie de visas. L'augmentation des refus se réfère surtout au changement des lois réglementant le regroupement familial.

Au début de l'année 2009, nous avons constaté un taux de refus assez élevé pour ce genre de visas mais il a diminué avec le temps. Dans les premiers mois de l'année écoulée, les parents ne comprenaient pas ce changement. Ils ont continué à présenter leurs demandes même s'ils ne répondaient pas aux critères de sélection. Nous étions alors forcés de refuser.

A présent ils commencent à mieux saisir la nouvelle loi et ils ont tout simplement arrêté de déposer leurs dossiers.

Le refus n'attise-t-il pas la révolte des citoyens marocains notamment avec les derniers évènements et violences visant les immigrés en Italie?

Non, les gens réclament juste le motif de refus qui n'est souvent pas mentionné sauf en cas de visa de travail ou de regroupement familial, mais il s'agit encore une fois de notre loi. Toutefois, cette réglementation va changer dans quelques mois dès que le nouveau code européen de visa entrera en vigueur. Ce dernier complète les règles sur la procédure d'obtention de visa au niveau de tous les consulats. Nous aurons donc bientôt l'obligation de mentionner le motif de refus pour les visas touristiques.

Les visas pour affaires ont augmenté de 25%. Est-ce que l'Italie commence à cibler une autre catégorie de la population marocaine ?

Nous avons fait un effort remarquable pour améliorer les procédures de présentation de visas affaires. Aujourd'hui, la démarche est plus facile et rapide. De fait, les hommes d'affaires qui ont des relations avec plusieurs pays européens et qui ont probablement demandé des visas dans d'autres consultas, peuvent se présenter à nos services en sachant qu'ils peuvent avoir notre accord dans le plus bref délai possible. En effet, on a pu maintenir des temps d'attente réduits de 5 jours ouvrés environ, à l'exception de quelques extensions pour le visa de tourisme pendant la période estivale. Mieux encore, un visa Schengen peut être octroyé en un ou deux jours dans les cas urgents et nous envisageons d'appliquer le même traitement pour les visas touristiques.

N'avez-vous pas peur d'affronter un autre type d'immigration irrégulière notamment avec le grand nombre de refus pour regroupement familial ?

Nous sommes conscients de ce risque et pour cela nous évaluons très attentivement les demandes de visas touristiques. En général, toute personne qui veut visiter ses proches en Italie peut déposer son dossier au CIAO. Nous l'évaluons et s'il a eu un visa dans le passé et une situation économique assez solide, nous n'avons pas de problèmes à lui accorder notre accord. Cependant, il faut toujours étudier la situation spécifique de chaque demandeur pour gagner le challenge de faciliter l'obtention des visas tout en stoppant les tentatives d'immigration irrégulière.

Vous louer en permanence le rôle du CIAO dans l'amélioration de la qualité du service au public. Croyez-vous que la mise en place de ce centre est à même de couper court aux manigances des intermédiaires qui se trouvaient à côté du consulat ?

Ces « samsar » ou intermédiaires illégaux prospèrent là où il y a des longues files d'attente. Ils arnaquent les gens en leur promettant des facilitations et parfois ils disent qu'ils connaissent des employés du consulat. Ils ternissent ainsi l'image du consulat. Nous avions alors tout intérêt à bloquer ces intermédiaires et je crois que nous avons réussi.

Grâce au soutien du Centre Italien d'Assistance Opérationnelle pour les Visas et les Légalisations (CIAO), auquel le Consulat Général a confié il y a trois ans plusieurs fonctions liées à la réception du public, courant 2009 on a pu maintenir des temps d'attente réduits tant pour les visas, qui demandaient 15 mois en cas de regroupement familial, que pour les légalisations où il fallait attendre 13 mois. Aujourd'hui, il faut moins d'une semaine pour faire tout ce processus.

Tous les demandeurs de visas doivent savoir qu'ils n'ont pas besoin d'intermédiaires. Même les personnes les plus simples peuvent déposer leurs dossiers toutes seules. Il suffit d'appeler le CIAO pour avoir un rendez-vous et se présenter avec les documents requis.Nous essayons toujours de protéger et de préserver la dignité des demandeurs de visas et de légalisation.

En parlant de dignité est ce que vous travaillez sur le comportement des employés du consulat ?

Nous avons mis en place des programmes de formation pour notre personnel. Je n'ai aucune plainte à propos de la qualité des services de notre personnel aux guichets. Néanmoins, dans quelques semaines nous allons mettre en place un nouveau dispositif pour mesurer le degré de satisfaction du public à travers un touch screen. Les demandeurs de visas peuvent évaluer, loin du regard des opérateurs, la qualité de nos services en choisissant des visages rouges, jaunes et verts. Ils peuvent aussi indiquer la raison de leur insatisfaction. Nous sommes très sensibles à la qualité et à la façon dont on traite le public. Les gens paient pour avoir un service et nous devons le leur fournir de manière efficace, rapide et courtoise. Grâce à la mise en place du CIAO les demandeurs sont très satisfaits de la qualité du traitement et moi aussi je le suis parce que nous avons beaucoup travaillé sur ce point. La mise en place de l'ordre a amélioré l'attitude du personnel et le déroulement du travail. Les demandeurs se sentent soulagés par la réduction du temps d'attente et les employés travaillent d'une façon plus détendue.

Quels sont les nouveaux services que vous offrez aux demandeurs de visas ?

Au cours de 2009, le Consulat Général a continué à améliorer la qualité du service au public, notamment à travers le renforcement du service d'assistance téléphonique d'information sur les visas et la publication sur le site www.consacasblanca.esteri.it des demandes de visa pour travail subordonné et regroupement familial dont le traitement est suspendu dans l'attente de la correction des relatifs Nulla Osta.

Par ailleurs, le Consulat Général a tout récemment lancé avec le CIAO un service d'information optionnel au bénéfice des demandeurs des visas Schengen et des légalisations, auxquels on notifie via SMS l'invitation à retirer leurs passeports ou documents légalisés dès que le traitement desdits dossiers est conclu. Ce service pratique est disponible moyennant une somme additionnelle de 15 DH payable au moment du dépôt du dossier.

Nous tenons à faciliter le contact des Marocains résidant en Italie avec leurs familles mais aussi à améliorer les relations marocco-italiennes.

La mise en place du CIAO a aussi augmenté les recettes du consulat ?

Pour les visas Schengen de courts séjours il y a un tarif défini au niveau européen à 60 euros ou près de 691 DH.

Pour les visas nationaux de regroupement familial et de travail, les demandeurs doivent payer l'équivalent de 75 euros. Ces derniers doivent aussi s'acquitter du prix du service additionnel du CIAO qui correspond à 15 euros pour le visa Schengen et 20 euros pour les visas nationaux. Il faut dire que ce service installé depuis trois ans a été immédiatement accepté par les demandeurs de visas qui le considèrent très bénéfiques par rapport aux intermédiaires qu'il fallait payer plus cher sans résultat. Maintenant, ils ont la certitude de payer pour un service sûr, précis et de qualité.

En choisissant VFS (Visa facilitation services), une société de renommée mondiale dans les services consulaires, nous sommes sûrs d'améliorer de plus en plus les prestations accordées aux Marocains.

Source : Le Matin

A Vic, petite cité catalane réputée pour la qualité de sa charcuterie, l'air est souvent saturé par une entêtante odeur de lisier, preuve olfactive qu'il s'agit bien là d'une production locale. Depuis quelques jours, ce sont des relents xénophobes que répand la décision de la mairie de refuser l'inscription des immigrés sans papiers sur le padron, ce registre municipal où doivent figurer tous les habitants d'une commune pour pouvoir accéder aux divers services sociaux.

Désormais, pour s'inscrire à l'école, bénéficier du système de santé ou de l'aide sociale, il faudra présenter un visa ou un permis de séjour, explique la page Web de la commune. La mesure, dont la mise en vigueur a toutefois été reportée au 4 février en attendant un audit sur sa légalité, est destinée, selon le maire, Josep Maria Vila d'Abadal"améliorer la cohésion sociale de la ville". (Convergence et Union, CiU, nationaliste, centre droit), à

Cette commune de 38 000 habitants au centre de la Catalogne compte 24 % d'étrangers, de 90 nationalités. "Une véritable poudrière ethnique pour laquelle la dernière chose à faire est que ses propres dirigeants allument la mèche de l'explosion sociale. Or, c'est justement ce qu'a fait la mairie", a dénoncé le quotidien El Pais dans un éditorial.

Gouvernée par une alliance des trois principaux partis de Catalogne - les nationalistes de CiU, le Parti socialiste catalan (PSC) et Esquerra republicana de Catalunya (ERC, gauche indépendantiste) -, la commune n'a jamais connu d'émeute ni d'incident notable.

La presse espagnole interprète cette décision comme "un effet Le Pen" à visées électoralistes. Vic est en effet le fief du leader d'extrême droite Josep Anglada, dont le parti Plataforma per Catalunya (PxC), ouvertement xénophobe, envisage de présenter des candidats aux élections régionales prévues cet automne. Lors des municipales, en 2007, PxC a obtenu 17 élus en Catalogne, dont quatre conseillers pour la seule commune de Vic.

La décision surprise des autorités locales d'exclure les sans-papiers du padron est "un précédent fâcheux" pour le politologue Josep Ramoneda : "Surtout au vu de la faible réaction des directions des trois partis catalans impliqués ; aucun n'a demandé d'explications à ses édiles, ni ne leur a rappelé les principes démocratiques de base", estime-t-il.

Josep Anglada s'est bruyamment réjoui de l'initiative, regrettant qu'elle n'aille pas assez loin : "Les immigrants illégaux n'apportent rien de bon au pays, seulement des dépenses sociales, de la délinquance et de l'économie souterraine ", a-t-il déclaré.

La vice-présidente du gouvernement Zapatero, Maria Teresa Fernandez de la Vega, a estimé, jeudi 14 janvier à Barcelone, que la mesure était "condamnée à l'échec", une communauté se construisant "sur le respect des droits et non sur l'exclusion". Depuis Bratislava (Slovaquie), José Luis Rodriguez Zapatero a averti les autorités de Vic que "les sans-papiers ont des droits" et que le gouvernement sera "ferme" pour assurer la vie en commun.

Si tous les juristes soulignent le caractère illégal de l'arrêté de Vic, El Mundo, principal quotidien de l'opposition de droite, pointe "la contradiction de fond" de la politique d'immigration espagnole : "D'un côté, la loi prévoit l'expulsion des immigrés en situation irrégulière, et de l'autre, on oblige les mairies à garantir leur séjour", résume son éditorial du 14 janvier.

Source : Le Monde

Le nombre d'arrivées d'immigrés clandestins sur les côtes espagnoles a baissé de plus de 45 pc en 2009, a annoncé, samedi le ministre espagnol de l'Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba.

Quelque 7.285 immigrés clandestins, qui tentaient d'entrer sur le territoire espagnol à bord d'embarcations de fortune, ont été interceptés par les forces de sécurité espagnoles durant 2009, soit une baisse de 45,7 pc par rapport à 2008, a indiqué M. Rubalcaba lors de la présentation à Madrid du bilan annuel de la lutte contre l'immigration clandestine en Espagne.

"Cette baisse du nombre d'arrivées d'immigrés clandestins sur les côtes espagnoles est due à l'action des forces de sécurité espagnoles, aux processus de refoulement, mais surtout à la coopération avec les pays d'origine ou de transit", parmi lesquels le ministre espagnol a cité le Maroc, le Sénégal, la Mauritanie et le Mali.

Si la crise économique a énormément contribué à freiner l'entrée d'illégaux à travers les aéroports espagnols surtout en provenance d'Amérique du Sud, la réduction des arrivées clandestines sur les côtés espagnoles est due à la pression de la police et aux accords signés avec les pays d'origine, a tenu à clarifier le responsable espagnol.

Selon le bilan 2009 de lutte contre l'immigration clandestine en Espagne, la baisse d'arrivées de clandestins sur les côtes espagnoles a été "significative" aux îles Canaries où le nombre de clandestins interceptés à bord d'embarcations de fortune est passé de 9.181 en 2008 à 2.246 en 2009, soit une baisse de 75,5 pc.

Toutefois, M. Rubalcaba a averti de la nécessité de ne pas "baisser la garde", soulignant l'existence de certaines donnes qui relèvent que la pression de l'immigration illégale en provenance d'Afrique va continuer.

Concernant le nombre d'immigrés expulsés d'Espagne, le bilan 2009 relève une augmentation de 25 pc de ce nombre avec 13.278 en 2009 contre 10.616 expulsions en 2008. Ces expulsions ont concerné surtout les étrangers en situation illégale en Espagne et en relation avec des actes de délinquance (7.591 expulsés en 2009 contre 5.564 en 2008).

"Nous procédons à une politique d'expulsions qui est dirigée prioritairement contre les personnes en situation irrégulière en Espagne et qui sont en relation avec la délinquance, c'est à dire contre ceux qui sont potentiellement dangereux pour notre pays", a-t-il précisé.

Il a d'autre part indiqué que durant la présidence espagnole de l'Union Européenne, "le phénomène de l'immigration clandestine, qui affecte surtout les pays du Sud de l'UE, sera abordée de façon décisive, ainsi que la lutte contre le trafic humain, en unissant nos efforts avec les pays d'origine et de transit de l'immigration illégale" .

M. Rubalcaba a également annoncé l'intention du gouvernement espagnol d'augmenter, durant la présidence de l'UE, les capacités opérationnelles ainsi que les ressources humaines et matérielles de l'Agence Européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des Etats membres de l'UE (Frontex).

Source : MAP

Yahya Benasaïd et René Knockaert ont mis toute leur énergie pour organiser cette conférence. Et, malgré une assistance qu'on aurait pu espérer un peu plus fournie, vendredi soir à la salle Carnot, ces efforts ont été récompensés. Le sujet, d'abord, méritait vraiment un débat : la « moudawana », dispositif législatif en vigueur au Maroc depuis 2004, revoit complètement la condition de la femme et le code de la famille au pays de Mohammed VI. Grâce à l'entremise de Mohammed Ameur, ministre de la Communauté marocaine résidant à l'étranger, que le président Yahya Benasaïd avait rencontré l'été dernier, le gouvernement marocain a délégué deux excellents conférenciers : Driss Kitouni, magistrat marocain qui connaît tous les détails juridiques de la moudawana, et Fatima Moujahir, collaboratrice du ministre Ameur, sociologue de formation et spécialiste de l'histoire de la condition des femmes au Maroc et dans les pays arabo-musulmans. Fatima Moujahir d'abord et Driss Kitouni ensuite rappelèrent l'intérêt, pour les Marocains de France et singulièrement ceux de l'Armentiérois (qui constituent la quasi-totalité de la communauté d'origine maghrébine d'ici), de connaître cette moudawana. D'abord parce que l'esprit progressiste de cette moudawana doit aussi bénéficier aux femmes marocaines résidant à l'étranger. Ensuite parce que, en droit, sa lettre s'applique directement aux couples marocains résidant en France (statut de l'épouse, conditions de divorce, etc.).

Fatima Moujahir parla longuement et avec passion du statut des femmes au Maroc, rappelant que Mohammed V, à l'indépendance, avait déjà pris des dispositions en faveur de la scolarisation des petites filles et de la condition de la femme. Elle rappela que des intellectuels égyptiens prônaient, déjà au XIXe siècle, l'égalité de la femme. Elle dit enfin les énormes avancées depuis dix ans : les programmes de scolarisation des filles dans les campagnes, les campagnes pour l'accouchement gratuit et une politique de quota dans les élections (30 femmes députées et 7 ministres). Mais, évidemment, les mentalités, surtout dans les campagnes, sont difficiles à faire bouger : « Les hommes veulent bien accepter l'égalité mais, souvent, pas encore au point d'être représentés par des femmes ! » La moudawana, c'est surtout un cadre législatif qui s'applique au Maroc mais aussi en France pour les ressortissants marocains qui s'y marient et qui y divorcent. Driss Kitouni expliqua les avancées que cela constitue (simplification des démarches, contrôle strict du consentement des époux lorsqu'ils sont mineurs, droit des femmes de demander le divorce et de bénéficier de la garde des enfants, d'allocations compensatrices, etc.). À l'évidence, cette soirée était riche d'informations pour les Français mais aussi pour les Marocains ou jeunes Français d'origine marocaine vivant à Armentières. Ne serait-ce que pour cette raison résumée par Fatima Majouhir : « Nous avons remarqué que certaines femmes n'étaient pas au courant de la moudawana et ne bénéficiaient pas de ces nouvelles règles marocaines alors qu'elles vivent ici, en France. »

Source : La Voix du Nord.fr

Google+ Google+